Monnaie virtuelle

29 juin 2018 12:55; Act: 29.06.2018 13:02 Print

Le bitcoin tombe au plus bas depuis novembre

Le cours du bitcoin est tombé brièvement en dessous des 5 900 dollars pour un bitcoin, revenant à son plus bas niveau avant la flambée des cours, fin 2017.

storybild

En décembre 2017, le bitcoin avait dépassé les 19 500 dollars pour un bitcoin. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Vers 5h GMT (7h au Luxembourg), le cours de la cryptomonnaie est tombé à 5 791,19 dollars avant de se ressaisir légèrement, selon des chiffres agglomérés par le fournisseur de données financières Bloomberg. Vers 10h GMT, il évoluait légèrement au-dessus des 5 900 dollars, un niveau plus vu depuis novembre. La principale cryptomonnaie connait actuellement une «forte tendance baissière», a réagi Naeem Aslam, analyste pour Think Markets faisant remarquer que le bitcoin avait baissé sur les deux derniers mois. Cela «n'avait pas été observé depuis mi-2016», avant que la valeur de la monnaie virtuelle ne flambe, a-t-il précisé.

Le bitcoin baisse «lentement mais sûrement», a de son côté commenté Jordan Hiscott, analyste pour Ayondo Market. Si plusieurs explications peuvent être avancées, «le piratage de plateformes d'échange est préjudiciable à la confiance dans les cryptoactifs», a-t-il expliqué. Récemment, plusieurs histoires de piratages de cryptomonnaies ont en effet fait baisser les cours. Il y a environ dix jours, près de 26 millions d'euros de cryptomonnaies ont été volés sur Bithumb, une plateforme basée en Corée du Sud. Et neuf jours plus tôt, c'est une autre plateforme sud-coréenne, Coinrail, qui avait été piratée, pour un montant dérobé de l'ordre de 31 millions d'euros, ce qui avait fait brutalement chuter le cours du bitcoin de plus de 13%.

Les opérations de dépôt et retrait y sont toujours suspendues depuis. Ces piratages à répétition ont encouragé les autorités à se pencher sur le fonctionnement de ces plateformes. Il y a une semaine, le régulateur japonais a envoyé des recommandations à six plateformes d'échanges, parmi les plus importantes du pays, alors qu'une enquête a été ouverte aux États-Unis, sur de possibles manipulations de cours.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 29.06.2018 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une monnaie de nantis et aussi hors de tout contrôle démocratique, il ne faut pas s'attendre à des miracles ...

  • anal le 29.06.2018 18:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça repartira de plus belle, c’est les soldes profitez en

Les derniers commentaires

  • anal le 29.06.2018 18:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça repartira de plus belle, c’est les soldes profitez en

  • torolkozo le 29.06.2018 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une monnaie de nantis et aussi hors de tout contrôle démocratique, il ne faut pas s'attendre à des miracles ...

    • Rigoberta Menchu le 29.06.2018 14:55 Report dénoncer ce commentaire

      @torolkozo: svp expliquez nous le "contrôle démocratique" de l'euro. Il n'y a aucun vous dîtes, zut mais alors?

    • Unicorn le 29.06.2018 15:56 Report dénoncer ce commentaire

      d'abord le bitcoin est sous le contrôle sécurisé de tous utilisateurs, mais certains spéculateurs sont arrivés à créer une grande demande virtuelle, ce qui a fait exploser son cours, qui revient à la normale. Ces spéculateurs d'une startup devront se défendre devant les tribunaux. D'autre part, l'économie n'est plus aux mains des démocraties, ce sont les banques centrales qui émettent les billets, et les prêts aux banques, qui fixent les taux d'intérêt et cela en toute indépendance des majorités politiques élues des Etats et des Unions.

    • @torolkozo le 29.06.2018 16:23 Report dénoncer ce commentaire

      Le but même des monnaies virtuelles est qu'elles sont contrôlées par les utilisateurs contrairement à l'Euro qui est contrôlé par les banques. Votre commentaire est donc on ne peut plus erroné (une fois de plus).

    • torolkozo le 29.06.2018 20:48 Report dénoncer ce commentaire

      On imagine que comme selon vous il n'y a aucun contrôle démocratique de l'euro, vous avez vos petites économies en roubles russes ou bien, un peu mieux, en yuans chinois, n'est-ce pas?

    • Cr15 le 29.06.2018 23:05 Report dénoncer ce commentaire

      Bien sur c'est la part obligataire ou toutes les monnaies que vous citez sont rattachés avec un effet domino mondial en cas de chute d'une seul monnaie... une partie de vos economies sont ainsi places en devise etrangere sans que vous le sachiez....y compris dans les finances publiques