Europe

26 mars 2021 11:31; Act: 26.03.2021 11:43 Print

La troisième vague retarde la reprise économique

Les observateurs tablaient sur une amélioration dès l’été avec l’arrivée des vaccins. Le doute s’installe maintenant que la pandémie reprend le dessus et un nouveau plan de relance est évoqué.

storybild

Image d’illustration. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Nouvelle flambée de contaminations au coronavirus, durcissement des mesures de restrictions et vaccinations encore trop lentes, l’aggravation de la situation sanitaire va encore retarder la reprise économique en Europe, estiment de plus en plus d’économistes. Ces mauvaises nouvelles posent déjà la question d’un renforcement du plan de relance de 750 milliards d’euros voté l’an dernier par l’Union européenne.

L’UE «a apporté une réponse à la hauteur» à la suite de la première vague de l’épidémie du printemps 2020. Mais, suite aux 2ème et 3ème vagues, il nous faudra sans doute compléter cette réponse», a lancé jeudi soir à Bruxelles le président français Emmanuel Macron, ouvrant le débat. Au début du mois de mars, il semblait encore acquis que la reprise serait au rendez-vous cet été, une fois que la campagne de vaccination, après quelques ratés au démarrage, serait franchement sur les rails.

«Responsabilité historique»

Lors de sa réunion du 11 mars, la Banque centrale européenne a maintenu ses prévisions «globalement inchangées», sa présidente Christine Lagarde disant tabler sur «un rebond ferme de l’activité au second semestre». Mais le tableau s’est depuis brutalement assombri. La troisième vague de l’épidémie de Covid-19 a conduit les trois principales économies de la zone euro – Allemagne, France et Italie – à adopter un nouveau régime de restrictions, alors qu’on semblait se diriger au contraire vers un assouplissement des mesures.

Et les difficultés d’approvisionnement en vaccins, qui ont dominé jeudi le sommet de l’Union européenne, sont encore loin d’être résolues. En février, l’assureur-crédit Euler Hermès avait estimé que l’UE avait cinq semaines de retard par rapport à son objectif de vacciner 70% de la population d’ici la fin de l’été. Jeudi, il a refait ses calculs : le retard est désormais de sept semaines et pourrait coûter 123 milliards d’euros en 2021 aux Vingt-Sept.

«Si on compare avec la situation aux États-Unis, où les perspectives sont bien plus positives, on prend clairement beaucoup de retard sur la reprise avec cette troisième vague», constate Charlotte de Montpellier, économiste chez ING. Emmanuel Macron a lui-même comparé les politiques de relance de Bruxelles et Washington. «La force de la réponse américaine et du plan annoncé il y a quelques jours par le président Biden et son Congrès nous place face à une responsabilité historique», a-t-il estimé, en allusion à la décision d’injecter 1 900 milliards de dollars dans l’économie américaine.

Europe «à deux vitesses»

La banque ING anticipe désormais autour de 3% de croissance pour la zone euro en 2021, soit plus d’un demi-point de moins par rapport à début mars. Elle estime que «l’essentiel de la reprise» aura lieu à partir du troisième trimestre, un peu plus tard que prévu. C’est aussi le diagnostic d’Andrew Kenningham, chef économiste pour l’Europe de Capital Economics, selon qui l’Europe ne retrouvera pas son niveau de PIB d’avant-crise avant la deuxième moitié de 2022, un an après les États-Unis.

Au rythme actuel, la part de la population vaccinée dans l’UE ne devrait pas atteindre les 50% «avant juillet», un seuil que la Grande-Bretagne a déjà franchi et que les États-Unis devraient dépasser «dans les semaines à venir». «Les perspectives se sont dégradées», le retard dans la vaccination, qui diffère la levée des restrictions, risque de déboucher sur une «économie à deux vitesses», avertit Chris Williamson, chef économiste d’IHS Markit.

Le sud inquiet pour le tourisme

Les chiffres du PMI de mars – qui mesure l’activité du secteur privé – ont ainsi révélé une divergence importante entre l’Allemagne, première économie de la zone euro, qui profite du rebond industriel, et la France, davantage dépendante des services. Le moral des entrepreneurs allemands vient ainsi de retrouver son niveau de juin 2019, selon les données publiées vendredi par l’institut Ifo.

Les pays du sud – Espagne, Portugal, Italie, Grèce – s’inquiètent de devoir subir une nouvelle saison touristique en demi-teinte, de quoi menacer la cohésion européenne. Standard and Poor’s a cependant choisi de maintenir ses prévisions inchangées pour la zone euro, à +4,2% pour 2021, en soulignant «le maintien de conditions de financement favorables prévalant actuellement». En outre, «l’économie de la zone euro est moins sensible aux restrictions sociales qu’il y a un an», souligne Sylvain Broyer, chef économiste Europe pour S&P.

(L'essentiel/AFP)