Énergies

26 novembre 2019 10:36; Act: 26.11.2019 11:03 Print

L'Italien Enel veut éliminer le charbon dans ses centrales

Le géant de l'énergie a annoncé mardi vouloir investir 14,4 milliards d'euros sur les trois prochaines années dans la décarbonisation de ses centrales électriques.

storybild

Enel prévoit grâce à son plan stratégique d'accroître son bénéfice net de 27% sur trois ans à 6,1 milliards d'euros en 2022, a indiqué dans un communiqué Francesco Starace, le patron du groupe. (photo: AFP/Miguel Medina)

Sur ce sujet
Une faute?

Enel prévoit grâce à son plan stratégique d'accroître son bénéfice net de 27% sur trois ans à 6,1 milliards d'euros en 2022 (contre 4,8 milliards attendus en 2019). Sur la même période, l'excédent d'exploitation (Ebitda) devrait augmenter de 13% et passer de 17,8 milliards prévus en 2019 à 20,1 milliards en 2022.

«Le plan présenté aujourd'hui démontre le succès du modèle de business durable (...) que nous avons adopté dès 2015 pour profiter des opportunités dans le secteur de l'énergie liées au mouvement global de la décarbonisation et de l'électrification», s'est félicité dans un communiqué Francesco Starace, le patron du groupe dont l'État italien détient 23,6%.

«Les investissements dans la décarbonisation des installations au niveau global» arriveront à «14,4 milliards d'euros pour accélérer la réalisation de nouvelles capacités (NDLR: de production) d'énergies renouvelables afin de les substituer progressivement au charbon», a précisé le groupe dans un communiqué. «D'ici 2022, il est prévu que le groupe développe 14,1 GW de nouvelles capacités d'énergies renouvelables (+22% par rapport au plan stratégique précédent) et réduise (...) la production de charbon de 74% par rapport au niveau de 2018», selon la même source.

«Une société plus durable, efficace et rentable»

«Il est prévu que le pourcentage des énergies renouvelables atteigne 60% de la capacité totale en trois ans, permettant de renforcer la rentabilité des installations, et augmentant la production (NDLR: d'énergie) à zéro émission de CO² jusqu'à 68% en 2022», ajoute le communiqué.

Ces 14,4 milliards d'euros font partie d'un projet plus vaste d'un montant total de 28,7 milliards d'euros d'investissements, dont 13 milliards environ dans les diverses infrastructures et réseaux du groupe, en vue notamment de leur passage au numérique. «Grâce à cette approche, Enel est aujourd'hui une société plus durable, efficace et rentable, présentant un risque nettement inférieur et une capacité plus importante de s'adapter rapidement aux changements», a poursuivi M. Starace.

(L'essentiel/afp)