Rachat probable

23 novembre 2017 09:47; Act: 23.11.2017 11:32 Print

La Weinstein Company suscite de l'intérêt

Menacée de faillite, l'entreprise cofondée par le producteur de cinéma tombé en disgrâce intéresse deux groupes d'investisseurs, qui devraient déposer une offre.

storybild

Les accusations contre Harvey Weinstein ont mis sa société en difficulté. (photo: AFP/Charley Gallay)

Sur ce sujet

Deux groupes d'investisseurs essentiellement féminins veulent reprendre le studio Weinstein Company, menacé de faillite à la suite des accusations de harcèlement, agressions sexuelles ou viols auxquelles fait face son cofondateur Harvey Weinstein, selon une source proche du dossier et les médias américains. Un groupe d'investisseurs essentiellement féminin mené par Killer Content, une société de production audiovisuelle, et comprenant la documentariste Abigail Disney et la Fondation des femmes de New York, se prépare à déposer une offre pour acheter certains actifs de film et de télévision de la maison de production fondée par Bob et Harvey Weinstein. Elles prévoient de reverser une partie des bénéfices à des organisations d'aide aux victimes d'agressions sexuelles.

Une deuxième offre de reprise est menée par Maria Contreras-Sweet, ancienne directrice de l'agence fédérale des PME pendant l'administration Obama, qui dit dans une lettre au conseil d'administration de la Weinstein Company, qui comprend Bob Weinstein, qu'elle a assemblé «un groupe hors pair de partenaires financiers et conseillers». Dans cette lettre publiée par plusieurs médias américains dont le magazine en ligne Deadline, Mme Contreras-Sweet estime qu'il est «impératif qu'un conseil d'administration mené par des femmes prenne le contrôle de la société». Selon Deadline, l'offre de Mme Contreras-Sweet s'élève à 275 millions de dollars.

Sa proposition prévoit une reprise de «l'essentiel du passif»" de la Weinstein Company, l'établissement d'un fonds juridique pour faire face aux poursuites qui visent l'entreprise, ainsi qu'un «processus de médiation avec les victimes», mené avec l'avocate Gloria Allred, qui représente plusieurs accusatrices de Weinstein. Plus de 100 femmes disent avoir été victimes de harcèlement ou d'agressions sexuelles de la part d'Harvey Weinstein, au cours des quatre décennies passées. Depuis les premières révélations sur ces accusations début octobre, les projets en cours de la Weinstein Company sont à l'arrêt et de nombreux collaborateurs de longue date ont pris leurs distances.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.