Pandémie

25 octobre 2020 10:09; Act: 26.10.2020 11:52 Print

Le «gagne-​​pain» des compagnies aériennes coule

Les réunions Zoom ou Teams vont-elles à long terme remplacer les voyages d'affaires? Ces déplacements professionnels en avion ont chuté depuis le début de la pandémie.

storybild

Privées de leur classe affaire, les compagnies aériennes tanguent. (photo: AFP/Daniel Slim)

Sur ce sujet
Une faute?

«Tous les déplacements se sont soudainement arrêtés mi-mars à cause du Covid», raconte JJ Kinahan. Un changement brutal pour ce salarié du courtier TD AmeriTrade, qui passait jusqu'alors environ 75 nuits par an loin de chez lui pour le travail.

Les avions et chambres d'hôtel ne lui manquent pas. Il regrette surtout de ne pas avoir de nouvelles des réceptionnistes et concierges des établissements où il avait ses habitudes. Sa compagnie n'autorise pour l'instant les voyages qu'au cas par cas. De toute façon, relève JJ Kinahan, «les gens ne sont pas au bureau».

La pandémie a dévasté les compagnies aériennes: les quatre plus grosses sociétés du secteur aux États-Unis (American, United, Delta et Southwest) ont encore perdu près de 11 milliards de dollars cumulés au troisième trimestre.

Les Américains ont recommencé à se déplacer un peu pour des raisons personnelles: pour la première fois depuis mi-mars, le nombre de clients traversant la sécurité dans les aéroports a dépassé dimanche dernier la barre de 1 million. Ce qui reste bien loin des 2,6 millions enregistrés le même jour en 2019.

De nombreuses entreprises autorisent de nouveau les déplacements, mais accordent leur feu vert au compte-gouttes.

Risques de poursuites

Il n'est parfois pas possible d'éviter les déplacements, comme quand un avocat doit se présenter devant une cour ou qu'une réparation ne peut être faite que par un technicien spécialisé, souligne Alexandra Cunningham, du cabinet juridique Hunton Andrews Kurth.

Si des employés travaillant dans des endroits fermés, comme les abattoirs et les bateaux de croisière, ont pu réclamer des compensations après être tombés malades, il reste à ses yeux compliqué de prouver que le virus a pu être attrapé lors d'un voyage d'affaires.

Mais suivre les recommandations des autorités sanitaires, qui conseillent d'éviter tout voyage non-essentiel, «est actuellement la meilleure façon pour une entreprise de se protéger du risque de poursuites» par un salarié, estime l'avocate.

Il faut aussi théoriquement respecter les règles de quarantaine imposées dans certains États, ce qui n'est pas vraiment pratique pour un déplacement d'un ou deux jours.

La désaffection des voyageurs d'affaires est un problème pour les compagnies aériennes: s'ils ne représentent qu'environ 30% des passagers, ils apportent la moitié de leur chiffre d'affaires, selon la fédération représentant le secteur, Airlines for America.

«Gagne-pain»

Cette catégorie «est extrêmement importante pour United, c'était notre gagne-pain», a souligné Scott Kirby, le patron de la compagnie, lors d'une récente conférence téléphonique. Les vols pour raisons professionnelles sont encore en baisse de 85% à 90% chez United.

M. Kirby se veut optimiste: «On est des créatures sociales», a-t-il martelé, disant s'attendre à un rebond réel des voyages d'affaires entre fin 2021 et 2022, et un retour à la normale en 2024.

«Après le 11 septembre, tout le monde disait que le monde allait changer, que plus personne n'allait voler. Ils avaient tort», a aussi rappelé jeudi sur la chaîne CNBC le PDG de Southwest Airlines, Gary Kelly. Mais le retour à la normale «ne sera pas de sitôt», a-t-il estimé. «Peut-être dans dix ans».

Une fois que la situation se rétablira, il pourrait y avoir au final une réduction de 10% à 20% du nombre de voyages d'affaires, a avancé le patron de Delta, Ed Bastian, en reconnaissant l'«impact» des nouvelles technologies vidéo.

Mais ce ne sera jamais «un substitut» aux voyages d'affaires, a-t-il affirmé.

Quant au télétravail en tant que tel, il pourrait même profiter aux voyages en avion, a remarqué dans une autre conférence téléphonique le responsable commercial de United, Andrew Nocella: les salariés qui ont fait le choix de s'installer loin du bureau devront bien y retourner quelques jours par mois.

«Les déplacements professionnels seront peut-être différents, mais nous pensons qu'ils reviendront». En attendant, leur chute continuera à peser dans les comptes des compagnies aériennes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Résident le 25.10.2020 13:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il était l'heure que ca s'arrête. quand je vois dans mon travail la quantité aberrante de déplacements professionnels pour participer à une reunion de 2 heures qui pourrait tres bien se faire par call. c'est honteux. l'environnement nous en remerciera.

  • Pollution le 25.10.2020 11:58 Report dénoncer ce commentaire

    La preuve que l'on peut finalement bien réduire les voyages d'affaires en avion, qui coûtent quand même pas mal en pollution, saturent les aéroports en nécessitant des extensions au dépens de zones naturelles ou de quartiers ainsi perturbés par le passage des avions plus nombreux. Non à l'interdiction des avions, mais oui à une utilisation plus rationnelle. On n'a qu'une planète, prenons-en soin. Idée à étendre aussi aux autres moyens de transport...

  • Lapin Malin le 25.10.2020 15:29 Report dénoncer ce commentaire

    Les conférences informatiques sont un pis-aller, qui permettent de survivre en attendant la fin de la pandémie. Elles ne permettent en RIEN, les mêmes résultats que les contacts humains offraient. La pandémie a, malheureusement, renforcé les réflexes nationalistes et protectionnistes et de ce fait coulé la politique européenne et le commerce international.

Les derniers commentaires

  • TontonB le 25.10.2020 20:48 Report dénoncer ce commentaire

    Ils vont devoir se recycler ... sans doute dans le haut de gamme. Il ne me dérangerait pas de débourser 2000 euros pour un vol. Si le confort, la sécurité et la qualité sont à la hauteur.

  • Lapin Malin le 25.10.2020 15:29 Report dénoncer ce commentaire

    Les conférences informatiques sont un pis-aller, qui permettent de survivre en attendant la fin de la pandémie. Elles ne permettent en RIEN, les mêmes résultats que les contacts humains offraient. La pandémie a, malheureusement, renforcé les réflexes nationalistes et protectionnistes et de ce fait coulé la politique européenne et le commerce international.

    • Troll gagne-pain (usine de Pieterburg) le 25.10.2020 23:33 Report dénoncer ce commentaire

      D'accord avec Lapin Malin !

  • Résident le 25.10.2020 13:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il était l'heure que ca s'arrête. quand je vois dans mon travail la quantité aberrante de déplacements professionnels pour participer à une reunion de 2 heures qui pourrait tres bien se faire par call. c'est honteux. l'environnement nous en remerciera.

  • Pollution le 25.10.2020 11:58 Report dénoncer ce commentaire

    La preuve que l'on peut finalement bien réduire les voyages d'affaires en avion, qui coûtent quand même pas mal en pollution, saturent les aéroports en nécessitant des extensions au dépens de zones naturelles ou de quartiers ainsi perturbés par le passage des avions plus nombreux. Non à l'interdiction des avions, mais oui à une utilisation plus rationnelle. On n'a qu'une planète, prenons-en soin. Idée à étendre aussi aux autres moyens de transport...

  • le canard enchaîné le 25.10.2020 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement cest pas fini ... covid 19 covid 20 covid 21 etc ..