Concurrence

05 avril 2019 17:58; Act: 05.04.2019 18:03 Print

L'UE épingle BMW, Daimler et Volkswagen

La Commission européenne accuse BMW, Daimler et Volkswagen de collusion. L'amende pourrait se monter à 10% de leur chiffre d'affaires annuel mondial.

storybild

Les constructeurs automobiles allemands, dont BMW, peuvent répondre à ces reproches.

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de trois ans après l'éclatement du scandale du Dieselgate, l'Union européenne accuse BMW, Daimler et Volkswagen de s'être entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes. Déjà mise à mal par le vaste trucage de onze millions de véhicules diesel par Volkswagen, révélé en septembre 2015, l'industrie allemande doit répondre à ces accusations, susceptibles d'être extrêmement coûteuses pour ses finances et son image.

Cette affaire avait déjà fait les gros titres fin 2017, quand la Commission européenne avait annoncé des inspections concernant ce cartel de cinq constructeurs (BMW, Daimler, Volkswagen, ainsi que Audi et Porsche, filiales de Volkswagen). Concrètement, d'après les conclusions d'une enquête préliminaire annoncées vendredi, Bruxelles soupçonne le «cercle des cinq» d'avoir participé à des réunions pour s'entendre en secret afin d'éviter toute concurrence sur le développement et le déploiement de technologies permettant de limiter les émissions nocives des gaz d'échappement des voitures.

«Les entreprises peuvent coopérer de nombreuses manières pour améliorer la qualité de leurs produits. Les règles de concurrence de l'UE ne leur permettent cependant pas de s'entendre sur exactement le contraire: ne pas améliorer leurs produits, ne pas se livrer concurrence sur le plan de la qualité», a déclaré la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. Maintenant qu'ils ont reçu ces «griefs», les constructeurs doivent répondre à la Commission, pour éviter l'amende pouvant atteindre 10% de leur chiffre d'affaires annuel mondial qu'elle pourrait leur infliger. «L'envoi d'une communication des griefs ne préjuge pas de l'issue de l'enquête», a cependant précisé l'exécutif européen.

«Une gifle pour les consommateurs»

Contacté par l'AFP, le groupe Volkswagen confirme avoir reçu le document de la Commission, auquel il ne répondra qu'après l'avoir évalué, «dans le cadre de sa coopération» avec Bruxelles. «Étant donné que cette affaire concerne une procédure en cours de la Commission européenne, la société ne se prononcera pas pour l'instant sur le contenu des griefs», a pour sa part commenté BMW.

Mais selon le groupe bavarois, «l'ensemble de l'industrie était au courant» des discussions entre constructeurs «qui n'impliquaient aucun accord secret et n'avaient pas pour but de porter préjudice aux clients ou aux fournisseurs». De son côté, Daimler, fabricant des voitures Mercedes Benz, qui a le premier avoué l'existence de cette vaste entente afin de bénéficier de la clémence des autorités de la concurrence, ne «s'attend pas à recevoir une amende dans cette affaire».

Évoquant «une gifle pour les consommateurs», le président de la Fédération allemande des organisations de consommateurs (VZBV), Klaus Müller, a réclamé dans un communiqué l'utilisation de «tous les moyens disponibles» pour sanctionner les constructeurs. La Commission précise que son enquête préliminaire ne porte que sur «une violation alléguée du droit de la concurrence» et «pas sur d'éventuelles infractions à la législation environnementale».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bonsens le 06.04.2019 11:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement arrêter de détruire l’industrie européenne à coup de nomenclature à la c..

  • luxo le 07.04.2019 19:23 Report dénoncer ce commentaire

    @Réaliste @Bon sens: Au contraire si nous ne condamnons pas les constructeurs qui s'entendent pour ne pas faire d'efforts, pour polluer moins , pour préserver la qualité de l'air et pour ne pas contribuer au réchauffement climatique , nous et nos enfants allons le payer cher d'ici 10 ou 20 ans. Ce n'est pas la santé de l'industrie automobile allemande qu'il faut protéger mais la notre, celle de nos enfants.

  • Réaliste le 06.04.2019 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    détruire l industrie européenne au lieu de la soutenir pas bon, nos enfants vont la payer cache.

Les derniers commentaires

  • luxo le 07.04.2019 19:23 Report dénoncer ce commentaire

    @Réaliste @Bon sens: Au contraire si nous ne condamnons pas les constructeurs qui s'entendent pour ne pas faire d'efforts, pour polluer moins , pour préserver la qualité de l'air et pour ne pas contribuer au réchauffement climatique , nous et nos enfants allons le payer cher d'ici 10 ou 20 ans. Ce n'est pas la santé de l'industrie automobile allemande qu'il faut protéger mais la notre, celle de nos enfants.

  • baboun le 06.04.2019 12:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    exact, aux USA Boeing se contrôle lui même aux détriments des concurrents et surtout de la sécurité

  • bonsens le 06.04.2019 11:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement arrêter de détruire l’industrie européenne à coup de nomenclature à la c..

  • Réaliste le 06.04.2019 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    détruire l industrie européenne au lieu de la soutenir pas bon, nos enfants vont la payer cache.