Politique monétaire

12 septembre 2019 08:24; Act: 12.09.2019 11:02 Print

La BCE sous pression pour soutenir l'économie

La banque centrale se réunit jeudi sur fond de conjoncture fragile en zone euro. Elle pourrait annoncer une série de mesures pour stimuler les marchés financiers.

storybild

L'institut souhaite garder un «degré significatif de stimulus monétaire», selon son président Mario Draghi.

Sur ce sujet
Une faute?

La Banque centrale européenne a beau soutenir énergiquement l'économie depuis des années, elle se retrouve acculée à agir une fois encore jeudi, malgré ses débats internes, tant la conjoncture demeure fragile en zone euro. Baisse de taux, nouveaux rachats de dettes publiques et privées, système de taux dégressif et prêts géants pour soulager la banque: l'institut pourrait annoncer pas moins de quatre mesures simultanément, soit un «paquet» guetté tout l'été par les marchés financiers.

Il y a six semaines, Mario Draghi, le président italien de l'institut monétaire, avait jugé nécessaire de garder un «degré significatif de stimulus monétaire» face au coup de froid conjoncturel, surtout perceptible en Allemagne, sur fond de guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis.

Le climat ne s'est pas amélioré depuis, aussi l'institut «n'hésitera pas à annoncer des mesures fortes», prédit Éric Bourguignon, dirigeant chez Swiss Life Asset Management, même si les marges de manœuvre de la BCE ont été rongées par des années de soutien à l'économie. D'autant qu'avant d'achever fin octobre ses huit ans de mandat, M. Draghi devrait préparer une transition en douceur avec la directrice sortante du Fonds monétaire international, la Française Christine Lagarde.

Contrarier Trump

Si la BCE «devait décevoir en septembre, il lui faudrait en faire davantage plus tard, avec des chances de réussite réduites», explique d'ailleurs Frédéric Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management. Même si l'institut livre dès jeudi le cocktail attendu, les réactions pourraient être vives: en pesant sur le cours de l'euro face au dollar, de telles mesures «pourraient être perçues par le président des États-Unis comme un comportement anticoncurrentiel de la BCE», selon Chiara Zangarelli, économiste à la banque Nomura.

Et le risque n'est pas seulement de déclencher sur Twitter les foudres de Donald Trump, mais surtout de voir son administration «centrer ses efforts sur les tarifs douaniers» frappant les importations d'automobiles, un dossier reporté à novembre par Washington et qui menace particulièrement les constructeurs allemands. Quoi qu'il arrive, la BCE devra surmonter les dissensions nées cet été au sein de son Conseil des gouverneurs, divisé sur l'opportunité de sortir maintenant le grand jeu monétaire.

L'institution de Francfort pourra s'appuyer sur de nouvelles prévisions économiques, alors que celles de juin tablaient sur une inflation de 1,3% dans la zone euro en 2019 et 1,6% à l'horizon 2021, encore loin de l'objectif de la BCE «proche de 2%» à moyen terme. Au minimum, la BCE devrait laisser son taux de refinancement des banques à zéro, et il est acquis pour les observateurs qu'elle va abaisser celui sur les dépôts.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pascal le 12.09.2019 14:59 Report dénoncer ce commentaire

    Injecter 20 milliards/mois sans couverture en marchandises pour sauver une économie à la limite du désastre va avoir comme conséquence une inflation galopante et le prix de l’immobilier qui va continuer à grimper puisque il sera le dernier bastion pour l’investissement. Comme d’habitude, la classe moyenne payera les pots cassés.

  • Angelo51 le 12.09.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si la BCE devait décevoir... décevoir qui ? Les banques uniquement car il y a longtemps que les citoyens épargnants sont extrêmement déçus des agissements de cette politique.

  • Attention le 12.09.2019 09:01 Report dénoncer ce commentaire

    Même si c est une bonne chose pour les nouveaux emprunteur dont le fait parti. Ils vont conduire l econnomie à la faillite. Il essaient de doper artificiellement l économie et dans peu de temps les taux négatif sera en place sur l épargne. La gestion familiale en bon père de famille qui met de côté pour les petites passe difficile ou pour s offrir un nouvelle voiture ça sera fini. Tout ne sera plus que dépense et près à la consommation.

Les derniers commentaires

  • Pascal le 12.09.2019 14:59 Report dénoncer ce commentaire

    Injecter 20 milliards/mois sans couverture en marchandises pour sauver une économie à la limite du désastre va avoir comme conséquence une inflation galopante et le prix de l’immobilier qui va continuer à grimper puisque il sera le dernier bastion pour l’investissement. Comme d’habitude, la classe moyenne payera les pots cassés.

  • Angelo51 le 12.09.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si la BCE devait décevoir... décevoir qui ? Les banques uniquement car il y a longtemps que les citoyens épargnants sont extrêmement déçus des agissements de cette politique.

  • Attention le 12.09.2019 09:01 Report dénoncer ce commentaire

    Même si c est une bonne chose pour les nouveaux emprunteur dont le fait parti. Ils vont conduire l econnomie à la faillite. Il essaient de doper artificiellement l économie et dans peu de temps les taux négatif sera en place sur l épargne. La gestion familiale en bon père de famille qui met de côté pour les petites passe difficile ou pour s offrir un nouvelle voiture ça sera fini. Tout ne sera plus que dépense et près à la consommation.