Monnaie virtuelle

19 novembre 2013 10:59; Act: 19.11.2013 12:22 Print

Le bitcoin ne veut plus être l'argent du crime

Les promoteurs de cette monnaie virtuelle ont émis le vœu lundi qu'elle ne soit plus associée à l'argent du crime.

storybild

Certaines personnes sont devenues millionnaires avec les bitcoins. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le «bitcoin n'est pas un voile magique pour des transactions illicites», a assuré le représentant de la Fondation Bitcoin, chargée de promouvoir cette monnaie, Patrick Murck, lors d'une audition au Sénat français consacrée au «risques« et «promesses» des devises virtuelles. Lancé en 2009, le bitcoin peut être échangé en ligne, sur des serveurs nommés «mineurs de bitcoins», contre de l'argent réel ou utilisé pour acheter des biens et services sur Internet. Il n'est régulé par aucun gouvernement.

Peu connue du grand public, cette monnaie d'Internet a récemment fait parler d'elle quand le FBI, la police fédérale américaine, a annoncé la fermeture de Silk Roak, un site clandestin sur lequel on pouvait acheter ou vendre de la drogue avec des bitcoins. Le FBI a saisi à cette occasion 26 000 bitcoins, soit 3,6 millions de dollars à ce moment-là. Les responsables gouvernementaux ont aussi rappelé devant le Sénat français qu'une autre monnaie numérique, le Liberty Reserve (LR), créée en 2006, avait été l'outil du plus gros blanchiment d'argent (6 milliards de dollars) mis au jour aux États-Unis.

Le bitcoin va «au-delà de Silk Road»

La plateforme de paiement du même nom permettait d'envoyer, sans trace, de l'argent de n'importe qui, n'importe où dans le monde, en dehors de toute réglementation. Ernie Allen, président d'une organisation contre la pédophilie (International Centre for Missing & Exploited Children) a aussi rappelé que «la pornographie infantile était actuellement créée et développée en utilisant (...) les monnaies virtuelles». Mais pour M. Murk, le bitcoin va «au-delà de Silk Road». Et si les autorités s'affirmaient trop «antipathiques» à l'encontre du bitcoin, les sociétés qui l'utilisent aux États-Unis pourraient choisir d'émigrer «vers des pays plus accueillants», a-t-il menacé.

«La question est de savoir si l'économie du bitcoin va être intégrée aux services financiers américains et générer des emplois et de la croissance (...) ou si l'économie du bitcoin va émigrer, avec les emplois et l'innovation qui vont avec», a-t-il relevé. Jeremy Allaire, PDG de Circle Internet Financial, qui propose des produits financiers en monnaie virtuelle, a dénoncé le «coût très élevé» des monnaies traditionnelles. M. Markus a toutefois salué une «amélioration dans le ton et la teneur des propos des responsables gouvernementaux et des dirigeants bancaires».

L'Allemagne a reconnu le bitcoin comme monnaie

Alors que ces monnaies sont directement concurrentes des monnaies émises par les banques centrales, comme le dollar, le président de la banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke a écrit début septembre au Sénat que ces innovations pouvaient «comporter des risques» mais être aussi prometteuses «à long terme» grâce à un système de paiement «plus rapide, plus sécurisé et plus efficace». Mythili Raman, représentante du ministère de la Justice, a anticipé une «croissance» de ces monnaies qui «s'accompagnera d'une croissance des transactions illégales», et invité les élus à la «vigilance».

Plus sévère, le département de la Sécurité intérieure, reconnaissait «le besoin d'une attitude agressive à l'égard» de ces monnaies virtuelles. Cet été, l'Allemagne a reconnu le bitcoin comme monnaie, ce qui lui permet de taxer les transactions effectuées dans cette monnaie. Il y aurait environ 1,5 milliard de dollars en équivalent bitcoins en circulation dans le monde.

D'après M. Allen, il y a consensus pour dire que cette technologie «a besoin d'être protégée», mais son utilisation pour des activités illicites est un obstacle pour le «long terme». Le président la commission, le sénateur Thomas Carper a émis l'espoir qu'on puisse tirer partie «des bénéfices économiques» des monnaies virtuelles, tout en «se débarrassant de leurs comportements criminels». Au Luxembourg, une start-up mise d’ores et déjà sur le succès des bitcoins et est convaincue que la monnaie digitale bitcoin s’imposera comme mode de paiement sur le web.

(L'essentiel Online/ ats/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Jeff le 19.11.2013 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    sans régulation, c'est vraiment pour faire de une pub

  • Vindulux le 19.11.2013 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    L'argent du crime est le dollar.

Les derniers commentaires

  • Jeff le 19.11.2013 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    sans régulation, c'est vraiment pour faire de une pub

  • Vindulux le 19.11.2013 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    L'argent du crime est le dollar.

    • Patrick M le 19.11.2013 19:45 Report dénoncer ce commentaire

      Le dollar est imprimé en quantités astronomiques par des criminels en col blanc pour soutenir un système dont le but est d'asservir les populations mondiales, y compris celle des USA... Toute monnaie alternative doit être éliminée! Après l'Euro, c'est au tout du Bitcoin.