Transport

18 juillet 2018 16:11; Act: 18.07.2018 16:30 Print

Le Concorde pourrait renaître de ses cendres

Un demi-siècle après le Concorde, une start-up américaine vise un futur supersonique destiné aux hommes d'affaires.

Sur ce sujet
Une faute?

Des vols de luxe plus rapides que le son: une start-up américaine espère raviver la flamme des vols supersoniques commerciaux, 50 ans après le premier envol de l'infortuné Concorde. Blake Scholl, ancien employé d'Amazon, devenu cofondateur de Boom Supersonic, a fait cette promesse cette semaine devant un Concorde entièrement restauré au musée Brooklands de l'aviation et des moteurs à Weybridge, au sud-ouest de Londres.

Boom Supersonic est entre autres soutenu par le fondateur de Virgin, Richard Branson, tandis que la compagnie aérienne Japan Airlines et d'autres grands noms du secteur aéronautique visent le même créneau. L'entreprise espère fabriquer et faire voler un prototype d'avion, le Baby Boom, dès l'année prochaine, même si ses projets suscitent parfois le scepticisme.

«L'histoire du Concorde, c'est l'histoire d'un voyage commencé mais jamais terminé - et nous souhaitons le reprendre», assure M. Scholl. «Chez Boom, nous sommes inspirés par ce qui a été accompli il y a un demi-siècle», a ajouté M. Scholl, devant un ancien Concorde de British Airways, qui a volé pour la première fois en 1969.

«Très peu attrayants»

«Notre dessein est de construire un avion plus rapide et plus accessible à un maximum de personnes, à tous ceux qui volent», a souligné M. Scholl, devant un public comprenant des anciens employés du Concorde. Boom Supersonic espère produire ses nouveaux avions à réaction au plus tôt, à partir du milieu de la prochaine décennie, avec pour but de réduire de moitié les temps de trajets.

L'avion proposé a une autonomie maximale de vol de quelque 8 300 kilomètres, à une vitesse de Mach 2,2, soit 2 335 kilomètres par heure. S'il finit par décoller, il serait le premier avion supersonique pour passagers à voler depuis le dernier vol du Concorde en 2003.

Le Concorde, qui a toujours peiné à trouver son public, avait été retiré du service suite à un accident en 2000, lorsqu'un Concorde s'était écrasé peu de temps après avoir décollé de Paris, tuant 113 personnes. Certains analystes restent néanmoins dubitatifs quant aux tentatives pour raviver les vols supersoniques.

«Les vols supersoniques ne correspondent pas à ce que veulent les passagers et les compagnies aériennes», explique Saj Ahmed, analyste chez Strategic Aero, rappelant que beaucoup de voyageurs privilégient les transporteurs à bas-coûts. D'après M. Ahmed, les avions supersoniques sont «très peu attrayants», à cause des coûts élevés de développement initial, de craintes liées à la pollution sonore et de prix élevés, ainsi que d'une capacité de passagers limitée.

Pas de marché évident

John Strickland, consultant indépendant sur les transports aériens, souligne pour sa part qu'il n'y a pas de marché évident pour les avions supersoniques. «Le trafic pour les affaires serait, à première vue, le plus rentable pour les trajets supersoniques», explique-t-il à l'AFP. «Mais si jamais il y a un ralentissement de l'économie ou quelque chose d'autre qui réduirait le marché des voyages en classe affaires, il ne resterait plus rien à faire avec ces avions».

«Je pense qu'il faudra encore attendre avant de savoir si ce projet réussit à créer un marché important et rentable, quelque chose que le Concorde n'a jamais pu faire», ajoute M. Strickland. Ces craintes n'ont pas empêché l'intérêt de grandir chez d'autres acteurs du secteur. Le géant américain de l'aérospatiale Boeing a dévoilé le mois dernier son concept d'avion de ligne «hypersonique», qu'il espère faire voler à Mach 5 - soit cinq fois la vitesse du son - pour une mise en service éventuelle dans 20 ou 30 ans.

En avril, la NASA a signé un accord avec l'autre géant américain, Lockheed Martin, portant sur le développement d'un «Avion-X» supersonique.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 18.07.2018 16:40 Report dénoncer ce commentaire

    Une start-up américaine? Et pour des hommes d'affaires? Dommage pour le Concorde qui était vraiment la pointe de l'industrie franco-britannique ... et même avant l'UE!

  • résident le 18.07.2018 17:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut developperbdes avions propres (cad non polluants) et non des espèces d'engins bouffe-carburant à gogo ...l'humanité n'a aucun espoir....

  • suis le 18.07.2018 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et l’Europe ?

Les derniers commentaires

  • suis le 18.07.2018 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et l’Europe ?

  • résident le 18.07.2018 17:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut developperbdes avions propres (cad non polluants) et non des espèces d'engins bouffe-carburant à gogo ...l'humanité n'a aucun espoir....

  • torolkozo le 18.07.2018 16:40 Report dénoncer ce commentaire

    Une start-up américaine? Et pour des hommes d'affaires? Dommage pour le Concorde qui était vraiment la pointe de l'industrie franco-britannique ... et même avant l'UE!