Effondrement du pont de Gênes

09 janvier 2020 12:13; Act: 09.01.2020 12:48 Print

Les Benetton privés de la gestion des autoroutes?

Le gouvernement italien a franchi un nouveau pas vers la révocation de la concession de gestion des autoroutes, au groupe Atlantia, appartenant à la famille Benetton.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Pour nous la seule option est la révocation comme nous l'avons déjà dit à plusieurs reprises», a déclaré le ministre du Développement économique, Stefano Patuanelli, en commentant l'hypothèse évoquée par des médias qu'à la place d'une coûteuse rupture du contrat entre Atlantia et l'État soit appliquée à Atlantia «une maxi-amende» d'un milliard d'euros. Le gouvernement n'est toutefois pas unanime sur le sujet, divisé entre les ministres provenant du Mouvement 5 Étoiles (anti-establishment) comme M. Patuanelli, et ceux affiliés au Parti démocrate (centre gauche), jugé plus favorable aux entreprises.

Ainsi la ministre des Infrastructures, Paola De Micheli (PD), a jugé «insuffisantes» jeudi les propositions d'investissement d'Atlantia pour la réfection du Pont Morandi et un contrôle renforcé de l'entretien des autoroutes, ponts et tunnels en concession, jeudi dans une interview au quotidien La Repubblica. Mais elle a paru plus ouverte à la discussion avec Aspi (Autostrade per l'Italia, contrôlée majoritairement par Atlantia) que son collègue Patuanelli, appelant Atlantia à faire des efforts supplémentaires en abaissant par exemple les tarifs des péages des autoroutes gérées par le groupe.

Son ministère a préparé un volumineux rapport qui précise les investissements à faire dans le réseau et impose un nouveau système de contrôle et d'indemnisation. «Nous parlerons bien sûr avec Mme De Micheli, qui gère le dossier aux côtés de la présidence du Conseil (NDLR: le chef du gouvernement Giuseppe Conte), mais pour nous il n'y a pas d'alternative à la révocation», a déclaré M. Patuanelli. Il a au passage critiqué le fait qu'Atlantia ait lié son éventuelle participation à la relance de la compagnie aérienne en grande difficulté Alitalia au contentieux autoroutier.

L'écroulement du pont Morandi de Gênes avait fait 43 morts le 14 août 2018. L'enquête est encore en cours mais des manquements à l'entretien du pont sont déjà apparus. Selon les médias italiens, ce sera au final à M. Conte de trancher entre une énorme amende ou une révocation pure et simple des concessions qui pourrait se traduire pour l'État italien par l'ouverture d'un grave contentieux et peut-être à terme la nécessité d'indemniser Atlantia qui gère la majorité des autoroutes italiennes.

(L'essentiel/afp)