Affaire Madoff

12 décembre 2011 08:19; Act: 12.12.2011 13:53 Print

Le Sénat et le CIO ont été bernés par Luxalpha

LUXEMBOURG - La liste de sociétés de gestion, de banques privées et d'institutions publiques ayant des fonds dans la Sicav de droit luxembourgeois a été dévoilée lundi par «La Tribune».

storybild

Voici la liste de quelques-unes des sociétés arnaquées par la Sicav Luxalpha, selon le quotidien La Tribune. (photo: La Tribune/dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que les parquets de Luxembourg et de Paris ont ouvert chacun de leur côté une enquête pour faux et usage de faux contre la banque UBS Luxembourg, dépositaire de la Sicav Luxalpha, la liste de quelques-uns des investisseurs de ce fonds a été dévoilée. Des investisseurs qui ont été bernés par le système pyramidal mis en place par Bernard Madoff.

Selon le quotidien économique français La Tribune, parmi les sociétés flouées se trouvent ainsi le Sénat français, Téthys - NDLR: le holding de Liliane Bettencourt - ou bien encore le Comité olympique international. Un panel varié de sociétés de gestion, de banques privées, de holdings familiaux ou d'associations qui possédaient, en décembre 2008, lors de la chute du banquier new-yorkais, des placements dans Luxalpha. Des investissements pouvant aller de «quelques milliers de dollars à des dizaines de millions», précise le quotidien économique.

Pour expliquer la diversité et les montants parfois importants des sommes investies, la Sicav était présentée comme «un placement de "bon père de famille" avec des rendements de 7 à 8% l'an et un faible risque», assure La Tribune. À noter que sur les milliers d'investisseurs floués, seuls quelques-uns ont pu être indemnisés, la très grande majorité d'entre eux attendent toujours le retour de leur argent. Au Luxembourg, les tribunaux ont jusqu'à présent rejeté leurs demandes d'indemnisation en considérant qu'il appartenait aux liquidateurs des deux fonds d'investissement, aujourd'hui en faillite, de récupérer l'argent pour le redistribuer ensuite aux victimes de Madoff.

(Jmh/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • hubert le 12.12.2011 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    a été racheté par l'allemand Allianz...

  • Luc de Lux le 13.12.2011 05:32 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi taper sur la tête de la CSSF? Le dossier Luxalpha a été introduit à la CSSF par un avocat de la place de renom, avec une banque dépositaire de renom et des auditeurs de renom. La CSSF ne pouvait pas savoir mais la banque dépositaires et les auditeurs devaient! Laissez la CSSF en paix!

  • rosen leiw le 12.12.2011 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Les commissions pharaoniques encaissées " au passage " par les intermédiaires de tous poils ! des fortunes dont on ne retrouvera ( cherchera ) pas trace !! Manifestement , Pour s'enrichir , il faut être mafieux , bandit , pervers ,...le reste de la "populasse " va devoir payer pour le luxe démentiel dans lequel se répendent les fumiers à l'origine du malheur mondial que nous...allons subir !

Les derniers commentaires

  • Luc de Lux le 13.12.2011 05:32 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi taper sur la tête de la CSSF? Le dossier Luxalpha a été introduit à la CSSF par un avocat de la place de renom, avec une banque dépositaire de renom et des auditeurs de renom. La CSSF ne pouvait pas savoir mais la banque dépositaires et les auditeurs devaient! Laissez la CSSF en paix!

  • anonym le 12.12.2011 16:58 Report dénoncer ce commentaire

    Les liquidateurs en faillites... Ah tient donc... Des liquidateurs ? C'est fait pour liquider, pas pour être liquidés ? Y'a un truc étrange...

  • Marc le 12.12.2011 13:55 Report dénoncer ce commentaire

    la CSSF a demontre son incompetence totale dans cette affaire luxalpha. il y avait des choses anormales qui sautaient aux yeux de professionels du secteur. quand le gouvernement luxembourgeois va-t-il renforcer la CSSF et nommer de vrais experts ?

    • Steve le 12.12.2011 14:59 Report dénoncer ce commentaire

      Marc - tres bon question. Le CSSF est un vrai 'paper tiger' - beaucoup de bruit mais pas des dents, competence ou pouvoir!!

    • lu6fer le 12.12.2011 16:44 Report dénoncer ce commentaire

      ...mais pour foutre le bronx avec leur notion de PSF qui ne sert qu'à aider les grands et pénaliser les petits, là ils sont fort!

  • rosen leiw le 12.12.2011 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Les commissions pharaoniques encaissées " au passage " par les intermédiaires de tous poils ! des fortunes dont on ne retrouvera ( cherchera ) pas trace !! Manifestement , Pour s'enrichir , il faut être mafieux , bandit , pervers ,...le reste de la "populasse " va devoir payer pour le luxe démentiel dans lequel se répendent les fumiers à l'origine du malheur mondial que nous...allons subir !

  • LeClaude le 12.12.2011 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    ... que vient faire la Macif dans cette liste ??? Misère ...