Dette publique

10 juillet 2020 21:48; Act: 10.07.2020 21:55 Print

Le Covid fait plus mal que la Seconde Guerre mondiale

La dette publique mondiale atteindra en 2020 un pic historique, selon les dernières projections du Fonds monétaire international (FMI).

storybild

Au total, les gouvernements ont dépensé près de 11 000 milliards en aides aux ménages et entreprises. (photo: AFP/Anthony Wallace)

Sur ce sujet
Une faute?

La dette publique mondiale va grimper cette année à un niveau inédit dans l'histoire pour représenter 101,5% du PIB mondial, soit plus qu'à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, soulignent des responsables du Fonds monétaire international dans un article de blog publié vendredi

Pour autant, Gita Gopinath et Vitor Gaspar, respectivement économiste en chef et directeur du département des finances publiques, estiment que les gouvernements devraient se garder de réduire trop tôt leurs dépenses en faveur de leur économie au risque sinon de compromettre la reprise.

Stabilisation de la dette publique mondiale en 2021

«Alors que la trajectoire de la dette publique pourrait continuer à dériver dans un scénario défavorable, un resserrement budgétaire trop précoce présente un risque encore plus grand de faire dérailler la reprise, avec des coûts budgétaires futurs plus importants», écrivent-ils.

Au total, les gouvernements ont dépensé près de 11 000 milliards en aides aux ménages et entreprises affectées par la paralysie économique résultant du confinement décrété pour contenir le nouveau coronavirus.

Pour le moment, «nombre de gouvernements profitent de coûts d'emprunts qui sont à des plus bas historiques» et les taux d'intérêt devraient rester à ces niveaux «pendant longtemps», notent les responsables de l'institution de Washington. Le Fonds table sur une stabilisation de la dette publique mondiale en 2021, exception faite des Etats-Unis et de la Chine. Mais la prudence s'impose.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Écolo le 11.07.2020 18:25 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas le Covid qui fait mal , mais le capitalisme et la finance. Le Covid n'est que la conséquence de l'exploitation des richesses pour le profit d'une minorité.

  • grain de sel le 12.07.2020 04:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est surtout une dette issu du secteur financier et des banques centrales qui impriment sans cesse. rien a voir avec la restructuration et reconstruction d'un pays après guerre.

  • jetlee le 12.07.2020 09:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    enlevé déjà des ministres et des gens dans certains secteur qui servent à rien mais qu'à décorer et là on économisera déjà pas mal de sous

Les derniers commentaires

  • jetlee le 12.07.2020 09:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    enlevé déjà des ministres et des gens dans certains secteur qui servent à rien mais qu'à décorer et là on économisera déjà pas mal de sous

  • madiou le 12.07.2020 08:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Luxo, la répartition équitable des richesses est un rêve qui aboutira et finira aux mêmes points qu’aujourd’hui si vous prenez en compte la culture et la façon de dépenser de chaque personne. Si c’est le communisme que vous cherchez, les nord coréens vous donnent un exemple. @Ecolo, le capitalisme et la finance permettent de faire vivre beaucoup de monde. Je suis d’accord qu’il existe une échelle hiérarchique des richesses et vous vous voyez sûrement ou vous vous situez dans cette échelle. Sachez qu’il y aura toujours quelqu’un en dessous de vous et un autre au dessus de vous qui profite de cette richesse. Le COVID est peut être pas la conséquence d’une surexploitation mais le problème que nous sommes 8 milliards de personnes à faire vivre sur cette planète.

  • grain de sel le 12.07.2020 04:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est surtout une dette issu du secteur financier et des banques centrales qui impriment sans cesse. rien a voir avec la restructuration et reconstruction d'un pays après guerre.

  • Zen vraiment Zen le 11.07.2020 22:16 Report dénoncer ce commentaire

    Calmez-vous ! de toute façon la dette ne sera jamais remboursée. Vous avez déjà commencé à entendre parler du grand "reset" dixit la patronne du FMI. Ils vont le mettre en application lorsqu'ils ne pourront plus imprimer la monnaie de singe. Bref, que ce soit 11000 milliards ou 22000 milliards c’est kif-kif bourriquot.

  • Écolo le 11.07.2020 18:25 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas le Covid qui fait mal , mais le capitalisme et la finance. Le Covid n'est que la conséquence de l'exploitation des richesses pour le profit d'une minorité.