Forte croissance

12 février 2019 09:40; Act: 12.02.2019 10:01 Print

La marque Gucci et la Chine boostent Kering

Délesté de Puma, Kering a signé une année 2018 en forte croissance, tirée par ses performances en Chine et son fleuron Gucci, dont la rentabilité frôle les 40%.

storybild

Le groupe Kering est porté par la réussite de Gucci.

Sur ce sujet
Une faute?

«2018 a été une excellente année pour Kering et pour ses maisons. Nous avons une fois encore signé des performances bien supérieures à celles de notre secteur», a salué le PDG François-Henri Pinault dans un communiqué publié mardi, soulignant «un contexte mondial généralement porteur, mais de plus en plus complexe».

L'an dernier, les ventes du groupe (en excluant du périmètre l'équipementier sportif Puma ainsi que les marques Stella McCartney, Volcom et Christopher Kane, tous cédés en début d'exercice) ont atteint 13,66 milliards d'euros, en progression de 26,3% en données publiées et de 29,4% en organique.

Son bénéfice net s'est établi à 2,8 milliards d'euros, en hausse de 49,3%, conforme aux consensus compilés par les agences Factset et Bloomberg.

Croissance en Amérique du Nord et en Asie Pacifique

Kering précise dans son communiqué que le bénéfice net de ses «activités abandonnées» s'élève à 1,09 milliard d'euros, comprenant «principalement la plus-value de cession résultant de la perte de contrôle de Puma».

Le groupe avait annoncé il y a plus d'un an son intention de se désengager de la marque au félin dont il avait pris le contrôle en 2007, via la distribution de 70% de ses titres à ses actionnaires.

«Notre résultat opérationnel courant atteint un record, à près de 4 milliards, en hausse de 46,6% par rapport à 2017. Il a plus que doublé en deux ans, et la marge opérationnelle courante progresse de 400 points de base» pour atteindre 28,9%, a souligné le directeur financier Jean-Marc Duplaix lors d'une conférence téléphonique.

Il a évoqué une «croissance soutenue dans l'ensemble des régions, particulièrement en Amérique du nord et en Asie Pacifique».

Gucci au top

Le directeur financier de Kering a tenu à préciser que le groupe n'avait «pas noté de ralentissement sur la consommation chinoise au quatrième trimestre», en allusion aux craintes d'une modération du rythme de la consommation dans le pays.

«L'Asie Pacifique est en croissance pour nos marques de l'ordre de 28% au quatrième trimestre, et la Chine continentale a été même meilleure que cela, avec des taux de croissance extrêmement élevés», a mis en avant M. Duplaix.

Kering continue d'être porté par sa marque-phare Gucci, qui passe la barre des huit milliards d'euros de ventes et atteint une rentabilité record de 39,5%.

Le mastodonte italien enregistre une croissance annuelle de son chiffre d'affaires de 36,9%, sa progression ayant ralenti au fil des trimestres: +40,1% au premier, +48,7% au deuxième, +35,1% au troisième et 28% au quatrième.

Fin septembre, dans une vidéo à usage interne, le PDG de la marque Marco Bizzarri avait prévenu qu'il fallait s'attendre à une normalisation de la croissance de la griffe: «Nous devons reconnaître le fait qu'à un certain moment, nous allons ralentir, nous ne pouvons pas croître de 50 ou 60% par mois, c'est impossible».

Deuxième marque du groupe, Yves Saint Laurent poursuit sur sa lancée avec 1,7 milliard d'euros de ventes (+18%), tandis que Bottega Veneta se replie de 3%, à 1,1 milliard.

Redressement fiscal

Mardi dans son communiqué, Kering ne fait pas de nouveaux commentaires par rapport à sa notification par le fisc italien, fin janvier, des premiers résultats d'un audit selon lequel il risque un redressement de 1,4 milliard d'euros.

Le parquet de Milan, qui a ouvert une enquête il y a plus d'un an, soupçonne Kering et Gucci d'avoir cherché à bénéficier d'une fiscalité plus favorable, en déclarant en Suisse des activités menées en Italie.

Kering «conteste les conclusions du rapport d'audit tant sur leurs fondements que les montants» et se dit «confiant quant à l'issue de la procédure en cours».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.