Aviation

09 septembre 2019 09:20; Act: 09.09.2019 12:03 Print

Les candidats à la reprise d'Aigle Azur se dévoilent

Les repreneurs potentiels de la deuxième compagnie aérienne française, qui emploie près de 1 200 personnes, doivent se dévoiler avant ce lundi midi.

storybild

Vente à la découpe, reprise intégrale, liquidation pour Aigle Azur? (photo: AFP/Philippe Huguen)

Sur ce sujet
Une faute?

Vente à la découpe, reprise intégrale, liquidation? Les repreneurs potentiels d'Aigle Azur, qui emploie près de 1 200 personnes, doivent se dévoiler avant lundi midi alors que 13 000 passagers sont toujours bloqués depuis l'arrêt des vols vendredi soir. En redressement judiciaire, le spécialiste de la desserte de l'Algérie est dans une telle impasse financière qu'il ne peut ni dédommager financièrement ses clients ni même assurer le rapatriement des voyageurs dont le vol retour a été annulé. «Il faut un repreneur sérieux, capable d'offrir des garanties sur un maximum d'emplois. La bonne nouvelle, c'est que plusieurs se sont montrés intéressés», assure le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, lundi dans Le Parisien.

«Lionel Guérin, l'ex-PDG de Hop!, par exemple, est accompagné d'une équipe reconnue dans le monde de l'aviation, avec des soutiens financiers crédibles», indique M. Djebbari. «Le groupe Air France semble lui aussi vouloir faire une offre. Au-delà, d'autres acteurs étudient le dossier, dont le groupe Dubreuil, via Air Caraïbes, ou encore easyJet. Cela montre qu'Aigle Azur continue de faire envie», ajoute-t-il. Aucun repreneur potentiel n'a confirmé ses intentions. «Nous ne faisons pas de commentaire», a déclaré dimanche à l'AFP un porte-parole d'Air France, ajoutant simplement: «la situation évolue». De leur côté, les syndicats sont partagés sur l'option qui présenterait le plus de sécurité pour les salariés. Le syndicat des pilotes de ligne (SNPL) d'Aigle Azur, aimerait voir émerger une offre de reprise intégrale où se retrouveraient alliés Lionel Guérin, l'ancier dirigeant d'Air France, à la compagnie française.

«Nous poussons très fort une solution de reprise basée sur Air France»

«Nous poussons très fort une solution de reprise basée sur Air France, qui serait actionnaire minoritaire disposant d'une minorité de blocage, avec Lionel Guérin qui prendrait les rênes et des investisseurs et les salariés qui entreraient au capital», a expliqué Martin Surzur, président du SNPL d'Aigle Azur. Raphaël Caccia, secrétaire général de la CFDT du transport aérien, estime lui qu'une offre de reprise partielle par Air France de la partie court et moyen courrier (les A320), surtout à destination de l'Algérie, est une «quasi-certitude». Dans ce cas de figure, le groupe Dubreuil, propriétaire majoritaire d'Air Caraïbes, pourrait reprendre les longs courriers de la compagnie qui desservaient notamment le Mali et le Brésil.

La CFDT, qui n'est pas hostile à ce scénario si tous les salariés retrouvent un emploi, n'exclut pas non plus une offre de reprise partielle par le grand acteur espagnol du low cost Vueling, avant tout intéressé par les créneaux d'atterrissage («slots») dont Aigle Azur dispose à Paris-Orly. Il s'agit d'un ensemble de 9 800 créneaux horaires annuels dans cet aéroport où le total pour toutes les compagnies est plafonné à 250 000. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait évoqué vendredi «une offre principale» de reprise dans en dire plus. Un comité d'entreprise extraordinaire doit se réunir à 15 heures pour examiner les offres de reprises qui auront été déposées. La CFDT appelle les salariés à se retrouver à partir de 13 heures devant le siège social d'Aigle Azur situé dans la zone d'Orly Tech, non loin de l'aéroport, tandis que le SNPL les a appelés à faire de même à 14 heures.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.