États-Unis - Europe

22 décembre 2019 19:31; Act: 23.12.2019 10:42 Print

Le whisky victime de la guerre commerciale

Les distilleries de whisky subissent les tarifs douaniers appliqués par Washington et Bruxelles, dans leur guerre commerciale. Les exportations du secteur sont en baisse.

storybild

La taxe sur les whiskys américains imposée par Bruxelles, en juin 2018, a fait chuter les exportations du spiritueux vers l'Union européenne de 28%. (Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Bourbon du Kentucky, whisky d’Écosse et peut-être bientôt cognac français, se retrouvent bien malgré eux pris dans la tourmente de la guerre commerciale. De rencontres en soirées-cocktails, les représentants du secteur des spiritueux tentent au maximum de passer entre les gouttes. «Jamais je n'aurais imaginé que l'industrie américaine du whisky puisse être touchée par des mesures de représailles à des taxes touchant l'acier et l'aluminium», se désole Amir Peay, patron de la distillerie James E. Pepper à Lexington, dans le Kentucky.

Il se préparait tout juste à s'étendre en Europe, en y investissant dans un entrepôt, en achetant un nouveau format de bouteilles, en contactant des distributeurs, quand, en juin 2018, Bruxelles a riposté à des sanctions américaines en imposant une taxe de 25% sur l'importation de tous les whiskys américains, dont le bourbon du Kentucky.

Sommet du whisky

La cible n'était pas innocente: c'est l’État du président républicain du Sénat, Mitch McConnell. Mais la décision a pris de court les acteurs du secteur. «Je l'ai appris quand un journaliste m'a réveillé à six heures du matin pour me demander ce que ça faisait d'être un pion dans la guerre commerciale», se souvient Eric Gregory, président de l'Association des distilleries du Kentucky. «Ma première réaction a d'abord été "ouah, le bourbon est vraiment devenu célèbre", puis rapidement "oh mon dieu, que va-t-il nous arriver"», raconte-t-il à l'AFP.

Au dernier relevé de la Fédération américaine des spiritueux (Discuss), la nouvelle taxe a fait chuter les exportations de whiskys américains vers l'Union européenne de 28%. Tous se sont pourtant démenés, multipliant les rendez-vous avec les législateurs, les lettres aux responsables du commerce des deux côtés de l'Atlantique, les interventions dans les médias.

Cette taxe pourrait être relevée à 100%

Un «sommet du W8», regroupant les huit plus grandes associations de whisky au monde, a aussi été convoqué en juillet 2018 à Louisville, dans le Kentucky. C'était juste au moment où le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker rendait visite à Donald Trump à Washington. «Ils ont alors affirmé que les négociations avançaient bien. Un an et demi plus tard, la situation ne fait que s'envenimer», déplore Eric Gregory.

Pour une histoire de subventions impliquant Airbus et Boeing, l'administration américaine impose depuis octobre une taxe de 25% sur les importations de whisky single malt d’Écosse et d'Irlande, ainsi que sur certains vins et liqueurs. Selon une proposition soumise à des commentaires publics jusqu'au 13 janvier, cette taxe pourrait être relevée à 100% et s'appliquer également au cognac, particulièrement prisé aux États-Unis, ainsi qu'à l'ensemble des whiskys et vins européens.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bobolulu le 23.12.2019 17:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voilà ce qui arrive quand on ne sait pas comment fonctionne le monde. L’arroseur arrosé. Le Brexit, idem.

Les derniers commentaires

  • bobolulu le 23.12.2019 17:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voilà ce qui arrive quand on ne sait pas comment fonctionne le monde. L’arroseur arrosé. Le Brexit, idem.