Désaccords sur le Brexit

10 juillet 2018 10:13; Act: 10.07.2018 12:52 Print

La «crise britannique» pèse sur les marchés

L'aggravation de la crise dans le gouvernement de Theresa May risque d'accroître les craintes des entreprises, qui demandent des gages de stabilité, propice aux affaires.

storybild

Theresa May se trouve dans une situation inconfortable. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Trois jours après une réunion cruciale de l'équipe de Mme May qui avait adopté une nouvelle position commune pour les négociations de sortie de l'UE avec Bruxelles, le gouvernement conservateur est plongé dans la tourmente. Deux poids lourds eurosceptiques du cabinet ont démissionné: le ministre du Brexit, David Davis, dimanche soir, et le ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, lundi après-midi. L'équilibre du gouvernement de Mme May semble plus que jamais sur le fil du rasoir.

Thermomètre de la confiance des marchés en l'économie britannique, la livre sterling a immédiatement décroché après l'annonce du turbulent Boris Johnson. Vers 14h40 GMT, la livre britannique valait 1,3257 dollar contre 1,3283 dollar vendredi, vers 21h GMT, et un euro valait 0,8867 livre, contre 0,8843 livre vendredi. «La démission de Johnson est un événement important sur le marché, c'est un choc et un changement à 180 degrés de l'intéressé qui semblait soutenir les propositions mises en avant à Chequers», la résidence de campagne de la Première ministre, où s'est tenue la réunion vendredi, a expliqué David Cheetham, analyste chez XTB.

Leadership remis en cause

Après une réunion de douze heures, vendredi, la Première ministre conservatrice Theresa May a obtenu l'assentiment de son gouvernement sur les grandes lignes de ses objectifs pour le Brexit, prévu fin mars prochain. Ces propositions, qui doivent être détaillées dans un «livre blanc» publié jeudi, prévoit de mettre en place une zone de libre-échange pour les biens entre le Royaume-Uni et l'UE ainsi qu'un nouveau modèle douanier avec les 27, afin de maintenir un commerce «sans friction» avec le continent.

Mais la démission de M. Johnson «signifie que le départ de M. Davis n'est pas isolé, les chances de voir le leadership de Mme May remis en cause ont augmenté de façon importante», a ajouté M. Cheetham. Les milieux d'affaires avaient pourtant plutôt bien accueilli le résultat des pourparlers de Chequers et l'approche un peu plus souple du gouvernement de Theresa May sur le Brexit.

Carolyn Fairbairn, la directrice générale de la confédération patronale CBI, avait vu dans ces propositions «un pas dans la bonne direction», lundi matin, sur la BBC. Mais elle avait toutefois aussi ajouté que la démission de M. Davis constituait déjà un «coup dur» pour Mme May.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 10.07.2018 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Des questions se posent sur la stabilité du pays mais il n'y a pas vraiment de crise, le pays n'est pas en guerre ni sans gouvernement, il ne faut pas exagérer. Mais il faut bientôt au gouvernement trouver une ligne claire, ça oui !!!

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 10.07.2018 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Des questions se posent sur la stabilité du pays mais il n'y a pas vraiment de crise, le pays n'est pas en guerre ni sans gouvernement, il ne faut pas exagérer. Mais il faut bientôt au gouvernement trouver une ligne claire, ça oui !!!