Conséquence des sanctions

11 juin 2019 07:47; Act: 11.06.2019 09:59 Print

Le faux «Made in Vietnam» chinois fait tiquer Hanoï

Pour éviter les 25% de droits de douanes imposés par les États-Unis, des entreprises trichent sur l'origine des produits.

storybild

De nombreux textiles chinois sont estampillés "Made in Vietnam" sans passer entre les mains vietnamiennes. (photo: Bodo Marks)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Vietnam n'a pas l'intention d'être le dindon de la farce de la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine. Ses autorités vont prendre des mesures contre les entreprises qui utilisent abusivement son label «Made in Vietnam» pour pouvoir exporter leurs biens vers les USA en s'affranchissant des 25% de droits de douanes imposés par l'administration de Donald Trump, sur plus de 200 milliards de marchandises chinoises.

Des dizaines de cas de produits estampillés à tort «Made in Vietnam» et destinés aux États-Unis, à l'Europe et au Japon, ont déjà été recensés par les douanes. Cette utilisation illicite, qui provient avant tout d'entreprises actives dans les textiles, les produits de la mer et de l'agriculture, «affecte la réputation des entreprises et des produits vietnamiens», a déploré le ministre vietnamien des Affaires étrangères, Pham Binh Minh, dans un rapport publié sur le site Internet du gouvernement. Et de prévenir: «Nous allons augmenter les sanctions pour dissuader ces pratiques».

Le Vietnam prévoit aussi de mener des inspections plus strictes pour éviter d'être sanctionné par l'administration Trump s'il n'endigue pas le problème. Hanoï a la ferme intention de conserver ses bonnes relations avec les États-Unis, qui sont l'un de ses principaux partenaires commerciaux. Les importations américaines ont atteint près de 16 milliards de dollars au premier trimestre, ce qui représente une hausse de 40% par rapport à la même période de l'an dernier.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.