En Europe

19 septembre 2018 10:59; Act: 19.09.2018 11:48 Print

Le marché auto dopé par de nouvelles normes

Le marché auto européen s'est envolé durant l'été (+10,5% en juillet et +31,2% en août), sous l'effet de nouvelles normes qui ont poussé des constructeurs à anticiper des ventes.

storybild

Volkswagen reste leader en Europe. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Et +24,1% en juillet, +41% en août: le groupe Volkswagen a vu ses livraisons s'envoler durant l’été. Tout comme ses rivaux le groupe PSA (+17,9% en août), le groupe Renault (+57,8%), Fiat Chrysler (+39,8%), Ford (+16,9%), d'après les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).

L'ACEA a expliqué la «hausse exceptionnelle» du mois d'août par «l'introduction du nouveau test WLTP pour toutes les immatriculations de voitures, à partir du 1er septembre». Ces tests en laboratoire, qui remplacent la procédure NEDC, mesurent la consommation de carburant, mais aussi les émissions de CO2, de particules, d'oxydes d'azote (NOx) et autres produits nocifs. Leur durcissement fait qu'ils reflètent désormais beaucoup mieux les consommations et rejets réels des véhicules. Certains constructeurs sont soupçonnés d'avoir accordé de gros rabais en juillet, et surtout en août, sur des véhicules qui n'auraient plus pu être commercialisés à partir de septembre, ou bien de les avoir immatriculés auprès de leurs propres concessionnaires afin de les écouler plus tard.

22,1% en août au Luxembourg

En août, les cinq plus gros marchés nationaux européens ont tous fortement progressé, bien que de façon disparate: Italie (+9,5%), Espagne (+48,7%), France (+40%), Allemagne (+24,7%), Royaume-Uni (+23,1%). Le marché luxembourgeois a lui augmenté de 8,9% en juillet et 22,1% en août. «Cette hausse ne traduit pas du tout le vrai rythme du marché européen, qui s'approche petit à petit de son sommet et a vocation à se stabiliser sur les prochains trimestres. Ces chiffres ne veulent pas dire grand-chose», a commenté Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile.

Après le «pic artificiel» de l'effet WLTP, «il faut s'attendre à un contrecoup d'ici la fin de l'année», même si «les fondamentaux du marché restent bons», a-t-il ajouté. Sur l'ensemble de la période de janvier à août, les immatriculations de voitures particulières neuves ont augmenté de 6,1% dans l'UE, soit bien plus que la prévision d'une hausse de 1% pour 2018 émise en début d'année par l'ACEA.

Volkswagen toujours n°1

Volkswagen domine plus que jamais le marché européen et représente plus d'une immatriculation sur quatre sur les huit premiers mois de l'année. PSA est numéro deux avec 15,9% de part de marché sur la même période, soit une hausse de 5,3 points grâce à l'ajout d'Opel/Vauxhall qui ne faisait pas partie du groupe sur la première moitié de l'année 2017. Le podium est complété par le groupe Renault (10,9%, en hausse de 0,5 point). Vient ensuite Fiat Chrysler (FCA) qui représente 6,9% des livraisons en Europe. FCA a progressé de 17,4% en juillet et de 39,8% en août. Il est au coude à coude avec Ford dont les immatriculations ont augmenté de 2,4% en juillet et de 16,9% en août.

Les groupes allemands dits «premium» ne sont pas loin, mais n'ont pas suivi l'emballement commercial de l'été. BMW (avec Mini) détient 6% du marché, après une baisse de 4,2% en juillet et une hausse de 6,5% en août. Il précède Daimler (Mercedes, Smart) dont les immatriculations ont décliné durant les deux mois : -14,3%, puis -2,8%. Toyota continue de bénéficier de sa gamme de motorisations hybride essence/électrique (+8,8% en juillet, +19,4% en août), une alternative au diesel décrié.

Parts de marché des constructeurs automobiles en Europe

Pour Felipe Munoz, analyste automobile chez Jato Dynamics, les résultats du mois d'août, biaisés par l'effet WLTP, «prouvent surtout à quel point les chiffres d'immatriculations peuvent être faciles à manipuler». Il souligne que les livraisons aux entreprises (y compris les concessions automobiles qui immatriculent leurs propres véhicules) ont progressé de 41% en août, quatre fois plus que celles aux particuliers (+11%).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • NDYE le 19.09.2018 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    Au 4 ème trimestre, j'en connais qui vont pleurer !

  • LePetitBelge le 19.09.2018 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être que les utilisateurs préfèrent acheter des technologies qui ont fait leur preuves plutôt que des technologies développées en catastrophe. Qui soit dit sont loin d'être propres quand on regarde bien objectivement.

  • Lionel Kirchner le 19.09.2018 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    Les meilleurs modèles d'automne-hivers 2017-2018 sont commercialement condamnés à cause des nouvelles normes (A moins que les marques Allemandes n'arrivent encore à tricher).

Les derniers commentaires

  • Léon le 20.09.2018 07:45 Report dénoncer ce commentaire

    Le marché dope aussi la pollution.

  • Léon le 20.09.2018 07:37 Report dénoncer ce commentaire

    Les allemands triche avec la bénédiction des dirigeants européens.

  • ladeux le 19.09.2018 14:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les autres le font aussi

  • ladeux le 19.09.2018 14:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    marrant. un diesel de 97 vw beetle est moins polluant que le diesel 2018 vw beetle. une explication?

  • NDYE le 19.09.2018 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    Au 4 ème trimestre, j'en connais qui vont pleurer !