Économie malade

21 juin 2018 07:40; Act: 21.06.2018 11:55 Print

La crise grecque sur le point de se terminer

Après huit années de programmes d'aide et de soubresauts diplomatiques, Athènes devrait enfin sortir de la crise, jeudi, à l'occasion d'une réunion européenne au Luxembourg.

storybild

Les huit années de sacrifice paient enfin, estime le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. (photo: AFP/Handout)

Sur ce sujet
Une faute?

Les ministres des Finances de la zone euro vont chercher jeudi, à s'entendre sur les modalités de sortie de la Grèce des programmes d'aide dont elle bénéficie depuis huit ans, dont des mesures d'allègement de sa dette. Ces discussions s’avèrent cruciales pour qu'Athènes puisse, comme prévu, quitter la tutelle de ses créanciers, le 20 août prochain, et se financer seule sur les marchés, après plusieurs années de profonde récession.

Selon un haut responsable européen, les ministres des 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont «70% à 80% de chances» de parvenir à un accord jeudi soir à Luxembourg, où se tiendra la réunion. «Nous sommes très proches du moment où nous récolterons les fruits d'années de sacrifices et d'efforts difficiles», s'est félicité mercredi le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. En huit ans, la Grèce a bénéficié de plus de 273 milliards d'euros d'assistance de la part de ses créanciers, zone euro et Fonds monétaire international (FMI), à travers trois programmes d'aide.

En contrepartie, les Grecs ont été contraints de mettre en œuvre plusieurs centaines de réformes, souvent douloureuses, notamment pour assainir leurs finances publiques. La croissance du PIB a atteint 1,4% en 2017 et devrait encore progresser cette année (1,9%). Dans le même temps, la Grèce affiche désormais un excédent budgétaire de 0,8% par rapport au PIB, après avoir enregistré un déficit de 15,1% en 2009. Mais le niveau de la dette du pays reste le plus élevé de la zone euro et ses créanciers conviennent qu'un dernier allègement est nécessaire pour assurer sa crédibilité sur les marchés financiers. L'Allemagne et certains pays du nord de l'Europe sont cependant plus réticents et exigent, en échange de leur soutien, que la Grèce soit suivie de très près après sa sortie du programme.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 21.06.2018 08:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dire que la crise est sur le point de se terminer est un peu trompeur car la Grèce et les Grecs sont malheureusement endettés pour des générations alors que les graves problèmes de corruption persistent !!!

  • Mimile le 21.06.2018 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    Rien n'est vraiment réglé: la dette de la Grèce est toujours à 180% du PIB. A l'époque, cette dette était surtout détenue par les banques allemandes et françaises. On a alors refusé d'annuler une partie de cette dette, pour ne pas faire perdre d'argent aux banquiers. Aujourd'hui, cette dette est dans la main des états européens. Si on annule la dette grecque maintenant, c'est nous tous qui aurons payé pour sauver les fesses des banquiers. Au passage, les recettes miracles de l'austérité ont détruit 25% du PIB de la Grèce.

  • Terry le 21.06.2018 09:26 Report dénoncer ce commentaire

    @Blablabla: la crise se termine peut-être pour la Haute Finance (en attendant la prochaine!), mais pas pour les citoyens grecs qui ont été pressés comme des citrons!

Les derniers commentaires

  • cqfd le 21.06.2018 15:13 Report dénoncer ce commentaire

    normal, c'est la France et le reste de l'Europe qui remboursent.

  • Yann L le 21.06.2018 15:11 Report dénoncer ce commentaire

    Le mensonge n'a plus de limites c'est hallucinant.

  • s@tanas le 21.06.2018 14:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    de nos jours, comment peut on encore accepté que des castes, des états financier continue de s'enrichir à milliard, au détriment des citoyens auxquels on prend tout.... il serait temps que ce système s'effondre et laisse place à un peu plus d'humanité... utopique c'est sur, mais pour tous les rageux profiter de vos voitures en leasing, garder vos petits privilèges si vous pensez que votre réussite vos richesses se calculs en fonction de vos possessions....

  • Léon le 21.06.2018 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    Que la politique puisse mentir à un tel point.

    • @Léon le 21.06.2018 14:46 Report dénoncer ce commentaire

      oui je ne leur croit plus!

  • Kala! le 21.06.2018 11:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La crise grecque sera définitivement terminée lorsque le ratio 90% des transactions en liquide (vous savez, les rouleaux jaune ou vert ou même rouge) 10% en plastique (ou numérique) sera inversé. Autrement, la Grèce va continuer à être coincée dans une économie type fin 19ème siècle.

    • @Kala! le 21.06.2018 14:47 Report dénoncer ce commentaire

      Exactement où sont leurs preuves? Des statistiques? Je me méfie de toute statistique!!