Commerce mondial

15 juillet 2018 14:40; Act: 16.07.2018 13:14 Print

L'UE en quête d'alliances avec la Chine et le Japon

Alors que la guerre commerciale avec les États-Unis est de plus en plus redoutée, l'Union européenne tente de nouer des partenariats en Asie.

storybild

Jean-Claude Juncker et Donald Tusk partent dans une tournée en Asie. (photo: AFP/Geoff Robins)

Sur ce sujet
Une faute?

Les dirigeants de l'Union européenne se rendent lundi et mardi à Pékin puis à Tokyo pour renforcer les relations commerciales avec ces deux pays. La tournée asiatique des représentants de l'Union européenne s'inscrit dans une démarche d'alliances forgées par l'UE face au protectionnisme de l'administration de Donald Trump. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le chef de la Commission, Jean-Claude Juncker, participeront lundi à Pékin au 20e sommet UE-Chine et s'entretiendront avec le président Xi Jinping.

Le sommet devrait être l'occasion pour les dirigeants de la Chine et de l'UE de réaffirmer leur engagement commun en faveur d'une modernisation de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à laquelle le président américain s'oppose. Mais l'UE et la Chine devront aplanir les divergences sur les pratiques commerciales restrictives de Pékin, y compris le dumping des importations chinoises bon marché, en particulier de l'acier. Certaines de ces préoccupations sont partagées par Washington.

L'UE a porté plainte à l'OMC contre la décision des USA d'imposer des droits de douane sur les exportations d'acier et d'aluminium et contre la Chine pour s'opposer «au transfert injuste de technologie» des entreprises européennes actives en Chine. Donald Tusk et Jean-Claude Juncker se rendront ensuite mardi à Tokyo pour la signature d'un accord de libre-échange avec le Japon. La rencontre était initialement prévue la semaine dernière à Bruxelles mais le premier ministre japonais Shinzo Abe a été contraint d'annuler son voyage à cause des inondations mortelles au Japon. «Cet accord créera une zone de libre-échange couvrant près d'un tiers du PIB mondial», a-t-il expliqué.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 15.07.2018 15:06 Report dénoncer ce commentaire

    La seule alternative possible si les Etats-Unis sont si peu fiables pour l'instant et qu'il ne faut pas s'attendre à ce que la Russie évacue la Crimée de si tôt, la Chine et le Japon, c'est la 2e et la 3e économie mondiale, ne pas l'oublier !

  • Willy Wonka le 16.07.2018 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    On leur souhaite bien du courage. Trump est passé maitre dans l'art de semer la zizanie.

  • Léon le 15.07.2018 16:44 Report dénoncer ce commentaire

    N’oubliez pas la Russie gaz etc Les européens ferait une bonne chose intelligente.

Les derniers commentaires

  • Willy Wonka le 16.07.2018 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    On leur souhaite bien du courage. Trump est passé maitre dans l'art de semer la zizanie.

  • Léon le 15.07.2018 16:44 Report dénoncer ce commentaire

    N’oubliez pas la Russie gaz etc Les européens ferait une bonne chose intelligente.

    • torolkozo le 15.07.2018 18:47 Report dénoncer ce commentaire

      A part son gaz et son pétrole dont elle se sert comme arme diplomatique contre l'Ukraine et les autres, la Russie n'a rien à offrir et elle est sous sanctions pour longtemps, donc l'avenir de notre commerce c'est avec l'Asie

    • Mimile le 15.07.2018 19:38 Report dénoncer ce commentaire

      Au train où vont les choses, dans 10ans, il y aura tellement d'éoliennes en Europe, qu'on n'aura plus besoin du gaz russe. La Norvège produit aussi du gaz, et il y a encore des gisements non exploités en Méditerranée et en Mer noire.

  • torolkozo le 15.07.2018 15:06 Report dénoncer ce commentaire

    La seule alternative possible si les Etats-Unis sont si peu fiables pour l'instant et qu'il ne faut pas s'attendre à ce que la Russie évacue la Crimée de si tôt, la Chine et le Japon, c'est la 2e et la 3e économie mondiale, ne pas l'oublier !