Coronavirus

29 février 2020 09:14; Act: 29.02.2020 16:53 Print

L'économie face au risque de récession

Alors que l'épidémie a fait près de 3000 morts et que l'OMS a relevé le degré de menace, les économistes craignent que cette grippe virale porte le coup de grâce à une croissance déjà molle.

storybild

La cellule de crise formée en Allemagne.

Sur ce sujet
Une faute?

Le monde s'immobilise à mesure que le nouveau coronavirus se propage. L'économie mondiale fait face à son pire risque de récession depuis la crise financière de 2008.

«A l'exception partielle de la peste noire en Europe au 14e siècle, chaque pandémie majeure a été suivie d'une récession économique», observe le professeur Robert Dingwall, chercheur à l'Université de Nottingham Trent en Angleterre. «Je ne pense pas qu'il y ait de bonnes raisons de penser que ce serait différent cette fois», dit-il.

Bien avant l'éclosion de l'épidémie, le Fonds monétaire international (FMI) avait prévenu que la reprise mondiale serait «poussive», «fragile» et susceptible de vaciller au moindre risque.

Les économistes soulignent que le coronavirus pourrait être «le choc externe» de trop. D'autant que la liste des mesures radicales pour tenter d'endiguer le nouveau virus s'allonge chaque jour un peu plus, le virus parti de la Chine continentale se propageant comme une traînée de poudre sur tous les continents.

Dès janvier, des usines de production avaient été arrêtées en Chine et des villes entières confinées. Vendredi, l'emblématique salon horloger de Bâle a été ajourné et le salon de l'automobile de Genève a été annulé. L'Arabie Saoudite a arrêté d'accueillir les pèlerins à La Mecque. Et des matches de foot se jouent à huis clos en Italie, sans spectateurs. L'incertitude plane aussi sur la tenue des Jeux olympiques de Tokyo en juillet.

84 117 contaminations, 2 870 décès

Au total, 84 117 personnes ont été contaminées par le coronavirus dans le monde. 2 870 en sont mortes, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à 18 heures. Tous les yeux sont désormais rivés sur les Etats-Unis, jusqu'alors quasi épargnés mais où les autorités sanitaires américaines s'attendent désormais à une contamination. Et le principe d'hyper précaution pourrait être fatal à la première économie mondiale.

S'il y a contamination, «la réaction risque d'être extrême», observe Gregory Daco, chef économiste d'Oxford Economics. «Cela aurait un impact très négatif. L'économie tomberait en récession immédiatement», dit-il d'autant que «les marchés financiers agissent comme un agent accélérateur du sentiment de panique». Au-delà de l'arrêt de la production et d'employés en télétravail, la consommation, qui compte pour 70% de l'activité aux États-Unis, s'arrêterait brusquement.

Le virus ne sévit pas encore mais la suspicion est à tous les coins de rue: à Washington, les gens rechignent à se serrer la main lors de conférences, les usagers du métro scrutent inquiets leurs voisins toussotant. Les Américains reportent leurs voyages.

Le conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow a exhorté vendredi au calme et à ne pas agir dans la précipitation, estimant que le plongeon de plus de 10% à la Bourse de New York allait «trop loin». «L'économie (américaine) est solide», a-t-il insisté, conscient que si la première économie mondiale tombait en récession, le reste du globe serait affecté.

Le FMI a déjà abaissé ses prévisions de croissance mondiale pour 2020, prenant en compte l'impact sur la Chine, deuxième économie mondiale. C'était avant la contagion au reste du monde.

La peur plus dangereuse que le virus

Face «à l'impact économique évident (...) nous avons besoin d'un leadership professionnel et politique clair, confiant et unifié, ce qui est toujours difficile à réaliser dans un pays où la responsabilité de la santé publique est aussi décentralisée qu'aux Etats-Unis», constate Robert Dingwall. Il sera également difficile de gérer la peur de la population dans un environnement politique «aussi acrimonieux», note le chercheur britannique.

Barry Glassner, sociologue américain à la retraite et auteur d'un ouvrage intitulé La culture de la peur souligne de son côté que «les nations et les individus ont besoin de prendre leurs précautions, dont celle de contrer la peur, qui se répand au moins aussi vite que le virus lui-même». «C'est potentiellement plus dangereux (car) les populations et les gouvernements apportent souvent des réponses moins rationnelles quand ils sont en proie à la peur», relève-t-il.

Si les enseignants ne sont pas malades, la fermeture d'écoles est d'ailleurs une mesure contestable susceptible d'aboutir à l'effet inverse recherché, observe ainsi Robert Dingwall. Beaucoup de parents vont s'absenter de leur lieu de travail où ils sont utiles. Quant aux enfants plus grands livrés à eux-mêmes, ils risquent tout bonnement de se rendre dans des lieux publiques où ils seront plus exposés à l'épidémie.

«La menace potentielle pour le moment n'est pas que les Etats-Unis prennent des mesures draconiennes, mais qu'ils en font trop peu», estime le professeur Rosemary Taylor de l'université Tufts. «Dans leur tentative de minimiser la menace du coronavirus, ils peuvent ne pas préparer et protéger la population de manière adéquate», estime l'experte des épidémies.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • julie le 29.02.2020 10:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça va surtout donner un coup de frein à la mondialisation sauvage qui ne nous apporte rien de bon surtout depuis la dernière décennie l

  • Revers le 29.02.2020 18:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ooo, notre UE c"est bien donné la peine d’être en crise avant le virus....mais le Corona tombe bien pour excuser nos taux négatifs déjà bien bien installés

  • Phi le 29.02.2020 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aucun s‘intéresse aux gens de cette caste , mais seulement aux fric fric croissance économique et point cest tout , pas mal serait une récession pour que les dirigents retournent sur Terre.

Les derniers commentaires

  • Kim V le 02.03.2020 09:49 Report dénoncer ce commentaire

    L'économie luxembourgeoise est dores et déjà en récession.

  • Kli le 02.03.2020 09:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Luxo: comment est la meteo a Moscou ?

  • ohouiunepandemie le 02.03.2020 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    Une grippe est toujours virale car c'est un virus et le covid19 n'est pas une grippe. Ne mélangeons pas les genres même si les symptomes sont proches. Y a plus de chance de mourir de la grippe que du corona...

  • la vrai richesse du pays le 02.03.2020 07:57 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le moment, j'achète actuellement comme fou et en trois mois les cours vont bouster à nouveau.

  • Le Catalan le 02.03.2020 01:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faut se calmer avec le coronavirus, c'est juste une grosse grippe (qui elle, fait beaucoup plus de mort tous les ans). Si on compare à d'autres pandémie du genre peste noire, à l'époque elle a tué un humain sur 2 quasiment... Avec 3000morts dans le monde, on en est très loin...

    • Vlad Ubudain le 02.03.2020 09:53 Report dénoncer ce commentaire

      @Catalan: C'est pourtant ce dont on aurait besoin. Réduire la population humaine de moitié serait un bienfait.

    • Le Catalan le 02.03.2020 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vlad: il y a plus simple pour réduire la population que de souhaiter leur mort...