Rachats d'actifs

24 octobre 2017 08:25; Act: 24.10.2017 13:21 Print

La BCE va enclencher la fin de «l'argent facile»

La Banque centrale européenne doit annoncer jeudi son intention de réduire son imposant soutien à l'économie de la zone euro, mais elle entend agir sans précipitation.

storybild

La BCE achète depuis mars 2015 des obligations publiques et privées sur le marché, pour plus de 2 000 milliards d'euros à ce jour. (photo: AFP)

Sur ce sujet

«L'institut d'émission ne va pas vouloir causer un électrochoc mais plutôt tranquilliser les investisseurs en annonçant qu'elle va encore intervenir longtemps et de manière forte sur les marchés», déclare Sylvain Broyer, économiste chez Natixis. Le patron de l'institut monétaire Mario Draghi a annoncé «des décisions» lors de la réunion d'octobre. Rien n'est attendu concernant les taux d'intérêt directeurs, maintenus à leurs planchers historiques depuis plus d'un an.

C'est du côté des rachats de dette, autre moyen d'agir sur l'économie, que les choses vont commencer à changer: l'institution gardienne de l'euro achète depuis mars 2015 des obligations publiques et privées sur le marché, pour plus de 2 000 milliards d'euros à ce jour. Ce programme baptisé «QE» a été décidé pour diffuser la monnaie créée vers l'économie afin de soutenir la croissance et éloigner le spectre de la déflation. La martingale a fonctionné, se félicite la BCE, mais pas encore de manière complète à ses yeux.

De 60 à 30 milliards d'euros par mois

Les conditions de crédit sont souples comme jamais, favorisant la consommation et les investissements, devenus les piliers de la croissance retrouvée. Celle-ci s'est établie en zone euro à 2,4% en rythme annuel au premier semestre de l'année, mieux qu'attendu. Cependant, «la stabilité des prix n'est pas encore garantie, notamment parce que les coûts salariaux n'augmentent pas à la vitesse voulue», explique Sylvain Broyer. En cause, la faible qualité des emplois créés dans le sillage de la reprise.

Lors de sa précédente réunion de septembre, la BCE, qui a pour tâche première de surveiller l'inflation, en était même venue à abaisser ses perspectives en la matière en zone euro à 1,2% en 2018 et 1,5% en 2019, des chiffres éloignés de l'objectif proche de 2% qu'elle s'est fixé à moyen terme. Le taux de change de l'euro joue aussi un rôle important. La monnaie unique vaut à ce jour près d'1,17 dollar, alors qu'elle était considérée comme un «facteur d'incertitude» et de fait, un frein pour l'inflation en atteignant plus d'1,20 dollar en septembre.

Pour le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, la BCE devait réduire ses achats d'actifs, mais de façon «pragmatique», afin de maintenir l'orientation «accommodante» de sa politique monétaire. «La BCE va ramener le rythme de ses achats mensuels à 30 milliards d'euros, à partir de janvier 2018», et ce pour neuf mois, contre 60 milliards actuellement jusqu'à fin 2017, estime Jörg Krämer, chef économiste chez Commerzbank.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.