Après le Brexit

03 mars 2021 11:58; Act: 03.03.2021 12:25 Print

La City de Londres pourrait assouplir ses règles

La place financière de Londres souhaite attirer davantage d'entreprises en Bourse et répondre à la concurrence européenne avec le Brexit.

storybild

Un rapport recommande d'assouplir les règles de cotations, afin d'attirer plus facilement des jeunes entreprises technologiques. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La City de Londres pourrait assouplir certaines de ses règles pour attirer davantage d'entreprises en Bourse et répondre à la concurrence européenne avec le Brexit, plaide mercredi un rapport commandé par le gouvernement. Le ministre des Finances ,Rishi Sunak, qui doit présenter à la mi-journée le budget du gouvernement et qui avait confié cette mission sur la City, à l'ancien commissaire européen aux services financiers, Jonathan Hill, va examiner rapidement ses propositions, selon un communiqué du Trésor.

Le rapport recommande notamment d'assouplir les règles de cotations, afin d'attirer plus facilement des jeunes entreprises technologiques et de permettre à leurs fondateurs de garder un contrôle plus étroit sur leurs sociétés, via notamment un système à deux types d'actions. Il demande également d'abaisser à 15% le niveau de capital minimum qui doit être placé sur le marché lors d'une introduction en Bourse, contre 25% actuellement, et de libéraliser les règles sur les SPACs, des véhicules financiers ad hoc qui s'introduisent sur le marché avec pour objectif d'acquérir des entreprises.

Perte d'influence

L'objectif est de renforcer la compétitivité de la place financière de Londres, durement concurrencée par New York, l'Asie et par les places européennes qui profitent du Brexit. En quittant le marché unique, la City a perdu son «passeport» européen qui permettait aux firmes financières britanniques de travailler pour des clients partout dans l'UE. Bruxelles, qui craint un dumping sur la régulation de la part de Londres, traîne des pieds pour accorder une série d'équivalences spécialisées qui permettraient aux sociétés financières britanniques d'opérer dans l'UE.

À cause de ces complications, en deux mois, la City a déjà perdu de notables parts de marché. Amsterdam a même doublé Londres en janvier pour le courtage d'actions européennes. «Le transfert d'activité vers Amsterdam prouve que nous faisons face à une rude concurrence comme centre financier pas seulement des États-Unis ou de l'Asie, mais d'Europe», selon le rapport britannique. Le constat est sévère, rappelant que la perte d'influence remonte à plusieurs années déjà, avec une chute de 40% du nombre de sociétés cotées à Londres depuis 2008. En outre, les grands indices londonien sont peuplés de groupes financiers ou d'entreprises représentant «l'ancien monde», selon le rapport.

Ce dernier note que le marché des SPACS est «en sommeil» à Londres alors qu'il est en plein essor aux États-Unis et à Amsterdam, où ils deviennent des alternatives aux introductions en Bourse classiques: seuls 4 SPACs sont entrés sur le marché londonien en 2020, contre 248 aux États-Unis. Jonathan Hill a toutefois écarté toute volonté de vouloir déréguler à tout-va. «Les recommandations ne consistent pas à nous démarquer en proposant des mesures radicales» et «elle sont cohérentes avec les pratiques qui existent dans des centres financiers bien régulés aux États-Unis en Asie et en Europe», selon lui.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ClearView le 03.03.2021 20:27 Report dénoncer ce commentaire

    On va pouvoir les mettre sur la listes des paradis fiscaux blacklistés alors, de même que tous leurs territoires d'outre-mer (îles vierges...)

  • Kli le 05.03.2021 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @vindulux: personne ne vous retient ici

  • Michel le 04.03.2021 13:48 Report dénoncer ce commentaire

    La City a toujours été un centre d'affaires louches, à côté d'autres tout à fait légales bien sur. Ce n'est pas par hasard si c'est à Londres que le trouve le plus de milliardaires russes (ayant hérités des actifs de l'URSS démantelée). Maintenant ils vont passer à la vitesse supérieure.

Les derniers commentaires

  • Kli le 05.03.2021 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @vindulux: personne ne vous retient ici

  • Michel le 04.03.2021 13:48 Report dénoncer ce commentaire

    La City a toujours été un centre d'affaires louches, à côté d'autres tout à fait légales bien sur. Ce n'est pas par hasard si c'est à Londres que le trouve le plus de milliardaires russes (ayant hérités des actifs de l'URSS démantelée). Maintenant ils vont passer à la vitesse supérieure.

  • Pascal le 04.03.2021 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    C'est clair que libérée du cracan du l'UE la City va développer ses activités "grises". Cela va couter très cher à l'UE et avant tout aux classes moyennes; les pauvres n'ayant pas les moyens de payer la facture et les riches ayant les moyens d'éviter la majorités des taxes et impôts.

  • Chris le 04.03.2021 06:57 Report dénoncer ce commentaire

    L’Angleterre travaille l’Europe réforme ...

  • ClearView le 03.03.2021 20:27 Report dénoncer ce commentaire

    On va pouvoir les mettre sur la listes des paradis fiscaux blacklistés alors, de même que tous leurs territoires d'outre-mer (îles vierges...)