Grèce

22 juin 2018 08:31; Act: 22.06.2018 11:42 Print

La crise grecque s'est terminée à Luxembourg

LUXEMBOURG/ATHÈNES - Un accord sur la dette grecque a été trouvé par ses créanciers, lors d'une réunion à Luxembourg dans la nuit de jeudi à vendredi. La crise grecque est finie.

storybild

Les ministres de l'Eurogroupe à Luxembourg. (Jeudi 21 juin 2018)

Sur ce sujet

Les ministres des Finances de la zone euro se sont entendus dans la nuit de jeudi à vendredi, sur un vaste accord mettant fin à huit années de crise, d'austérité et de plans de sauvetage pour la Grèce. Cet accord, qui inclut un dernier allègement important de la dette d'Athènes, a été conclu vers minuit, après plus de six heures de réunion à Luxembourg. Il doit permettre à Athènes de quitter, comme prévu, la tutelle de ses créanciers - zone euro et Fonds monétaire international (FMI) - le 20 août prochain pour recommencer à se financer seule sur les marchés, après plusieurs années de profonde récession et trois programmes d'aide.

«La crise grecque s'achève ici, cette nuit. Nous sommes finalement arrivés au bout de ce chemin qui a été si long et si difficile. C'est un moment historique», s'est félicité le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. «Je suis heureux», a affirmé le ministre grec des Finances, Euclid Tsakalotos. «Pour que ça en vaille la peine, nous devons nous assurer que le peuple grec voit des résultats concrets», a-t-il ajouté.

Selon plusieurs sources, les discussions se sont prolongées car l'Allemagne a manifesté une résistance de dernière minute contre l'allègement de la dette de la Grèce, pourtant jugé nécessaire par ses créanciers pour assurer sa crédibilité sur les marchés financiers.

«Surveillance renforcée»

Les Européens ont accepté vendredi d'allonger de dix ans les échéances de remboursement d'une grande partie de cette dette - dont le niveau reste le plus élevée de l'UE (180% de son PIB) - et permettront aux Grecs de ne commencer a rembourser une partie des prêts qu'à partir de 2032, contre 2022 jusqu'à présent. Ils se sont également entendus sur le versement d'une toute dernière tranche d'aide, de 15 milliards d'euros, contrepartie aux 88 dernières réformes accomplies par la Grèce, ces dernières semaines.

Sur cette somme, 5,5 milliards sont destinés au service de la dette et 9,5 milliards alimenteront un «matelas financier» de plus de 24 milliards d'euros pour les 22 mois qui suivront sa sortie du programme. Athènes sera dès sa sortie du troisième programme d'aide en août, et jusqu'en 2022, sous le coup d'une surveillance encore jamais vue de la part des Européens, bien plus stricte que celles mises en place dans le passé pour le Portugal, Chypre ou l'Irlande.

«Ce cadre de surveillance post-programme renforcé était nécessaire, mais il n'y aura en aucun cas de programme déguisé», a insisté Pierre Moscovici. Les Européens ont aussi prévu de faire le point sur la dette grecque en 2032 et d'accorder, si nécessaire, de nouvelles mesures d'allègement.

«Hommage»

Le FMI, qui a participé financièrement aux deux premiers programmes grecs, ne le fera pas pour le troisième, mais restera impliqué dans la surveillance post-programme, a annoncé vendredi, sa directrice générale, Christine Lagarde, présente à Luxembourg. Selon Mme Lagarde, la dette grecque est soutenable «à moyen terme». «Mais sur le long terme, nous avons des réserves», a-t-elle ajouté. En huit ans, la Grèce a bénéficié de plus de 273 milliards d'euros d'assistance de la part de ses créanciers au cours de trois programmes d'aide.

En contrepartie, les Grecs ont été contraints de mettre en œuvre plusieurs centaines de réformes, souvent douloureuses, notamment pour assainir leurs finances publiques. «Je rends hommage au peuple grec pour sa résilience et son engagement européen. Ses efforts n'ont pas été vains», a tweeté dans la nuit, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 22.06.2018 09:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bien voilà bravo la Grèce et les Grecs sont endettés à vie ou plus avec la bénédiction de Tsipras et tout le monde est content !!!

  • Johnny Be Good le 23.06.2018 08:04 Report dénoncer ce commentaire

    Et zou fini, un coup de baguette magique, terminé... On doit encore croire à toutes ces simagrées?

  • Roxio le 22.06.2018 09:51 Report dénoncer ce commentaire

    Et les Grecs, ils en pensent quoi ? c'est bon pour eux ? quelle blague...

