Emploi au Luxembourg

09 mai 2014 10:00; Act: 09.05.2014 10:12 Print

Le recours au CDD n'est pas encore très répandu

LUXEMBOURG - Un CDD peut être renouvelé deux fois, sur une période maximale de deux ans.

storybild

Le CDD s'impose surtout pour les emplois de type saisonnier.

Sur ce sujet
Une faute?

Selon les derniers chiffres publiés par le Statec, 7,6% des salariés ont un emploi en CDD (contrat à durée déterminée). Une proportion largement inférieure à celle de la France (15,1%) ou encore de l’Allemagne (13,2%). En Europe, en général, les CDD représentent 15,2% des emplois.

Le CDD ne fait donc pas partie de la culture luxembourgeoise. Il n’empêche, sa progression ne peut être niée. Seuls 3,1% des salariés étaient en CDD il y a onze ans, soit une progression de plus de 4 points. La crise est passée par là, et les entreprises hésitent peut-être davantage avant de s’engager avec une personne. «Dans certains cas, il s’agit d’une sorte de période d’essai.

Les employeurs signent un CDD, et si la personne donne satisfaction, l’emploi débouche sur un CDI», explique ainsi Joseph Faber, conseiller de direction 1re classe au ministère du Travail. Les employeurs n’utiliseraient donc pas ce type de contrat comme outil de flexibilité. «Il est possible de licencier quelqu’un en CDI pour des raisons économiques, contrairement au CDD», justifie-t-il.

Au Luxembourg, un CDD peut être prolongé deux fois, mais ne peut en théorie pas dépasser une durée de deux ans. En réalité, il arrive que les entreprises multiplient ce type de contrat.

«Dans la plupart des cas, il s’agit de remplacement. Mais ceux-ci peuvent très bien se succéder, avec à chaque fois un nouveau CDD de signé. Pour l’instant, la justice n’a encore jamais condamné ce type d’abus. Mais elle pourrait le faire si elle prouve qu’un employeur a cumulé des CDD sans raison valable», note Joseph Faber.

Thomas Holzer