Start-up française

20 juin 2019 15:18; Act: 20.06.2019 16:21 Print

Le filtre qui enjolive tout entre au pays des licornes

La start-up Meero, qui travaille pour Booking, Expedia ou L'Oréal, a levé 230 millions de dollars, ce qui la place parmi les rares pépites françaises.

storybild

La société parvient à faire ressortir des couleurs chatoyantes à partir de photos ternes. Meero

Sur ce sujet
Une faute?

Qui n'a pas rêvé en voyant des photos paradisiaques d'un coucher de soleil sur une piscine d'hôtel en réservant ses vacances? Derrière certaines de ces images souvent retouchées se cache la société française Meero. La start-up a développé des filtres professionnels pour tout type de clichés et travaille avec les sites de réservation Booking et Expedia, mais aussi l'app de livraison de repas Deliveroo ou encore le géant du luxe LVMH.

Fondée il y a trois ans, l'entreprise a annoncé hier avoir levé 230 millions de dollars, ce qui la fait entrer dans le cercle très fermé des licornes, ces entreprises non cotées valant plus de 1 milliard de dollars. Il y aurait 361 licornes dans le monde selon une étude, comme Airbnb ou SpaceX, mais seulement cinq françaises dont l'app de covoiturage Blablacar et le service de streaming Deezer. Et, depuis mercredi, Meero.

La société a connu une croissance fulgurante grâce à ses outils d'intelligence artificielle qui lui permettent de retoucher en quelques secondes des clichés pris par son réseau de 58 000 photographes indépendants dans le monde. Elle compte 600 salariés et devrait doubler ses effectifs en 2019. La clé de son succès est d'avoir automatisé la retouche de photos pour livrer à ses clients des images homogènes. Meero veut maintenant se diversifier en offrant par exemple aux particuliers un service de photos de mariage.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • prentz le 20.06.2019 17:26 Report dénoncer ce commentaire

    Ouais, c'est top mais ils créent du fake...

  • nafta le 21.06.2019 22:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    500 salariés, c'est pas mal mais ça va pas révolutionner le chômage massif !

  • Hono le 21.06.2019 11:32 Report dénoncer ce commentaire

    Bobo les yeux. Les gens prendront les mêmes photos aux Seychelles ou à la Hague, magnifique...

Les derniers commentaires

  • nafta le 21.06.2019 22:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    500 salariés, c'est pas mal mais ça va pas révolutionner le chômage massif !

  • nafta le 21.06.2019 22:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'arrive à faire pareil avec lightroom c'est pas très difficile. par contre attention le bruit quand on suréclaire des zones aussi sombres au départ...

  • bonsens le 21.06.2019 16:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est quand même réjouissant d’avoir des créatifs européens et français en l’occurrence! Vive la France

  • red taz le 21.06.2019 16:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    meme ca il arrive pas a garder du naturel,ils n'y a plus de vrai photographe ...

  • Hono le 21.06.2019 11:32 Report dénoncer ce commentaire

    Bobo les yeux. Les gens prendront les mêmes photos aux Seychelles ou à la Hague, magnifique...