Énergie

02 décembre 2019 09:28; Act: 02.12.2019 10:36 Print

La Russie va lancer trois gazoducs majeurs

La Russie, premier exportateur de gaz naturel du monde, et son géant Gazprom vont inaugurer coup sur coup trois gazoducs majeurs ralliant la Chine, l'Allemagne et la Turquie.

storybild

Le controversé Nord Stream 2, arrivant en Allemagne, doit approvisionner l'Europe du Nord et de l'Ouest via la Baltique, en contournant l'Ukraine.

Sur ce sujet
Une faute?

La Russie, premier exportateur de gaz naturel du monde, et son géant Gazprom inaugurent coup sur coup ces prochaines semaines trois gazoducs majeurs ralliant la Chine, l'Allemagne et la Turquie.

Nord Stream 2

L'Europe reste encore la priorité du géant gazier russe, malgré les tensions des dernières années. Le controversé Nord Stream 2, arrivant en Allemagne, doit approvisionner l'Europe du Nord et de l'Ouest via la Baltique, en contournant l'Ukraine. Il est d'une capacité de 55 milliards de m³ par an, autant que son frère aîné, Nord Stream 1. Ce projet est dénoncé par l'Ukraine, la Pologne, les pays baltes, mais aussi les États-Unis qui y voient un cadeau fait à l'adversaire qu'est le Kremlin. Washington a même menacé le projet de sanctions.

Le tube, qui a coûté 9,5 milliards d'euros, est financé à moitié par Gazprom, à moitié par les Européens: les allemands Wintershall et Uniper, l'anglo-néerlandais Shell, le français Engie et l'Autrichien OMV. Le gazoduc, construit à plus de 80%, devait être initialement lancé avant la fin 2019, mais l'autorisation du Danemark de traverser ses eaux n'ayant été délivrée que fin octobre, la nouvelle date de mise en service n'est pas encore connue.

Gazprom espère un lancement prochain, mais l'achèvement du tube dépendra de la météo en mer en plein hiver. Sa mise en service presse, le contrat liant la Russie et l'Ukraine pour le transit gazier vers l'Europe prenant fin en 2019. Et l'Europe occidentale n'a pas envie de revivre les coupures d'approvisionnements hivernales des années 2000 causées par les différends russo-ukrainiens.

Power of Siberia

À travers plus de 2 000 kilomètres de forêts de pins et de sols gelés, le premier tronçon de ce gazoduc titanesque – inauguré le 2 décembre – relie les champs gaziers de Sibérie orientale à la frontière chinoise, dans la région de l'Amour. La portion chinoise devrait être achevée en 2022/2023 et amener 38 milliards de m³ de gaz par an jusqu'à la ville de Shanghai, pour rassasier l'inépuisable appétit énergétique du géant chinois, premier importateur mondial d'hydrocarbures.

Le tube s'accompagne d'un énorme contrat d'approvisionnement, estimé à plus de 400 milliards de dollars sur 30 ans, et signé en 2014 après une décennie de négociations. Power of Siberia («Force de Sibérie»), construit dans des conditions extrêmes, illustre la main tendue de Vladimir Poutine à l'Asie, alors que les relations avec ses traditionnels partenaires occidentaux se sont considérablement tendues depuis le début du conflit ukrainien.

TurkStream

Le sud de l'Europe et la Turquie ne sont pas en reste: le gazoduc TurkStream, contournant également l'Ukraine, doit être inauguré en janvier par Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan. D'une capacité de 31,5 milliards de m³ par an, il travers sur 930 km la mer Noire, comme son prédécesseur Blue Stream. Un des deux tuyaux de TurkStream est destiné à la Turquie et l'autre au sud et sud-est de l'Europe. Sa construction bénéficie d'une météo plus clémente que ses frères nordique et oriental.

L'accord d'intention pour sa réalisation entre Gazprom et Botas a été signé en 2014, avant que les relations russo-turques ne se détériorent brusquement après le crash d'un bombardier russe abattu par la Turquie fin 2015. Poutine et Erdogan scellent néanmoins le contrat fin 2016. Le projet symbolise aujourd'hui le rapprochement de la Russie et de la Turquie. D'autant qu'Ankara entretient des relations compliquées avec l'UE et l'OTAN.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vadim le 02.12.2019 10:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils vont encore tous critiquer la Russie je parie mais pourquoi ?

  • Josette le 02.12.2019 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui  l'Europe occidentale n'a pas envie de revivre les coupures d'approvisionnements hivernales des années 2000 causées par les différends russo-ukrainiens

  • Segueï le 02.12.2019 12:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo !!!

Les derniers commentaires

  • Segueï le 02.12.2019 12:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo !!!

  • Le Russe le 02.12.2019 12:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci aux bons et fidèles lecteurs de tous soutenir mon pays Russie grâce aux gazoducs, merci!

  • Josette le 02.12.2019 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui  l'Europe occidentale n'a pas envie de revivre les coupures d'approvisionnements hivernales des années 2000 causées par les différends russo-ukrainiens

  • Vadim le 02.12.2019 10:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils vont encore tous critiquer la Russie je parie mais pourquoi ?

  • Stéphanie le 02.12.2019 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je suis très fière des richesses de mon pays la Russie, j'espère dans l'avenir bientôt la grande pauvreté en Russie va aussi disparaître

    • Hmmm le 02.12.2019 12:11 Report dénoncer ce commentaire

      Pour que la pauvreté en Russie disparaisse, il faut vendre des produits, pas seulement des matières primaires. Et il faut mettre fin à la corruption !