Décision de l'UE

29 mars 2017 12:02; Act: 29.03.2017 14:48 Print

Les Bourses de Londres et Francfort ne s'uniront pas

La Commission européenne a interdit ce mercredi le projet de fusion des Bourses de Londres et Francfort, une opération annoncée il y a un an mais fragilisée par le Brexit.

storybild

C'est la troisième fois que LSE et Deutsche Börse tentaient de s'unir: les deux opérateurs avaient par deux fois échoué, en 2000 et 2005. (photo: DR)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«La concentration entre Deutsche Börse et London Stock Exchange aurait considérablement réduit la concurrence du fait de la création d'un monopole» en Europe, a expliqué la commissaire européenne, Margrethe Vestager, pour justifier sa décision d'interdire le projet de fusion des Bourses de Londres et Francfort. «Les parties n'ayant pas proposé les mesures correctives nécessaires pour lever les craintes en matière de concurrence que nous avions exprimées, la Commission a décidé d'interdire la concentration», a-t-elle ajouté.

Cette interdiction n'est pas une surprise. Les relations entre les deux fiancés paraissaient de plus en plus tendues ces derniers temps, se crispant notamment sur la localisation du centre de décision du nouvel ensemble. Et la décision des Britanniques de quitter l'UE après le référendum de juin 2016 avait davantage compliqué les négociations de fusion que ne l'avait escompté Deutsche Börse. Hasard du calendrier, la procédure de divorce doit officiellement être déclenchée ce mercredi à la mi-journée par la Première ministre britannique, Theresa May, ce qui ouvre une période de deux ans pour mener les difficiles négociations de retrait du Royaume-Uni.

Dumping?

L'un des débats actuellement en cours à la City de Londres est: doit-on se battre pour garder le «passeport» européen (NDLR: dispositif qui permet de vendre un produit financier dans l'ensemble de l'UE après l'approbation d'un seul des régulateurs nationaux) ou en profiter pour se libérer des entraves réglementaires européennes et faire du dumping? Avec cette fusion, les Britanniques auraient gardé la tutelle de la supervision européenne et allemande.

Fin février, LSE avait d'ailleurs lâché une petite bombe, en refusant de céder, comme le lui demandait Bruxelles - gendarme de la concurrence en Europe - sa part majoritaire dans MTS, une plateforme d'échange électronique italienne spécialisée notamment dans les obligations d’États européens. Une décision que Deutsche Börse avait dit regretter. D'autant plus que la Bourse de Londres avait reconnu qu'elle entraînerait très certainement l'interdiction de la fusion.

Dès lors, on pouvait imaginer que si aucun des deux groupes n'avait rompu les fiançailles, c'était surtout pour ne pas avoir à payer le «chèque de rupture» à l'autre...

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Question naïve le 29.03.2017 17:48 Report dénoncer ce commentaire

    Une satisfaction pour les investisseurs ? Etant donné le bond de l'action aujourd'hui, cette décision n'est-elle pas ce que certains investisseurs souhaitaient?

  • Question naïve le 29.03.2017 17:41 Report dénoncer ce commentaire

    Et si c'était ce que certains désiraient depuis le début? Dans une telle "tentative" de rapprochement, on travaille "à livre ouvert". Cela signifie que l'on se dit et se montre beaucoup. N'est-il pas tentant de mieux connaître son concurrent ? Bien sûr, il y a des accords de non-divulgation mais peut-on et doit-on oublier ce que l'on a vu et entendu ?

  • Alain le 29.03.2017 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    C’est la troisième fois que le LSE et Deutsche Börse tentent de s’unir, en 2000, 2005 et en 2017. Toutes les tentatives ont échouées soit disant pour des problèmes de monopole, mais en fait aucun des deux ne voudra perdre le lead. Francfort et Londres sont deux places fortes de la finance en Europe et aucun des deux ne voudra perdre leur positionnement.

Les derniers commentaires

  • Question naïve le 29.03.2017 17:48 Report dénoncer ce commentaire

    Une satisfaction pour les investisseurs ? Etant donné le bond de l'action aujourd'hui, cette décision n'est-elle pas ce que certains investisseurs souhaitaient?

  • Question naïve le 29.03.2017 17:41 Report dénoncer ce commentaire

    Et si c'était ce que certains désiraient depuis le début? Dans une telle "tentative" de rapprochement, on travaille "à livre ouvert". Cela signifie que l'on se dit et se montre beaucoup. N'est-il pas tentant de mieux connaître son concurrent ? Bien sûr, il y a des accords de non-divulgation mais peut-on et doit-on oublier ce que l'on a vu et entendu ?

  • Alain le 29.03.2017 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    C’est la troisième fois que le LSE et Deutsche Börse tentent de s’unir, en 2000, 2005 et en 2017. Toutes les tentatives ont échouées soit disant pour des problèmes de monopole, mais en fait aucun des deux ne voudra perdre le lead. Francfort et Londres sont deux places fortes de la finance en Europe et aucun des deux ne voudra perdre leur positionnement.