En Russie

16 août 2019 13:16; Act: 16.08.2019 14:58 Print

Le boom du crédit à la consommation inquiète

La population russe contracte de plus en plus de crédits pour ses achats ou tout simplement pour boucler les fins de mois. Les autorités sont préoccupées.

storybild

Un homme passe devant une agence de prêts, le 14 août 2019 à Moscou (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis quelques mois, de petites machines sont apparues dans les centres commerciaux de Saint-Pétersbourg. Il suffit d'insérer son passeport pour obtenir aussitôt un micro-crédit, au taux prohibitif de 365% annuel, symptôme d'une fièvre de l'endettement qui inquiète les autorités. La population russe, au pouvoir d'achat toujours très faible et en baisse continue depuis plusieurs années, contracte de plus en plus de crédits pour ses achats ou tout simplement pour boucler les fins de mois.

La croissance spectaculaire du crédit depuis 18 mois atteint un tel niveau que le ministre de l'Économie a dit craindre l'explosion d'une bulle susceptible de provoquer une récession. Mais le sujet est très sensible: limiter l'octroi de crédits, c'est priver des ménages d'une source de revenus parfois vitale et risquer de ralentir encore une croissance déjà atone. «La situation pourrait devenir explosive en 2021», a averti le ministre Maxime Orechkine fin juillet sur la radio Echo Moskvy, affirmant que des mesures étaient en préparation pour aider la population étranglée par les dettes.

De nouveaux crédits pour rembourser les anciens

Selon lui, l'endettement des ménages en crédit à la consommation a grimpé de 25% l'année dernière et représente désormais 1 800 milliards de roubles, soit près de 25 milliards d'euros au taux actuel. Pour un tiers des ménages endettés, a-t-il précisé, le remboursement des crédits dévore plus de 60% des revenus mensuels, poussant beaucoup à contracter de nouveaux crédits pour rembourser les anciens. «Le niveau de crédits non-immobilier en Russie atteint actuellement 9% du PIB. A titre de comparaison, il est de 10-15% en Europe de l'est. Mais en Russie cela est plus inquiétant car les revenus réels n'ont pas augmenté depuis trois ans», a déclaré à l'AFP Natalia Orlova, économiste en chef d'Alfa Bank.

Selon elle, l'inquiétude vient de la solvabilité des ménages endettés: «la dette n'est pas répartie de manière uniforme, elle est contractée notamment par les ménages à faibles revenus, moins susceptibles de la rembourser. Les ménages à revenus élevés et moyens, "les bons emprunteurs", évitent de s'endetter».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.