Enchères

12 juin 2019 09:51; Act: 12.06.2019 10:02 Print

Les chefs-​​d'œuvre anciens se vendent rarement

Les ventes aux enchères de chefs-d'œuvre anciens, comme celle d'un Caravage, le 27 juin prochain à Toulouse, sont très rares, la plupart étant déjà entrés dans des musées.

storybild

«Le Jardin de Pissarro», une toile méconnue de Paul Gauguin , a été cédée aux enchères, à Paris, le 29 mars dernier. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les ventes aux enchères de chefs-d'œuvre anciens, comme celle d'un Caravage, le 27 juin prochain à Toulouse, sont très rares, la plupart de ces œuvres étant entrées dans des musées au cours des siècles précédents. Parmi les enchères d'art à plus de 30 millions de dollars, on retrouve 32 toiles de Pablo Picasso, 27 d'Andy Warhol, 23 de Francis Bacon, 21 de Mark Rothko mais seulement une de Léonard De Vinci, une de Raphaël, une de Rembrandt et une de Vermeer, selon une base de données tenue par l'AFP.

«Judith et Holopherne» du Caravage, si elle trouve preneur à Toulouse, sera la première œuvre du maître italien à intégrer ce palmarès. Au total, sur les 311 enchères d'art ayant passé la barre des 30 millions, seulement 13 sont des œuvres de Vieux Maîtres, ces peintres majeurs européens d'avant 1800. En comparaison, 142 sont des œuvres impressionnistes ou modernes et 132 sont des œuvres contemporaines. Pourquoi une telle rareté?

«Problème des attributions»

Énormément de chefs-d'œuvre anciens sont entrés dans des «musées» et dans des «collections publiques» aux «XVIIIe, XIXe et début du XXe siècles», «achetés ou obtenus dans le cadre de donations», explique Patrick Michel, professeur à l'université de Lille, spécialiste du marché de l'art, interrogé par l'AFP. Ces chefs-d’œuvre ne reviennent généralement pas sur le marché. Par ailleurs, beaucoup de grands maîtres anciens - comme Léonard de Vinci et Vermeer - n'ont pas laissé une œuvre aussi pléthorique que certains artistes contemporains, comme Jean-Michel Basquiat, mort à 27 ans mais dont plusieurs centaines d’œuvres ont dépassé le million de dollars aux enchères, ces dernières années.

À cela s'ajoute «le problème des attributions», poursuit Patrick Michel: «Beaucoup de tableaux anciens ne sont pas attribués avec certitude à un peintre, ce qui donne souvent lieu à des querelles d'experts», comme ce fut le cas pour le «Salvator Mundi», attribué à Léonard de Vinci, et aujourd'hui pour le Caravage. M. Michel décrit un «marché des tableaux anciens à deux vitesses», avec, d'un côté, «plein d'œuvres de moyenne et basse qualité pour lesquelles il n'y a plus de clientèle» et, de l'autre, de «très rares» chefs-d'œuvre qui s'arrachent.

«Dès qu'un tableau qui semble important arrive sur le marché, toutes les grandes institutions du monde - les musées américains, britanniques, et maintenant des Émirats - affûtent leurs couteaux financiers», explique-t-il, «surtout si le tableau sort de nulle part», comme la toile du Caravage, qui a été retrouvée en 2014 dans le grenier d'une maison toulousaine.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Suisse le 12.06.2019 15:25 Report dénoncer ce commentaire

    Je comprends, milliardaire, je ne verrais pas une vieille croute dans ma maison moderne.

Les derniers commentaires

  • Le Suisse le 12.06.2019 15:25 Report dénoncer ce commentaire

    Je comprends, milliardaire, je ne verrais pas une vieille croute dans ma maison moderne.