Finance verte

02 décembre 2020 07:59; Act: 02.12.2020 12:00 Print

Les assureurs appelés à sortir du pétrole et du gaz

Le retrait de beaucoup d’assureurs du secteur du charbon, ces dernières années, complique le fait d’assurer des projets liés au charbon, se félicite mercredi un groupe d’ONG.

storybild

Image d’illustration. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le retrait continu des assureurs du secteur charbon rend plus difficile et plus coûteuse l’obtention d’une couverture d’assurance pour des projets charbon», souligne un rapport publié par «Insure Our Future», campagne collective d’ONG qui demandent aux assureurs de se désengager et de cesser d’assurer le charbon, les sables bitumineux, le pétrole et le gaz et de soutenir la transition vers l’énergie propre.

De fait, la plupart des assureurs européens et australiens n’assurent plus de nouveaux projets liés au charbon, tandis que d’autres deviennent plus prudents et limitent leurs capacités, salue le rapport, constatant que «les entreprises du charbon étaient confrontées à des augmentations des tarifs allant jusqu’à 40%». Dans le détail, «au moins 23 assureurs ont mis fin ou limité leur couverture aux projets charbon, ce qui représente 12,9% du marché de l’assurance primaire et 48,3% du marché de la réassurance», poursuit-il.

Accélération nécessaire

En outre, «les assureurs se désinvestissent aussi également du charbon: au moins 65 assureurs avec des actifs combinés d’une valeur de 12 000 milliards de dollars – probablement plus de 40% des actifs totaux de l’industrie – ont soit adopté une politique de désinvestissement, soit se sont engagés à ne pas faire de nouveaux investissements dans le charbon», est-il ajouté.

«Le retrait progressif des assureurs des énergies fossiles est positif, mais face à l’aggravation de la crise climatique, il faut que cela s’accélère», a commenté Peter Bosshard, coordinateur de la campagne «Insure our future». Notamment, «les grands assureurs états-uniens, le marché du Lloyd’s et l’Asie de l’Est continuent d’assurer le charbon et le secteur mondial de l’assurance n’a pas encore pris de mesures globales concernant le pétrole et le gaz», regrette le collectif. À ce jour, «seuls neuf assureurs ont limité ou mis fin à leur couverture pour le pétrole des sables bitumineux – contre quatre l’année dernière», souligne-t-il.

Parmi les groupes européens, les français Axa et Scor, mais aussi les allemands Allianz, Munich Re ou encore l’helvétique Zurich «doivent a minima cesser d’assurer et d’investir dans des sociétés qui prévoient l’ouverture de nouvelles réserves de pétrole et de gaz», relève Lucie Pinson, directrice générale du cabinet Reclaim Finance, membre du collectif.

(L'essentiel/AFP/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Michelle le 04.12.2020 06:49 Report dénoncer ce commentaire

    Oui pas plus d'assurance obligatoire pour les voitures. Très bien

  • Merci aux imbéciles le 02.12.2020 16:22 Report dénoncer ce commentaire

    cela crée un marché énorme pour les groupes d'assurances US, qui eux ne manqueront pas de servir le marché du carbone.

Les derniers commentaires

  • Michelle le 04.12.2020 06:49 Report dénoncer ce commentaire

    Oui pas plus d'assurance obligatoire pour les voitures. Très bien

  • Merci aux imbéciles le 02.12.2020 16:22 Report dénoncer ce commentaire

    cela crée un marché énorme pour les groupes d'assurances US, qui eux ne manqueront pas de servir le marché du carbone.