Aux Etats-Unis

11 décembre 2019 08:20; Act: 11.12.2019 10:15 Print

La voiture autonome n'est pas encore prête

Les premières voitures sans humains au volant devaient arriver sur les routes américaines en 2019. Mais cette promesse des constructeurs automobiles ne sera pas tenue.

storybild

Une voiture autonome de la compagnie Uber dans les rues de San Francisco, le 27 mars 2017. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les premières voitures sans humains au volant, circulant en ville, en toute sécurité, devaient arriver sur les routes américaines en 2019, mais à quelques jours de la fin d'année cette promesse de constructeurs automobiles et de la Silicon Valley est loin d'être devenue réalité. Des accidents récents, comme ceux impliquant des voitures Tesla équipées d'Autopilot, un logiciel d'aide à la conduite, ont montré que «la technologie n'est pas prête», explique à l'AFP Dan Albert, critique et auteur du livre «Are we there yet?» (Y sommes-nous déjà ?) sur l'histoire de l'automobile américaine.

Ils ont remis en cause l'argument de vente selon lequel la voiture autonome allait aider à réduire le nombre de morts sur les routes -40 000 par an aux Etats-Unis, le plus souvent en raison d'une erreur humaine- car il y a eu des décès. Dès lors, les manœuvres que peuvent effectuer les voitures bardées de technologies sans intervention humaine demeurent limitées: se garer, freiner, démarrer ou circuler dans un parking.

Y a-t-il des voitures autonomes sur les routes ?

Non. La plupart des véhicules autonomes sont encore en expérimentation dans différentes villes. «Quand vous travaillez sur le déploiement à grande échelle de systèmes de sécurité cruciaux, "d'aller vite au risque" n'est pas une option», avance Dan Ammann, le PDG de Cruise. Pourtant, General Motors, sa maison mère, avait promis une flotte de véhicules autonomes en 2019. Des navettes autonomes circulent sur des parcours déterminés, notamment dans des campus universitaires, explique Tara Andringa, directrice de PAVE, une coalition regroupant les différents acteurs du secteur, des universitaires et des assureurs dans le but d'éduquer le grand public sur la technologie autonome.

Waymo/Google (Alphabet) propose un service de robotaxis, Waymo One Brand, depuis environ un an à Chandler (Arizona, sud-ouest). Un humain, appelé «safety driver», est néanmoins sur le siège conducteur pour prendre le contrôle en cas d'urgence. Waymo veut toutefois aller plus loin et offre, depuis l'été, ce service à des abonnés, à Phoenix et sa banlieue: des voyages sans humain derrière le volant, gratuits dans l'après-midi et parfois en soirée.

Où en est la technologie?

«L'autonomie peut être utilisée dans certaines zones tels des campus universitaires où la vitesse de circulation autorisée est faible et il y a peu d'interactions avec les autres véhicules, les piétons et les cyclistes», avance Sam Abuelsamid, ingénieur et expert chez Navigant Research. Le gros problème est la «perception», c'est-à-dire la capacité du logiciel à traiter les données envoyées par les capteurs de mouvements (autre véhicule, piéton, animaux, cycliste...) sur l'environnement de la voiture. Il doit ensuite être à même de prévoir les actions à venir de ces autres acteurs et d'adapter en conséquence son propre comportement.

«Une partie de la "perception" n'est pas encore résolue. On en est à 80-85%, ce qui signifie que dans 15% des situations problématiques la voiture peut heurter les objets ou les personnes, les tuer ou les endommager», avance la professeure Avideh Zakhor, enseignante à l'université Berkeley.

Quels sont les autres écueils?

La législation, en cours dans une quarantaine d'Etats américains, porte essentiellement sur les tests. Les acteurs espèrent que l'accumulation des milliers de kilomètres parcourus va permettre de rassurer sur la sécurité de la technologie. Les autorités doivent en outre adapter la signalisation sur les routes à ces voitures intelligentes. Contactée par l'AFP, l'agence fédérale de la sécurité routière (NHTSA) n'a pas pu dire où elle en était sur ces questions.