Les derniers commentaires

  • Johnny Be Good le 23.06.2018 08:04 Report dénoncer ce commentaire

    Et zou fini, un coup de baguette magique, terminé... On doit encore croire à toutes ces simagrées?

  • roger le 22.06.2018 18:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Crise grecque terminée, vraiment ? Un pays endetté comme jamais dont NOUS sommes les créanciers ?

    • 20-100 le 22.06.2018 19:57 Report dénoncer ce commentaire

      Ben demandez à VOS banques pourquoi elles ont continué à acheter de la dette grecque bien avant la crise mais quand les économistes un peu clairvoyants mettaient en garde... gagne-petit les banques pensaient de manière à spéculer sur de la dette en euros qui rapportait plus. Il fallait laisser ces banques gérer leurs larmes, qui trop embrasse.

  • Kala le 22.06.2018 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Depuis le début de cette crise, les retraités et les salariés grecs sont saignés à blanc au profit de tricheurs qui ne déclarent même pas 20% de ce qu'ils gagnent grâce aux paiements en liquide. C'est un énorme scandale.

    • @Kala le 22.06.2018 13:38 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis Grec et les tricheurs, il y en avait tout autant chez les pauvres que chez les riches. La réalité, c'est que litéralement toute(!) la société trichait par rapport au fisc et aux services sociaux. On compte plus les retraités aveugle, qui ont finalement retrouvés la vue lorsqu'on les a contrôlé. On compte plus les retraites qui étaient en 80% invalidité, mais qu'on a retrouvé à faire du vélo. Et j'en passe..

    • Adonis le 22.06.2018 14:25 Report dénoncer ce commentaire

      En Grèce 500 métiers étaient classés comme dangereux et donnaient lieu à la retraite à 50 ans...

    • @Kala: vous me faites penser à un.. le 22.06.2018 18:53 Report dénoncer ce commentaire

      . chauffeur de taxi que j'avais pris à Athènes lors d'un business trip. C'était tout au début de la crise. Il m'a fait un long et copieux discours sur les méchants riches et fonctionnaires qui pillaient l'Etat grec. Et comme quoi, les pauvres gens comme lui devaient souffrir. Quand je lui demandé un recipissé (j'en avait besoin pour me faire rembourser par ma boîte), il m'a regarde avec des grand yeux et m'a dit que la course serait alors bien plus chère car il devrait la déclarer. Alors, qui est victime, qui est escroc, est difficile à terminer la bas.

  • ladeux le 22.06.2018 10:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont profité, triché, volé Et autre mais.... On trouve un accord.... NON NON ET NON. Ils devront payer et ce jusqu'au dernier centime!

    • @ladeux le 22.06.2018 11:30 Report dénoncer ce commentaire

      De quoi parlez vous là??? Vous ne savez surement pas d'ou vient la dette grecque et quesqu'elle représente sur la totalité du PIB Européen...

    • @ladeux le 22.06.2018 11:34 Report dénoncer ce commentaire

      Qui a profité? Qui a triché? Et qui a volé? Surement pas les Grecs!!! Allez voir de plus prêt ce q'uil c'est passé avant et durant la "crise Grecque"...renseignez vous un peu avant de parler. Cette haine de l'autre ne va pas faire que vous allez mieux vous sentir. à bon entendeur

    • @@ladeux le 22.06.2018 14:03 Report dénoncer ce commentaire

      Pas les Grecs ?? Enfin, il me semble que les chauffeurs de taxi, qui emettaient des factures sur un bout de papier, en souhaitant tjrs être payés en cash, y contrubaient aussi. Il me semble que les epiciaires, dont la caisse était tjrs en panne, et qui ne vous donnait aucune feuille, y contrubaient aussi. Les artisans, dont quasi 100% travaillaient en black y sont aussi un peu responsables. Et j'en passe.

  • Hofcat le 22.06.2018 10:43 Report dénoncer ce commentaire

    Bonne nouvelle pour les Grecs et le climat général en Europe. Ce qui est très dérangeant c'est que tous ces milliards ne se sont pas évaporés (certains oui, dans les taux d'intérêts, mais tout) : quelques privilégiés se sont enrichis avec les dépenses irresponsables qui ont creusé la dette grecque (par exemple les dépenses militaires) et avec la gestion peu rigoureuse de l'Etat. Ces agissements restent impunis. A quand un pôle de délinquence financière à l'échelle européenne ?