Propriété intellectuelle

26 février 2020 08:52; Act: 26.02.2020 11:04 Print

L'Europe menacée par les «chasseurs de brevets»?

Les «chasseurs de brevets» agacent les entreprises européennes qui craignent de voir ces sociétés se développer à la faveur de nouvelles règles communautaires.

storybild

Les chasseurs de brevets achètent des brevets non pas pour innover mais pour multiplier les contentieux.

Sur ce sujet
Une faute?

Ils achètent des brevets non pas pour innover mais pour multiplier les contentieux: les «patent trolls», ou «chasseurs de brevets», agacent les entreprises européennes qui craignent de voir ces sociétés se développer à la faveur de nouvelles règles communautaires. VirnetX, Sportbrain Holdings, Intellectual Ventures, IPCom ou ZeroClick... Inconnues du grand public, ces «non practicing entities» (NPE) - nom officiel des «patent trolls» - sont en revanche familières des tribunaux où pullulent les litiges liés aux brevets.

«Le phénomène se développe depuis les années 1990, principalement aux États-Unis où les chasseurs de brevets sont très présents», explique à l'AFP Christian Derambure, du cabinet de conseil en propriété intellectuelle Egyp.«Les patent trolls n'inventent rien, ne fabriquent rien: ils accumulent les brevets rachetés à des particuliers ou à des sociétés dans le seul but d'engager des procédures contre les entreprises accusées de contrefaçon», ajoute-t-il. Attaques fondées ou abusives? Face à la menace, une partie des entreprises acceptent de passer à la caisse, en négociant des accords financiers qui écartent la perspective d'un procès - souvent coûteux et par définition risqué.

Monde des télécoms ciblé

«Le monde des télécoms est particulièrement ciblé. Ce secteur s'appuie sur des technologies complexes, couvertes par des milliers de brevets: cela aiguise les appétits», détaille Pierre Breesé, président du cabinet de conseil IP Trust. Une pratique légale, mais qui énerve les groupes visés. «Les chasseurs de brevets se comportent comme les bandits de grand chemin au Moyen-Age: c'est du racket, il faut appeler les choses par leur nom», lance Christian Derambure. Aux États-Unis, où plusieurs milliers de procédures sont engagées chaque année, les litiges intentés par les «patent trolls» coûteraient près de 29 milliards de dollars annuels aux entreprises, selon une estimation de l'Université de Boston.

Dans l'UE, les contentieux sont moins nombreux, les dommages et intérêts étant plus faibles et donc moins alléchants. Selon le courtier en assurances belge Vanbreda, 173 procès ont ainsi été répertoriés en 2017 dans l'ensemble des pays européens. Mais certains tirent la sonnette d'alarme, face à l'essor réel ou supposé du phénomène. En cause, notamment: le renforcement des règles «anti-NPE» outre-Atlantique qui pousse certains «chasseurs» à s'aventurer sur d'autres terrains. «Les litiges engagés par les NPE ayant ralenti aux États-Unis, nous assistons à leur montée en puissance» dans l'UE, s'inquiète Patrick Oliver, directeur exécutif de l'association IP2Innovate qui regroupe 65 entreprises, dont Adidas, Atos, Daimler et Dell.

Réforme dangereuse

Une crainte accentuée par la réforme du «brevet unitaire européen», discutée depuis des années par les États membres et dont l'application, retardée par le Brexit, est suspendue à des recours juridiques. Cette réforme de simplification permettra de breveter une technologie d'un seul coup dans 25 pays européens, via une procédure allégée, sous la houlette d'une juridiction supranationale chargée de juger les contentieux. Une petite révolution en matière de propriété intellectuelle, censée profiter aux entreprises innovantes mais qui favorisera aussi - selon ses détracteurs - les «chasseurs de brevets», en rendant les procédures judiciaires plus alléchantes.

«Le marché européen des brevets est actuellement très cloisonné, ce qui fait de l'UE un terrain de chasse peu attractif pour les "patent trolls". Mais avec un système unifié, l'échelle sera plus intéressante pour les "chasseurs de brevets"», décrypte Pierre Breesé. Mi-janvier, près de 150 entreprises, dont Volkswagen, Apple et Sanofi, ont envoyé une lettre à Thierry Breton, commissaire européen chargé de l'Industrie, pour réclamer une approche «équilibrée» concernant la propriété intellectuelle et des mesures contre les «NPE». «La pratique de nombreux tribunaux européens, en cas d'infraction, consiste à prononcer des injonctions automatiques sans envisager de recours plus proportionné (...) Cela nuit aux innovateurs européens», ont-ils dénoncé dans ce courrier.

Un message relayé par IP2Innovate, signataire du courrier. «Les retraits injustifiés de produits peuvent couler une entreprise. Ils privent également le public du choix du consommateur et des avantages de l'innovation», explique Patrick Oliver. Un défi pour la commission, chargée de trouver le bon équilibre entre défense des consommateurs et lutte contre la contrefaçon. «Nous continuons de suivre l'évolution de la jurisprudence sur l'application de la proportionnalité et envisagerons de nouvelles actions si nécessaire», a fait savoir cette dernière aux signataires du courrier.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bonsens le 27.02.2020 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour un brevet, le logo est souvent R parfois P mais pas C. C’est une erreur

  • ClearView le 26.02.2020 20:50 Report dénoncer ce commentaire

    Le phénomène existe déjà depuis longtemps en Chine. Vous déposez votre brevet en Europe, et lorsque vous voulez le faire appliquer en Chine, vous découvrez qu'un inconnu chinois a dépose exactement le même brevet en Chine. Vous pouvez bien sûr déposer plainte auprès d'un juge chinois, mais la procédure est très longue .

  • bonsens le 27.02.2020 08:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @clearview Il est tout à fait possible de déposer en Chine à partir d’un bureau d’avocats de Hong Kong et c’est pas très cher

Les derniers commentaires

  • bonsens le 27.02.2020 08:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @clearview Il est tout à fait possible de déposer en Chine à partir d’un bureau d’avocats de Hong Kong et c’est pas très cher

  • bonsens le 27.02.2020 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour un brevet, le logo est souvent R parfois P mais pas C. C’est une erreur

  • ClearView le 26.02.2020 20:50 Report dénoncer ce commentaire

    Le phénomène existe déjà depuis longtemps en Chine. Vous déposez votre brevet en Europe, et lorsque vous voulez le faire appliquer en Chine, vous découvrez qu'un inconnu chinois a dépose exactement le même brevet en Chine. Vous pouvez bien sûr déposer plainte auprès d'un juge chinois, mais la procédure est très longue .