Automobile

06 février 2019 09:03; Act: 06.02.2019 09:41 Print

Le bénéfice net de Daimler au plus bas depuis 2015

Le numéro un mondial de la voiture haut de gamme et des camions, a publié mercredi un bénéfice net en baisse de 29% sur un an pour 2018, à 7,58 milliards d'euros.

storybild

L'année 2018 a été une année avec beaucoup de vents contraires pour Daimler. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le fabricant des Mercedes-Benz, qui a vu son exercice plombé par une hausse des investissements, des charges liées au «dieselgate», les nouvelles normes antipollution WLTP et le conflit commercial sino-américain, réalise ainsi sa pire année depuis 2015. Les analystes sondés par le fournisseur de services financiers Factset s'attendaient à un bénéfice net de 7,9 milliards d'euros.

Le chiffre d'affaires est en hausse de 2%, à 167,4 milliards d'euros, tandis que le bénéfice opérationnel (Ebit) du groupe a reculé de 22%, à 11,13 milliards d'euros. Si cette donnée est conforme à la prévision d'un Ebit «bien en dessous» de celui de 2017 (14,3 milliards d'euros) exprimée en octobre, Daimler avait abaissé cet objectif deux fois l'année passée en raison du conflit commercial et de charges liées au «dieselgate».

Augmentation des coûts des matières premières

«L'année 2018 était une année avec beaucoup de vents contraires, entre le débat autour du diesel, l'introduction des tests WLTP et le conflit commercial international», note Dieter Zetche, patron de Daimler, qui quittera son poste en mai 2019 pour accéder au conseil de surveillance du groupe. La branche auto Mercedes-Benz Cars et celle des fourgons, Mercedes-Benz Vans, pèsent sur le résultat, avec une baisse respective de 18% et 73% de leur Ebit, à 7,2 milliards et 312 millions d'euros, après un deuxième semestre en forte baisse.

Dans les deux branches, des charges liées à des «procédures administratives et autres mesures» concernant des voitures diesel, la hausse des investissements dans la voiture électrique et autonome du futur et une augmentation des coûts des matières premières pèsent sur le résultat annuel, indique Daimler. Sa branche des camions, Daimler Trucks, progresse cependant (Ebit +16% à 2,75 milliards d'euros) grâce à la demande des pays NAFTA.

Pour 2019, Daimler table sur un Ebit en «légère hausse» par rapport à l'année passée, bénéficiant d'un effet positif «significatif» de la mise en commun des offres d'autopartage et d'autres formes de mobilité urbaine entre Daimler et BMW. À l'inverse, des investissements de plus de 30 milliards d'euros prévus en 2019 et 2020 pèseront sur le résultat.

(L'essentiel/afp)