Affaire Madoff au Luxembourg

10 juin 2010 14:40; Act: 10.06.2010 15:23 Print

La justice ouvre une enquête contre UBS

LUXEMBOURG - Le Parquet de Luxembourg a ouvert une enquête pour faux et usage de faux contre la banque UBS Luxembourg pour sa gestion de deux fonds d'investissement escroqués par le financier américain.

storybild

Les milliers d'investisseurs victimes de la fraude Madoff au Luxembourg n'ont pas encore pu recouvrer leur argent, en dépit de multiples procédures judiciaires devant la justice grand-ducale. (editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

«Une enquête judiciaire préliminaire a été ouverte pour faux et usage de faux contre la banque UBS Luxembourg», a indiqué jeudi le porte-parole du ministère luxembourgeois de la Justice. UBS Luxembourg était la banque dépositaire des fonds LuxInvest et LuxAlpha, qui ont perdu environ 1,9 milliard de dollars investis auprès de Bernard Madoff, condamné à la prison à vie aux États-Unis après une fraude évaluée à 50 milliards de dollars.

L'enquête luxembourgeoise a démarré peu après la révélation par la presse d'un document interne montrant qu'UBS Luxembourg connaissait depuis 2005 le double rôle de gestionnaire et de sous-dépositaire de Bernard Madoff dans le fonds LuxInvest.

Des milliers de victimes au Luxembourg

Or, la loi luxembourgeoise interdit ce cumul des fonctions en raison des conflits d'intérêts possibles entre le dépositaire, gardien de l'argent des épargnants, et le gestionnaire des fonds. Le Parquet avait demandé en décembre 2009 une copie des documents de procédure interne de LuxInvest et de LuxAlpha. La police judiciaire luxembourgeoise vient de rendre un premier rapport au Parquet dans le cadre de l'enquête préliminaire.

Les milliers d'investisseurs victimes de la fraude Madoff au Luxembourg n'ont pas encore pu recouvrer leur argent, en dépit de multiples procédures judiciaires devant la justice grand-ducale. Les tribunaux luxembourgeois ont jusqu'à présent rejeté leurs demandes d'indemnisation en considérant qu'il appartenait aux liquidateurs des deux fonds d'investissement, aujourd'hui en faillite, de récupérer l'argent pour le redistribuer ensuite aux victimes de Madoff.

lessentiel.lu avec AFP

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).