Dette

20 octobre 2018 13:28; Act: 20.10.2018 13:33 Print

L'agence Moody's dégrade la note de l'Italie

L'agence Moody's a dégradé vendredi à Baa3 la note de l'Italie, s'inquiétant de la dette du pays.

storybild

Image d'illustration.

Sur ce sujet
Une faute?

L'agence de notation Moody's a abaissé d'un cran vendredi la note de l'Italie, s'inquiétant des choix budgétaires de la coalition populiste au pouvoir, qui est déjà engagée dans un bras de fer avec Bruxelles à ce sujet. Le gouvernement, formé de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), prévoit un déficit à 2,4% du PIB en 2019, contre 0,8% pour le précédent gouvernement, puis à 2,1% en 2020 (contre 0) et à 1,8% en 2021.

Or, l'Italie ploie déjà sous une dette de 2 300 milliards d'euros, qui représente quelque 131% de son PIB, le deuxième ratio plus élevé dans la zone euro. Pour ne rien arranger, les prévisions de croissance du gouvernement sont jugées beaucoup trop optimistes (1,5% en 2019 contre 1% prévu par la plupart des observateurs, dont le FMI), ce qui pourrait encore aggraver le déficit et donc la dette.

Dans ce contexte, Moody's a décidé d'abaisser la note de l'Italie d'un cran, pour la faire passer de «Baa2» à «Baa3». Cela signifie que le pays est rétrogradé au dernier niveau de la catégorie investissement - les émetteurs de qualité moyenne mais en mesure de faire face à leurs obligations de manière adéquate -, soit juste avant la catégorie spéculative (junk bonds). Des sources au palais Chigi, citées par les agences italiennes, ont indiqué que «tout (était) comme prévu».

Perspective stable

Moody's a assorti sa note d'une perspective stable, signifiant qu'elle ne devrait pas dégrader cette nouvelle notation dans les six mois à venir. Une décision qui ne manquera pas d'être interprétée avec un certain soulagement par le gouvernement et devrait éviter une flambée des marchés.

«Le ratio de dette publique de l'Italie va probablement se stabiliser autour de l'actuel taux de 130% du PIB dans les années à venir, plutôt que de commencer à diminuer comme Moody's le pensait» précédemment, indique l'agence dans un communiqué. Elle note que la dette publique est d'autant plus problématique que les perspectives de croissance économique sont plus faibles. «Les projets de mesures budgétaires et économiques du gouvernement ne constituent pas un agenda cohérent de réformes qui pourront permettre de résoudre les problèmes de croissance décevante», commente-t-elle.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sergy le 20.10.2018 19:11 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils laisse l'ITALIE tranquille elle seul est capable de sortir du marasme Européen!!

  • taz red le 20.10.2018 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    combien la dette de la france,belgique ,et autres!?

  • le 20.10.2018 20:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je ne crois plus à L Europe unie la Grèce et L italie ont à eux seuls permis à L Europe de se civiliser et maintenant les autres pays européens veulent faire les savants ils faut qu ils lisent L histoire.

Les derniers commentaires

  • Bopa le 22.10.2018 10:53 Report dénoncer ce commentaire

    Probablement inspirée par la Grèce, l'Italie ne veut pas payer sa dette... Honteux, mais c'est un rapport de force classique entre débiteur et créancier. Qui peut tordre le bras à l'autre, qui a le plus à perdre ?

  • al dente le 21.10.2018 11:50 Report dénoncer ce commentaire

    après la Grèce le système financier cherche une nouvelle victime, mais j'espère que cette fois ils vont se casser les dents!

    • Véritas le 22.10.2018 10:49 Report dénoncer ce commentaire

      Juste l'inverse !

  • Demy le 21.10.2018 09:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils comence comme avec la GRECE ils ont besoins de pays poubelles pour parquer les demandeurs d'asile qui sont trop nombreux pour l'Europe et la GRECE ET L'ITALIE doivent en faire les frais

  • ladeux le 21.10.2018 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    60% des italiens contraint par la mafia de soutenir l'un ou l autre

  • ladeux le 21.10.2018 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    presque nulle comparée à celle de l'Italie.