Distribution en France

04 décembre 2019 09:40; Act: 04.12.2019 10:00 Print

Le modèle des enseignes à bas prix fait mouche

Les chaînes de magasins à bas prix, comme Centrakor, Gifi, Stokomani, Action ou encore Hema, sont en fort développement en France.

storybild

Le Néerlandais Action, arrivé en France en 2012, vient déjà d'y ouvrir son 500e magasin. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les chaînes de magasins à bas prix, qui tirent leur épingle du jeu au moment de Noël, en fournissant objets de décoration et idées cadeaux pas chères, sont en fort développement en France, où leur modèle fait mouche. Selon une étude du cabinet Xerfi de décembre 2018, les neuf principales enseignes à bas prix, qu'elles soient dédiés au bazar ou au déstockage, ont vu leur revenu bondir de 20% entre 2013 et 2018. Mieux: le chiffre d'affaires de ces enseignes, parmi lesquelles Centrakor, Gifi, Stokomani, Action, Hema, etc., devrait respectivement augmenter de 15 et 8% chaque année d'ici à 2021.

Ces enseignes illustrent bien le «phénomène des "dollar stores", où l'on peut acquérir plein de petits objets avec une somme très modeste», doublé d'un «effet "surprise" ou "chasse au trésor" propre à l'achat d'impulsion», souligne à l'AFP Matthias Berahya-Lazarus, président du groupe Bonial, spécialisé dans le marketing numérique pour la distribution. Leur parc de magasins maille désormais tout le territoire: celui des 15 plus grands réseaux a ainsi doublé entre 2012 et 2018, précise encore Xerfi. Et ce n'est pas près de s'arrêter: le Néerlandais Action, arrivé en France en 2012, vient déjà d'y ouvrir son 500e magasin.

«Pétillant»

«Et nous avons prévu d'en ouvrir environ 100 en 2020», affirme à l'AFP le directeur général de l'enseigne en France, Wouter De Backer, pour qui le succès d'Action tient à son modèle «simple et basique»: «6 000 références environ, dont 150 nouvelles par semaine, réunies dans 1 000 m² pour un prix moyen de 1,70 euro». «On est dans un marché porteur» qui croît de 7 à 10% par an, renchérit à l'AFP la PDG de Stokomani, Delphine Mathez, dont l'enseigne devrait réaliser 500 millions d'euros de chiffre d'affaires fin 2019, et «une croissance rentable».

«Nous offrons aux marques un débouché fiable, rapide et plus discret» que les sites de déstockage en ligne, de type Showroomprivé, souligne la dirigeante pour qui le secteur «s'est développé sur le dos des hypermarchés», en faisant du «non-alimentaire pétillant». Pour parvenir à de tels petits prix (de -20 à -30%), «toutes ces enseignes ont une expertise dite "d'achat parallèle"»", explique à l'AFP M. Berahya-Lazarus, qui leur fait acheter en Europe de l'Est ou au Maghreb, ce qui «nécessite de connaître ses sources, de savoir comment les importer et les dédouaner». «Ce mécanisme n'est généralement pas tout à fait du goût des grandes marques qui préfèrent contrôler les canaux (de distribution) par pays», explique l'expert à l'AFP.

«Ce sont des magasins qui font sens»

Voilà pourquoi cohabitent dans les rayons de ces enseignes de déstockage des emballages aux étiquettes écrites dans plusieurs langues, ce que ne peuvent se permettre les enseignes de la grande distribution: «Ça ferait désordre pour un Carrefour d'acheter son Coca-Cola en Pologne», souligne M. Berahya-Lazarus. Pour Nathalie Grand-Clément, la directrice générale de Centrakor, la force de son réseau tient à «un pilotage plus fin qui nous permet de roder notre assortiment» entre magasins intégrés et indépendants, tout en bénéficiant du «modèle de la centrale qui permet de compiler les volumes pour négocier les meilleurs tarifs».

«L'expertise» de Centrakor, qui a réalisé 750 millions de chiffre d'affaires en 2018, se vérifie surtout sur «les produits saisonniers», ajoute la dirigeante à l'AFP, tant sur la décoration que sur les cadeaux de Noël. Ce type de modèle a cependant ses limites car il ne permet pas au consommateur de «planifier» ses courses, de «faire un plein» comme dans une enseigne classique. En revanche, «on peut y acheter certains produits dits "fréquents", du type dentifrice ou lessive, qui sont des "marqueurs" du panier des familles et qui favorisent l'image/prix de ces magasins», explique Matthias Berahya-Lazarus.

Avant de conclure: «Ces enseignes démontrent que l'accessibilité/prix est un enjeu énorme pour la distribution: pour la moitié au moins de la population française qui a du mal à boucler ses fins de mois», et notamment en période d'achats de Noël, «ce sont des magasins qui font sens».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ex drogué d'action le 04.12.2019 11:27 Report dénoncer ce commentaire

    Le souci de ces magasins c'est qu'on achèterait n'importe quoi sous prétexte que ce sont des "petits" prix, mais la meilleure économie est de ne rien acheter du tout

  • Sabrine le 04.12.2019 13:24 Report dénoncer ce commentaire

    heureusement que ce genre de boutiques existent! ca dépanne vachement, maintenant faut pas acheter tout et n'imp. perso en tant que maman solo avec enfants ça fait plaisir que d'aller au Cactus où je ne peux rien acheter!

  • Nathielux le 04.12.2019 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a plusieurs déjà un à belval et l autre à bereldange

Les derniers commentaires

  • Nathielux le 04.12.2019 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a plusieurs déjà un à belval et l autre à bereldange

  • Sabrine le 04.12.2019 13:24 Report dénoncer ce commentaire

    heureusement que ce genre de boutiques existent! ca dépanne vachement, maintenant faut pas acheter tout et n'imp. perso en tant que maman solo avec enfants ça fait plaisir que d'aller au Cactus où je ne peux rien acheter!

  • ex drogué d'action le 04.12.2019 11:27 Report dénoncer ce commentaire

    Le souci de ces magasins c'est qu'on achèterait n'importe quoi sous prétexte que ce sont des "petits" prix, mais la meilleure économie est de ne rien acheter du tout

    • Censuré 57 le 04.12.2019 11:48 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, le mieux est de ne rien acheter... Mais pour certains articles "presques obligatoires" et "à usage unique" comme le papier cadeaux de Noël, autant aller là-bas (surtout après avoir vu le tarif de celui-ci dans les magasins au Luxembourg ce weekend...)

  • Lou Lulu le 04.12.2019 09:54 Report dénoncer ce commentaire

    A quand dans le Luxembourg ???????

    • Hame le 04.12.2019 12:08 Report dénoncer ce commentaire

      il y en a un qui a ouvert à Belval.

    • Lola le 04.12.2019 12:48 Report dénoncer ce commentaire

      Il y en a déjà plusieurs