Touché par la crise sanitaire

18 septembre 2020 09:06; Act: 18.09.2020 09:33 Print

Le foie gras joue la carte du patrimoine

La filière du foie gras du sud-ouest en France, malmenée par la crise sanitaire, chahutée par le récent scandale d'un élevage insalubre, tente de se relever.

storybild

Des employés travaillent dans les usines de transformation de la Maison Lafite à Castelnau-Montaut, dans le sud-ouest de la France. (photo: AFP/Philippe Lopez)

Sur ce sujet
Une faute?

Emmanuel Dupouy, éleveur et gaveur de canards à Castelnau-Tursan (Landes), ouvrira son exploitation ce week-end, pour les Journées du patrimoine: la filière du foie gras du sud-ouest, malmenée par la crise sanitaire, chahutée par le récent scandale d'un élevage insalubre, joue la carte du patrimoine pour rebondir. Comme l'éleveur et son frère Hervé dans les Landes, une trentaine de producteurs, abatteurs et transformateurs du grand sud-ouest accueilleront les visiteurs pour qu'ils puissent «tout savoir sur ce mets emblématique du patrimoine culturel et gastronomique français», selon la profession qui justifie ainsi cette «première».

Le foie gras et ses cousins magret et confit, n’ont pas été épargnés par le ralentissement économique issu de la crise sanitaire. «Avec la fermeture des restaurants puis l’absence de clientèle étrangère à Paris tout l’été, la consommation 2020 chute de 18 à 20%», évalue Michel Fruchet, président du centre interprofessionnel du foie gras. Selon lui, «si un nouveau confinement devait intervenir d’ici la fin de l’année, on plie la filière»" qui pèse 100 000 emplois directs et indirects en France, premier pays producteur et consommateur.

Pertes de 50 millions d'euros

L’export qui écoule 25% de la production de foie gras français ne se porte pas mieux: «Les trois premières destinations du foie gras français sont le Japon, la Belgique et l’Espagne. Des pays qui prolongent les mesures de restrictions sanitaires», relève Marie-Pierre Pé, directrice du CIFOG (Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras). La consommation a encore été mise à mal avec la suspension de l’activité de prestigieuses tables étoilées et l’annulation de très nombreux événements. «Quand le tournoi de Roland-Garros, le salon de l’auto ou toutes les férias de l’été sont rayées du calendrier, ce sont encore de jolis pics de consommation qui disparaissent», renchérit Fabien Chevalier, directeur général de la conserverie Lafitte qui emploie 200 salariés à Montaut (Landes) et se fournit chez 80 éleveurs gaveurs installés à proximité.

Benjamin Constant, président du syndicat national des éleveurs, redoute la casse possible. «Après la crise de la grippe aviaire de 2018, les pertes de la filière palmipèdes ont été estimées à 50 millions d’euros», rappelle-t-il en affirmant que les «gens qui nous accompagnent, banques, transformateurs et coopératives, ne doivent pas nous laisser au bord de la route». À cela s'ajoute le scandale soulevé fin août par l'association L214 qui a diffusé des images d'un élevage de canards «insalubre» à Lichos (Pyrénées-Atlantiques). La filière, qui va se porter partie civile, a condamné la situation.

Droit d’exporter en Chine

Selon son président Michel Fruchet, «s'il doit y avoir des lanceurs d'alerte pour prévenir de tels comportements, ils doivent être à l'intérieur de la profession. Nous allons travailler dans ce sens». Côté ventes, la filière compte maintenant sur les fêtes de fin d’année pour écouler ses stocks et relancer la production en 2021. «Nous avons prolongé les périodes de vide sanitaire entre deux lots pour réduire la production de 10%, avec un impact du même ordre sur notre revenu», affirme l'éleveur dont la propriété à Castelnau-Tursan, voit d'ordinaire passer 28 000 canards chaque année.

Dans ce climat morose, deux transformateurs, Rougié à Maubourguet (Hautes-Pyrénées) et Lafitte (Landes), viennent de décrocher le droit d’exporter en Chine. Quelque 300 premiers kg de foie gras cru et surgelé du Sud-Ouest sont arrivés en Chine au terme d’un long parcours de contrôles douaniers. «C’est l’aboutissement d’un parcours du combattant de neuf ans, pour lequel le président de la République est intervenu à deux reprises lors de ses derniers voyages en Chine», dit Fabien Chevalier de chez Lafitte, «il faut rester humble et tenace mais ce n’est pas ce qui sauvera notre année 2020».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Foie malade ???? le 19.09.2020 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    J’ai aimé quand j’étais jeune.. mais aujourd’hui je n’y toucherai plus.

Les derniers commentaires

  • Foie malade ???? le 19.09.2020 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    J’ai aimé quand j’étais jeune.. mais aujourd’hui je n’y toucherai plus.