Un an après la chute de Ghosn

17 novembre 2019 17:29; Act: 17.11.2019 17:30 Print

L'alliance Renault-​​Nissan tente de se reconstruire

Un an après la chute de son patron Carlos Ghosn, l'alliance automobile Renault-Nissan tente d'aller de l'avant, d'autant que le temps presse dans un marché en pleine évolution.

storybild

Après l'éclatement de l'affaire Ghosn en novembre 2018, aucun dialogue constructif, aucune prise de décision n'a été possible entre Renault et Nissan. (photo: Reuters/Christian Hartmann)

Sur ce sujet
Une faute?

Un an après la chute de son patron emblématique Carlos Ghosn, l'alliance automobile Renault-Nissan tente d'aller de l'avant, une tâche herculéenne pour son nouveau président Jean-Dominique Senard, d'autant que le temps presse dans un marché en plein bouleversement. C'était la grande fierté de Carlos Ghosn: avoir porté le partenariat franco-japonais au premier rang mondial. L'an dernier, avec 10,76 millions de véhicules vendus, Renault, Nissan et leur allié Mitsubishi devançaient Toyota et Volkswagen.

Mais, comme un symbole, le trio a vu ses volumes chuter cette année, au point de repasser en troisième position... La chute de Ghosn, en attente de son procès pour malversations au Japon, a révélé un empire industriel miné par les conflits. Président des trois entreprises, le dirigeant au style autoritaire était la clé de voûte d'une construction baroque dont il centralisait les pouvoirs. «L'unité de commandement masquait la diversité incroyable des forces à l'oeuvre. Quand elle a explosé, elle les a libérées», confie un haut dirigeant de l'alliance.

«Il y a eu des excès des deux côtés, des assiettes ont volé»

D'un côté, derrière le directeur de Nissan Hiroto Saikawa, des Japonais, persuadés d'être les plus performants de l'ensemble, nourrissaient un sentiment de revanche après s'être sentis opprimés pendant des années. De l'autre, derrière le directeur de Renault Thierry Bolloré, des Français se sentaient trahis par l'enquête secrète de Nissan qui a livré leur chef à la justice. Contrairement à Volkswagen ou Toyota, l'alliance n'est pas un groupe intégré, mais un partenariat reposant sur des participations croisées. Renault détient 43% de Nissan, qui lui-même détient 15% de Renault et 34% de Mitsubishi.

Après l'éclatement de l'affaire Ghosn en novembre 2018, aucun dialogue constructif, aucune prise de décision n'a été possible. Au total, une année perdue. En octobre, les départs coup sur coup de Saikawa et Bolloré ont permis de tourner une page. «Il y a eu des excès des deux côtés, des assiettes ont volé. Mais il y a eu un travail de nettoyage aussi bien chez Nissan que chez Renault. Désormais, les gens en place sont tous convaincus qu'il faut renforcer l'alliance», estime une source proche de Nissan. Les problèmes sont profonds. La rentabilité et la génération de cash sont insuffisantes, alors qu'il faut financer les innovations, dans un marché automobile en récession, et qui vit plusieurs ruptures technologiques simultanées avec l'avènement de voitures électriques, connectées et de plus en plus autonomes.

Renault et Nissan ont récemment revu en baisse leur objectif de marge opérationnelle pour cette année, respectivement à 5% et 1,4% du chiffre d'affaires. En face, Volkswagen affiche entre 6,5% et 7,5%, malgré un scandale des moteurs truqués qui lui a coûté des dizaines de milliards d'euros... Et Toyota caracole à plus de 8%.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.