Débat en Allemagne

23 août 2020 11:02; Act: 23.08.2020 11:06 Print

Le plan de relance européen amené à durer?

D'après le ministre allemand des Finances, le plan négocié âprement en juillet a vocation à durer dans le temps. Il prône aussi une réforme des mécanismes de décision.

storybild

Angela Merkel et Olaf Scholz ne semblent pas sur la même longueur d'onde. (photo: AFP/Michael Kappeler)

Sur ce sujet
Une faute?

Olaf Scholz, ministre allemand des Finances, a estimé dimanche que le Fonds de relance européen adopté en juillet était là pour durer, alors qu'Angela Merkel assure qu'il est lié à la crise exceptionnelle née de la pandémie de coronavirus. «Le Fonds de relance est un réel progrès pour l'Allemagne et pour l'Europe sur lequel on ne reviendra pas en arrière», a affirmé le candidat social-démocrate à la chancellerie lors des élections législatives prévues l'an prochain, dans le groupe de journaux Funke.

Les modalités du plan qui prévoit notamment l'émission de dettes communes «constituent des changements fondamentaux, peut-être les plus grands changements depuis l'introduction de l'euro», a-t-il également jugé. «Car ces avancées conduisent inévitablement à un débat sur des ressources communes de l'UE ce qui est une condition pour une meilleure Union européenne qui fonctionne mieux», selon lui.

À l'issue de longues et intenses tractations, les dirigeants des 27 étaient parvenus en juillet à conclure un accord historique sur un plan de relance de l'UE doté de 750 milliards d'euros, dont plus de la moitié sous forme de subventions directes. Ce plan est pour la première fois basé sur une dette commune, un projet que l'Allemagne avait toujours rejeté avant la pandémie de Covid-19 qui a mis à genoux les économies de nombreux pays. Olaf Scholz a également réclamé une réforme du processus de vote dans les conseils européens: «L'UE doit avoir la possibilité d'agir ensemble. Pour cela, il est nécessaire d'avoir des décisions à la majorité qualifiée pour les politiques étrangère et fiscale plutôt que la contrainte de l'unanimité dans les conseils européens».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.