En France

27 novembre 2020 15:06; Act: 27.11.2020 15:28 Print

Les boutiques de bijoux Agatha sont en difficulté

La filiale du bijoutier fantaisiste Agatha, qui détient et exploite les 120 magasins de la marque française, a été placée en redressement judiciaire, le 5 novembre.

storybild

300 emplois sont menacés. (photo: Image d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Lors d'une audience le 4 septembre, devant le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis), la société Seize, exploitante du réseau de distribution de la marque, a justifié ses difficultés actuelles par l'arrivée de concurrents sur le marché, notamment la vente en ligne. Face à cette nouvelle donne, ses points de vente physiques peinent à suivre l'évolution des habitudes de la clientèle, a-t-elle expliqué.

Ses boutiques, reconnaissables à leur devanture bleu nuit, ont en outre pâti de la crise sanitaire qui a conduit à «une forte dégradation de l’activité» et, avant cela, d'un contexte social en France «très tendu», dû aux manifestations successives des «gilets jaunes» ou contre la réforme des retraites, selon cette entreprise basée à Aubervilliers.

Entre bijouterie low cost et joaillerie de luxe

«Il convient dans ces conditions de faire application de la procédure de redressement judiciaire et en conséquence d'ouvrir une période d'observation de six mois», soit jusqu'à mai 2021, a conclu le tribunal dans une décision consultée par l'AFP. La filiale Seize emploie environ 300 salariés, soit presque la totalité des 400 salariés d'Agatha.

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros en 2019. Mais ses résultats ont été plombés par une perte de plus de 11 millions d'euros cette même année.

Fondée par Michel Quiniou en 1974, Agatha s'est frayée un chemin entre la bijouterie low cost et la joaillerie de luxe, avec la volonté de rendre ses créations - dont ses célèbres bijoux modulables - accessibles. Elle s'était également implantée en Asie, après son rachat, en 2006, par le groupe hongkongais King Power.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Puff le 27.11.2020 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme beaucoup d'autres que l'on ne nomme pas

  • freddy le 27.11.2020 18:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qui ne l'est pas ??

  • Reno Raines le 28.11.2020 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    on est tous dans la dech en plus leur camelotte est moche

Les derniers commentaires

  • pralin le 29.11.2020 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au même temps sont pas fameux leurs bijoux et chers .

  • Reno Raines le 28.11.2020 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    on est tous dans la dech en plus leur camelotte est moche

  • Puff le 27.11.2020 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme beaucoup d'autres que l'on ne nomme pas

  • freddy le 27.11.2020 18:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qui ne l'est pas ??

  • Soyez contre la propagande féministe ! le 27.11.2020 17:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas grave, ils n'ont qu'à déclarer faillite