Investissements économiques

27 août 2019 08:40; Act: 27.08.2019 11:35 Print

Le Japon reçoit l'Afrique à l'ombre de la Chine

Le Japon reçoit cette semaine des dizaines de dirigeants d'Afrique pour tenter de renforcer la présence de ses entreprises sur ce continent riche en ressources naturelles.

storybild

Le Japon veut «engager une action conséquente» sur le continent africain. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour le Premier ministre Shinzo Abe, cette septième édition de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Ticad) coorganisée avec l'ONU, la Banque mondiale et l'Union africaine depuis 1993, doit permettre au Japon «d'engager une action conséquente» sur le continent. Mais la Chine, qui lui a emboîté le pas avec sa propre conférence, le dépasse à présent largement par les sommes qu'elle engage: 60 milliards de dollars en nouveaux financements promis au cours du sommet Chine-Afrique de l'an dernier, le double exactement des engagements de la dernière Ticad, en 2016.

Le pays du Soleil levant ne devrait cependant pas faire, de mercredi à vendredi à Yokohama au sud-ouest de la capitale nippone, la course au chiffre. Il choisit de se distinguer plutôt en affichant une volonté d'accompagner ses investissements «de qualité» d'un «développement des ressources humaines» locales et d'en limiter le fardeau en termes d'endettement, dans une comparaison à peine voilée avec son grand voisin et concurrent asiatique.

Unités géothermiques au Kenya ou à Djibouti

Le faramineux projet d'infrastructures «Nouvelles routes de la soie» lancé en 2013 par Pékin pour connecter l'Asie, l'Europe et l'Afrique à la Chine a été accusé de favoriser les entreprises et ouvriers chinois au détriment des économies locales, d'enferrer les pays hôtes dans la dette et de ne pas tenir compte des droits humains et de l'environnement. Les infrastructures développées «avec des investissements ou des prêts chinois (...) peuvent parfois aboutir à un endettement très lourd pour certains pays», a déclaré lors d'un point de presse Masahiko Kiya, un diplomate japonais responsable de la Ticad.

Pour M. Kiya, la «qualité supérieure» des infrastructures japonaises et le suivi de la maintenance locale leur assure «un coût moins élevé sur le long terme». «La seule livraison de l'infrastructure ou de l'équipement n'est pas la fin du projet», lance-t-il. La Ticad est une bonne occasion pour le Japon d'envoyer un message sur «ses prêts pratiques et bien planifiés», estime Sawaka Takazaki, directeur adjoint de la division Moyen Orient et Afrique de l'agence publique japonaise de promotion du commerce extérieur (Jetro).

Tokyo devrait entre autres annoncer cette semaine un prêt de 400 milliards de yens (3,4 milliards d'euros) pour financer des énergies renouvelables, dont l'extension d'équipements éoliens en Égypte et des unités géothermiques au Kenya ou à Djibouti.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rose le 27.08.2019 19:14 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une bonne chose. On a parfois l'impression que seul la Chine investi massivement en Afrique. Un peu de diversité est la bienvenue.

Les derniers commentaires

  • Rose le 27.08.2019 19:14 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une bonne chose. On a parfois l'impression que seul la Chine investi massivement en Afrique. Un peu de diversité est la bienvenue.