Coronavirus au Royaume-Uni

21 septembre 2020 09:23; Act: 21.09.2020 10:18 Print

La privatisation des lignes de train va être réformée

Le gouvernement britannique a annoncé lundi une réforme de son modèle de privatisation des lignes de train, avec une plus grande implication des pouvoirs publics.

storybild

La gestion des lignes de train ne se fera plus par franchises, qui donnaient l'entière gestion aux opérateurs privés (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le gouvernement britannique a annoncé lundi une réforme de son modèle de privatisation des lignes de train en décidant de mettre fin aux franchises privées et de les remplacer par des contrats de concession avec une plus grande implication des pouvoirs publics. «Le modèle de privatisation adopté il y a 25 ans a vu des hausses importantes du nombre de passagers mais cette pandémie a prouvé qu'il ne marchait plus», a déclaré le ministre des Transports, Grant Shapps, dans un communiqué.

La gestion des lignes de train ne se fera plus par franchises, qui donnaient l'entière gestion aux opérateurs privés, mais est régie à partir de lundi, par de nouveaux contrats de type concession. Désormais, un opérateur privé pourra gérer une ligne moyennant le versement d'une commission avec en retour des objectifs de performance plus stricts qu'auparavant. Le gouvernement espère que ce mécanisme sera plus simple et efficace et permettra au transport ferroviaire de se relancer, après avoir vu son activité chuter depuis le début de la crise sanitaire.

Éviter des faillites

Ce modèle sera temporaire, prévient toutefois le ministère des Transports, qui entend basculer vers un nouveau système dont les contours n'ont pas encore été définis mais seront dévoilés dans un «livre blanc» publié une fois que l'évolution de la pandémie le permettra. «Il conservera les meilleurs aspects du secteur privé, dont la concurrence et l'investissement, mais avec une vision stratégique, un leadership et un sens des responsabilités», selon M. Shapps. Le gouvernement précise que le contribuable devra mettre la main à la poche à court terme, via les nouveaux contrats temporaires et tant que le trafic restera inférieur à la normale.

Mais il assure que la future réforme sera bénéfique à moyen et long terme pour les finances publiques. Le gouvernement a été contraint de réformer le secteur après avoir décidé fin mars de prendre temporairement le contrôle effectif des lignes ferroviaires dans le pays pour éviter des faillites, en suspendant les contrats de franchise. Les ratés de la privatisation des chemins de fer ne sont pas nouveaux au Royaume-Uni et précèdent la pandémie, entre surcoûts, retards et inefficacités liées au découpage de l'exploitation. Le gouvernement a même dû ces dernières années procéder à des nationalisations pour sauver des lignes mal gérées.

L'exploitation des chemins de fer a été privatisée au milieu des années 1990 au Royaume-Uni sous le gouvernement conservateur de John Major. Les lignes ferroviaires sont à l'heure actuelle divisées en 16 franchises à travers le pays et sont gérées par une myriade d'opérateurs, dont la SNCF.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ClearView le 21.09.2020 10:20 Report dénoncer ce commentaire

    Quand Corbyn a proposé il y a quelques mois de nationaliser des lignes de chemin de fer, Boris Johnson et son parti ont crié au scandale et l'ont traité de communiste. Aujourd'hui, BoJo veut faire exactement la même chose, mais je suppose qu'il s'agit surtout de nationaliser les pertes après avoir privatiser les bénéfices pendant des années, et ainsi de récompenser certains donateurs influents du parti.

  • fab57 le 21.09.2020 10:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    facile...quand cela ne fonctionne plus.. on fait appel aux contribuables...

  • seuls les imbéciles ne changent d'avis le 21.09.2020 09:56 Report dénoncer ce commentaire

    Grand merci aux Brits avec leur modèle de privatisation du transport publique repris par la Commission Européenne et qui affinait la destruction du chemin de fer dans toute l'Europe et la suppression de tous les grands trains internationaux. Maintenant ils sortent de l'UE et corrigent toutes les erreurs de la libéralisation européenne.

Les derniers commentaires

  • Back to the Future le 22.09.2020 22:20 Report dénoncer ce commentaire

    Retour en arrière.. une leçon pour les autres pays qui veulent privatiser privatiser privatiser

  • Savethe Queen le 22.09.2020 20:46 Report dénoncer ce commentaire

    Conclusion : le capitalisme ne fonctionne pas.

  • Grand Maître le vrai, d'URSS/Russie le 21.09.2020 13:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chez nous, chemins de fer de l'état, les meilleurs du monde!

    • CFO de l'usine de Petersbourg le 22.09.2020 00:12 Report dénoncer ce commentaire

      Tu as raison camarade, je me souviens de mon dernier voyage en train en Russie et de la convivialité à bord, entre le samovar fumant et de copieuses gorgées de vodka.

  • fab57 le 21.09.2020 10:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    facile...quand cela ne fonctionne plus.. on fait appel aux contribuables...

  • ClearView le 21.09.2020 10:20 Report dénoncer ce commentaire

    Quand Corbyn a proposé il y a quelques mois de nationaliser des lignes de chemin de fer, Boris Johnson et son parti ont crié au scandale et l'ont traité de communiste. Aujourd'hui, BoJo veut faire exactement la même chose, mais je suppose qu'il s'agit surtout de nationaliser les pertes après avoir privatiser les bénéfices pendant des années, et ainsi de récompenser certains donateurs influents du parti.