En Europe

22 mai 2019 08:16; Act: 23.05.2019 10:54 Print

La sidérurgie fait face à des vents contraires

Résultats mitigés pour ArcelorMittal, difficultés de British Steel, abandon du projet de fusion Thyssenkrupp-Tata Steel Europe: les sidérurgistes européens sont à la peine.

storybild

Une usine Tata Steel à Scunthorpe Plant, au nord-est de l'Angleterre (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Difficultés financières de British Steel (qui possède une usine à Hayange), abandon du projet de fusion Thyssenkrupp-Tata Steel Europe, résultats mitigés pour ArcelorMittal: les sidérurgistes européens connaissent un début d'année délicat sur fond de ralentissement économique. La fédération européenne du secteur, Eurofer, a prévenu dans ses dernières prévisions début mai que le marché de l'acier dans l'UE devrait connaître un ralentissement cette année avec une baisse de la demande attendue de 0,4%, après une hausse de 3,3% en 2018.

Le marché européen «avait été plutôt dynamique ces dernières années» avec une consommation d'acier qui augmentait en moyenne de 1% à 2% par an, observe Ambroise Lecat, analyste du cabinet Roland Berger. Mais aujourd'hui, «on sent un ralentissement industriel assez marqué», en particulier du côté de l'automobile allemande, note-t-il. La consommation d'acier en Europe est passée à un régime «au mieux stable et au pire légèrement décroissant vers les moins 1%». À cette baisse de demande «quand même significative s'ajoute «une pression à l'importation plus forte», ajoute l'analyste.

Les résultats d'ArcelorMittal en net recul

La fédération Eurofer a mis en cause la forte hausse des importations que, selon elle, les mesures de sauvegarde pour protéger le marché européen contre le risque de surcapacités en acier, mises en place par l'UE à titre provisoire en juillet 2018 et confirmées en février, n'ont pas permis d'endiguer. L'an dernier, les importations ont bondi de 12,6% tandis que les ventes intérieures ne progressaient que de 1,7%, a indiqué Eurofer. «Avec une prévision de consommation d'acier en baisse de 0,4% en 2019, la situation des producteurs européens va se détériorer», a alerté le directeur général d'Eurofer, Axel Eggert. Un point de vue partagé par le géant sidérurgique ArcelorMittal, qui a publié début mai des résultats trimestriels toujours dans le vert, mais en net recul. Le groupe assure que le ralentissement de la demande en Europe a été aggravée par la hausse des importations.

ArcelorMittal réclame un renforcement des mesures de sauvegarde, alors qu'un assouplissement des quotas d'importation est envisagé pour juillet. Le groupe a revu en baisse sa prévision de la demande d'acier en Europe cette année, désormais attendue en baisse de 1%. Dans ce contexte, ArcelorMittal a décidé de réduire temporairement sa production d'acier, en mettant à l'arrêt son site polonais de Cracovie, pénalisé par les importations d'acier russe, et en réduisant l'activité de celui des Asturies. La surcapacité mondiale persiste, et en outre d'autres facteurs pèsent sur l'acier européen, indique Ambroise Lecat. Il cite les prix de l'énergie «pas très favorables en Europe en ce moment» et les montants liés à la taxe carbone qui ont «énormément augmenté». ArcelorMittal réclame que les importations d'acier dans l'UE soient soumises aux mêmes taxes carbone que les ventes des producteurs européens.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Provert le 22.05.2019 20:35 Report dénoncer ce commentaire

    C''est obligatoire que les importations soient soumises aux mêmes taxes carbone que les producteurs européens. Sinon c'est de la distorsion de concurrence. La protection de l'environnement justifie que l'on remette la concurrence à zéro via une taxe d'importation.

Les derniers commentaires

  • Provert le 22.05.2019 20:35 Report dénoncer ce commentaire

    C''est obligatoire que les importations soient soumises aux mêmes taxes carbone que les producteurs européens. Sinon c'est de la distorsion de concurrence. La protection de l'environnement justifie que l'on remette la concurrence à zéro via une taxe d'importation.