Coronavirus au Danemark

20 novembre 2020 11:19; Act: 20.11.2020 12:12 Print

Les éleveurs de visons vivent des heures noires

Au Danemark, les éleveurs de visons sont dévastés depuis l'ordre controversé d'éliminer leurs millions d'animaux, pour cause de mutation du coronavirus.

storybild

Un employé retirant des visons morts d'une chambre après avoir été gazés, dans une ferme près de Naestved, au Danemark. (photo: AFP/Mads Claus Rasmussen)

Sur ce sujet
Une faute?

Certains ont vu leurs bêtes «massacrées», d'autres résistent encore avant de les abattre: au Danemark, les éleveurs de visons vivent des heures noires, depuis l'ordre controversé d'éliminer leurs millions d'animaux, pour cause de mutation du coronavirus. Samedi, les éleveurs mécontents et leurs soutiens prévoient de manifester, tracteurs à l'appui, dans les deux plus grandes villes du pays, Copenhague et Aarhus. «Nous sommes en état de choc», résume Marianne Nørgaard Sørensen. «Les mots ne peuvent pas décrire le cauchemar qu'on traverse».

Mariée à un éleveur qui consacre son activité aux visons depuis 1993, cette institutrice de 46 ans habite dans le Jutland du Nord, la région du nord-ouest du pays qui concentre le plus d'élevages. Comme des millions d'autres, leurs 27.000 bêtes ont été euthanasiées en urgence, début novembre. «Nous avons écrit à l'autorité vétérinaire pour demander deux jours de plus mais ils ont débarqué (...) C'était très dur, la vidéo du massacre s'est retrouvée en ligne. Si seulement on avait eu deux jours de plus, on aurait pu le faire de manière humaine», raconte-t-elle.

Fiasco politique

Le Danemark est depuis des décennies l'improbable pays roi du vison, élevage apparu chez les fermiers dans les années 1930 pour faire face à la chute des prix alimentaires. Avec trois fois plus de bêtes que d'habitants, le petit royaume nordique en est le premier exportateur mondial, pour un total de 670 millions d'euros, et deuxième producteur derrière la Chine. Or, l'animal prisé des fourreurs de luxe (manteaux, chapeaux, cols...) pose des problèmes dans la lutte contre le Covid-19: il peut non seulement contracter la maladie, mais aussi réinfecter l'être humain.

Début novembre, le gouvernement danois a ordonné, sur un ton alarmiste, l'abattage de la totalité du cheptel, estimé entre 15 et 17 millions de bêtes. En cause: une mutation du nouveau coronavirus pouvant potentiellement menacer l'efficacité d'un futur vaccin humain, même si une grande incertitude demeure sur ce point. L'exécutif venait d'apprendre que cette souche, nommée «Cluster 5», avait été décelée chez douze personnes en août et septembre dans le Jutland du Nord, décrétant en conséquence de strictes restrictions locales de déplacement.

Depuis, aucun nouveau cas. Jeudi, les restrictions ont finalement été levées et les autorités considèrent que la souche est «très probablement éteinte». À Copenhague, l'affaire a tourné au fiasco politique: le gouvernement a dû reconnaître qu'il n'avait pas de base légale pour ordonner l'abattage des bêtes saines, entraînant la démission du ministre de l'Agriculture mercredi et des dégâts dans l'opinion. L'abattage généralisé reste toutefois une mesure «non négociable» du fait d'autres possibles mutations, selon la Première ministre Mette Frederiksen. Elle compte faire adopter au Parlement un texte prévoyant l'interdiction de l'élevage jusqu'au 1er janvier 2022.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Visons futé le 20.11.2020 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    Honteux au 21ème de siècle de voir encore de pareils choses! Juste pour de la fourrure, du paraître! L'heure de la reconversion a sonnée!

  • Franz le 20.11.2020 12:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a pas besoin de ce genre d'élevages.

  • nickname le 20.11.2020 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les visons vivent quel horreur? Vivement que cette horreur abominable et abjecte soit interdite rapidement. Heureusement le covid a rappelé que de tels horreurs sont encore faits par l’homme

Les derniers commentaires

  • vison libre le 22.11.2020 07:53 Report dénoncer ce commentaire

    Tant mieux: qui a besoin de visons d'élevage en 2020?

  • sof le 21.11.2020 23:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Retour de manivelles ... bien fait la nature reprend droit !!!!

  • Mago le 21.11.2020 20:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Eh bien tant mieux. C’est horrible et inadmissible cet élevage, pas digne du siècle dans lequel nous vivons!!!! Tuer pour manger c’est encore discutable mais tuer pour se montrer c’est irrespectueux envers la nature et la vie. On a d’autres moyens pour nous vétir. Les hunains sont pitoyables, ces gens ne pensent qu’au pognon!!!

  • marina le 21.11.2020 15:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oh ils sont mignon je preferes ca que le dog

  • France le 21.11.2020 12:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout ça pour alimenter les gardes robes de quelques cocottes de luxe .