Quand va-t-on voir des voitures autonomes sur les routes ?

Pas avant quelques années. Henrik Fisker, le PDG du constructeur Fisker Inc, estime qu'il «faut encore attendre au moins sept ans si on veut être réaliste». «Nous devrions observer le déploiement des flottes de voitures autonomes, probablement à un niveau régional, lors des cinq prochaines années», soutient pour sa part Aurora, start-up spécialisée dans la conduite autonome et soutenue par Amazon et Fiat Chrysler.

S'il concède que trouver une voiture autonome chez un concessionnaire prendra du temps, Sam Abuelsamid estime qu'à court terme on devrait en voir circuler dans des zones délimitées. «Nous pourrons voir un nombre limité de véhicules autonomes dans certaines zones géographiques d'ici mi-2020 et un déploiement progressif à partir de 2021», prédit cet ingénieur.

Elon Musk, le patron fantasque de Tesla, a toutefois réitéré fin octobre que d'ici la fin de l'année, «la voiture (Tesla) pourra se conduire de la maison au travail, probablement sans intervention, mais sous la surveillance d'un humain». Dan Albert juge cette promesse irréalisable et prévient que les clients qui y croient en payant à l'avance les 3 500 dollars (3 150 euros environ) exigés par Tesla pour cette option «octroient un prêt sans intérêt à l'entreprise».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • FullmétalJF le 11.12.2019 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    On n'est vraiment pas pressé de voir apparaître ces engins sur les routes. Je suis de la génération "mon auto c'est ma liberté", j'aime la conduite à l'ancienne où le conducteur, seul responsable, dirige toutes les manœuvres et ne souhaite pas être assisté, guidé, connecté de partout et téléguidé. A mes yeux ce n'est pas un progrès mais une aliénation.

  • Citoyen le 11.12.2019 11:09 Report dénoncer ce commentaire

    Je connais des personnes qui confondent des piétons avec des bouteilles de vin et ceci ne fait pas la UNE dans les journaux.

  • ClearView le 11.12.2019 11:37 Report dénoncer ce commentaire

    Comme d'habitude, Elon Musk promet beaucoup de choses très vite, pour que les clients et les investisseurs délient leurs portefeuilles. Puis ce sera une succession de retard, d'excuses… pour finalement livrer un produit qui ne sera utilisable que sous certaines conditions très restrictives, et pas plus tôt que les autres fabricants. Mais d'ici là, beaucoup auront oublié, et Elon Musk aura changé de sujet et commencé à leur promettre autre chose pour que la roue puisse à nouveau tourner.

Les derniers commentaires

  • futuriste le 11.12.2019 12:01 Report dénoncer ce commentaire

    C'est dommage. J'attends impatiament de pouvoir jeter mon permis de conduire.

  • ClearView le 11.12.2019 11:37 Report dénoncer ce commentaire

    Comme d'habitude, Elon Musk promet beaucoup de choses très vite, pour que les clients et les investisseurs délient leurs portefeuilles. Puis ce sera une succession de retard, d'excuses… pour finalement livrer un produit qui ne sera utilisable que sous certaines conditions très restrictives, et pas plus tôt que les autres fabricants. Mais d'ici là, beaucoup auront oublié, et Elon Musk aura changé de sujet et commencé à leur promettre autre chose pour que la roue puisse à nouveau tourner.

  • Citoyen le 11.12.2019 11:09 Report dénoncer ce commentaire

    Je connais des personnes qui confondent des piétons avec des bouteilles de vin et ceci ne fait pas la UNE dans les journaux.

  • FullmétalJF le 11.12.2019 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    On n'est vraiment pas pressé de voir apparaître ces engins sur les routes. Je suis de la génération "mon auto c'est ma liberté", j'aime la conduite à l'ancienne où le conducteur, seul responsable, dirige toutes les manœuvres et ne souhaite pas être assisté, guidé, connecté de partout et téléguidé. A mes yeux ce n'est pas un progrès mais une aliénation.

    • Pas pour M. tout le monde le 11.12.2019 12:26 Report dénoncer ce commentaire

      Imagine le prix d'une voiture purement autonome!!