En Irak

22 octobre 2019 09:41; Act: 22.10.2019 10:07 Print

L'industrie à peine remise de l'EI peine à écouler ses biens

Les jihadistes chassés, Mossoul, carrefour commercial du Moyen-Orient aux usines en ruine, s'est retrouvée avec une industrie à terre. Ses manufactures rouvrent progressivement.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les jihadistes chassés, Mossoul, carrefour commercial du Moyen-Orient aux usines en ruine, s'est retrouvée avec une industrie à terre. Aujourd'hui, ses manufactures rouvrent progressivement mais font face à la concurrence des importations et à des infrastructures exsangues. Il y a cinq ans, quand le groupe État islamique (EI) a fait de la ville sa «capitale» en Irak, exportations et fabrication ont subitement cessé. Les chaînes de montage se remettent lentement en marche, mais les importations semblent désormais impossibles à déloger tant elles ont cassé les prix.

Essam Saadallah, directeur d'une petite compagnie laitière, a repris son activité il y a peu, après avoir vu son usine détruite «à 60% par les bombardements aériens» lors des combats terminés à Mossoul, il y a deux ans. Il y a mis toutes ses économies et a même emprunté à des proches pour en finir avec la guerre et les trois années de férule jihadiste, quand «Mossoul était coupée du monde avec toutes ses usines fermées». Mais pour les près de deux millions de Mossouliotes, étranglés par le chômage et la pauvreté, le choix est vite fait.

Acheter des biens étrangers est nouveau

Nazir Abdallah achète «des produits importés, surtout chinois, parce qu'ils sont moins chers, même s'ils sont moins bons». Avec son maigre salaire d'employé dans un restaurant, cet Irakien de 26 ans fait rapidement ses calculs: avec 2 000 dinars, soit un peu plus d'un euro, il peut acheter un pot de fromage blanc mossouliote... ou un pot bien plus grand de fromage blanc turc. Acheter des biens étrangers est nouveau à Mossoul, où le secteur privé s'enorgueillissait jusqu'à l'été 2014 de ses 350 usines.

Ses cimenteries produisaient chaque année plus d'un million de tonnes. Jusqu'en 1990, elles exportaient jusqu'à Singapour. Ses fins tissus de coton, les mousselines, s'écoulaient à Paris et ailleurs. Mais avec le «califat», toutes les unités de production ont été réquisitionnées ou fermées de force par les jihadistes dans la province rurale qui fut un temps «le grenier à grains» du pays. Selon la Banque mondiale, 70 à 80% des équipements ont été revendus hors du pays ou détournés pour fabriquer des armes. Des usines ont été abandonnées faute de matières premières ou car leurs ouvriers qualifiés avaient grossi les rangs des déplacés. Quant à la demande, elle a plongé, les habitants pensant plus à la survie qu'aux dépenses.

Aujourd'hui, la ville a été libérée mais ses produits n'arrivent toujours pas à en sortir. Partout, les checkpoints se sont multipliés sur les routes, certaines toujours endommagées ou attaquées par des cellules jihadistes. Et quand ce ne sont pas les troupes régulières qui barrent le passage, ce sont des paramilitaires qui rançonnent.

(L'essentiel/afp)