Libre-échange

19 septembre 2019 07:54; Act: 19.09.2019 09:47 Print

Le Mercosur cette fois menacé par l'Autriche

Après le Luxembourg et la France, c'est au tour de la république alpine d'hésiter à ratifier l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et des pays sud-américains.

storybild

Les ONG qui défendent le climat sont vent debout contre le traité, qui augmenterait le commerce entre l'Europe et l'Amérique du Sud. (photo: AFP/Frank Perry)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Parlement autrichien a astreint mercredi le gouvernement à s'opposer à la signature de l'accord commercial controversé entre l'Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay), critiqué par plusieurs États membres en raison notamment de doutes sur les engagements du Brésil en faveur du climat. L'accord UE-Mercosur conclu en juin par la Commission européenne au nom des États membres doit encore être validé par ces derniers pour entrer en vigueur. Cette ratification exige l'unanimité des chefs d'État et de gouvernement.

Vienne devra s'opposer à la ratification en vertu du vote exprimé mercredi par les députés autrichiens en commission parlementaire. Quatre des cinq partis représentés au Parlement, dont la majorité de droite, ont imposé au gouvernement de rejeter le traité. «L'Autriche va refuser le traité Mercosur», s'est félicitée la députée conservatrice (ÖVP) et ancienne ministre de l'Environnement, Elisabeth Köstinger. «En Amérique du Sud, les forêts tropicales sont détruites par le feu pour créer des pâturages et envoyer du bœuf bon marché en Europe», a-t-elle justifié.

Le Luxembourg avait annoncé fin août vouloir geler sa signature pour le traité. Le président français Emmanuel Macron avait aussi annoncé son opposition, estimant que son homologue brésilien Jair Bolsonaro avait menti sur ses engagements en faveur de l'environnement. L'accord signé fin juin après vingt ans de tractations, suscite un malaise grandissant dans certains États de l'UE sous la pression des agriculteurs et des ONG. D'autres États membres de l'UE, dont l'Allemagne et l'Espagne, ont au contraire exhorté la Commission européenne à finaliser cet «accord historique».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Durable le 19.09.2019 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    Faut rien signer nos agriculteurs connaissent leur métier. Et sont capable de nourrir l Europe. Il faudrait déjà harmoniser l Europe que un agriculteur ne s endette pas pour produire du lait. Qu on revienne à quelque chose de raisonné. En finir àvec l industrie agro-alimentaire et ne faire que de l agro-alimentaire. D arrêter ce déni sur les engrais, les pesticides. Enfin être intelligent et réfléchir à des solutions durable et pas juste voir jusqu a la prochaine élection.

  • Question le 19.09.2019 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce que c'est aussi lié à la fin de l'obligation de traçabilité des aliments au 1/1/20 ?

  • Raison le 19.09.2019 12:00 Report dénoncer ce commentaire

    On n'a pas besoin de faire du libre échange avec l'Amérique du Sud sur des produits de consommation courante. Ce qu'on veut de chez eux, c'est ce qu'on n'a pas ici, et si c'est importé de loin, ça doit avoir un prix qui le reflète.

Les derniers commentaires

  • UpSideDown le 20.09.2019 09:33 Report dénoncer ce commentaire

    La forêt amazonienne est brulée pour laisser la place à des cultures (soja, etc.). Bientôt on ne pourra plus respirer et il faut encore encourager ce genre d'attitude avec des traités de libre échange ? On marche sur la tête

  • Vladimir le 19.09.2019 21:13 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi "menacé" par l'Autriche ? C'est l'Autriche qui est souveraine et a le droit de décider si oui ou non elle a bien envie d'un accord pareil il me semble !!! Alors qu'on va les laisser tranquille j'espère !!!

  • Question le 19.09.2019 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce que c'est aussi lié à la fin de l'obligation de traçabilité des aliments au 1/1/20 ?

  • Raison le 19.09.2019 12:00 Report dénoncer ce commentaire

    On n'a pas besoin de faire du libre échange avec l'Amérique du Sud sur des produits de consommation courante. Ce qu'on veut de chez eux, c'est ce qu'on n'a pas ici, et si c'est importé de loin, ça doit avoir un prix qui le reflète.

  • Durable le 19.09.2019 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    Faut rien signer nos agriculteurs connaissent leur métier. Et sont capable de nourrir l Europe. Il faudrait déjà harmoniser l Europe que un agriculteur ne s endette pas pour produire du lait. Qu on revienne à quelque chose de raisonné. En finir àvec l industrie agro-alimentaire et ne faire que de l agro-alimentaire. D arrêter ce déni sur les engrais, les pesticides. Enfin être intelligent et réfléchir à des solutions durable et pas juste voir jusqu a la prochaine élection.