Moyen-Orient

29 août 2020 13:19; Act: 29.08.2020 13:22 Print

Les Émirats abrogent la loi de boycott d’Israël

Les échanges commerciaux entre les Émirats arabes unis et Israël sont désormais permis, suite à l’accord de normalisation signé entre les deux pays le 13 août dernier.

storybild

Des vols commerciaux seront désormais possibles entre les Émirats arabes unis et Israël. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les Émirats arabes unis ont abrogé la loi de boycott d’Israël après que les deux pays ont annoncé mi-août la normalisation de leurs relations, a annoncé samedi l’agence de presse officielle émiratie Wam. Le président des Émirats, cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane, a abrogé dans un décret «la loi fédérale n°15 de 1972 concernant le boycott d’Israël ainsi que les sanctions en découlant», a indiqué Wam.

«Il sera permis de faire entrer, d’échanger et de posséder des biens et produits israéliens de tout type aux Émirats et de les commercialiser», précise le décret. L’accord de normalisation entre Abou Dhabi et l’État hébreu, annoncé le 13 août par le président américain Donald Trump, a été dénoncé comme un «coup de poignard» dans le dos par les Palestiniens et a été plus ou moins bien accueilli dans les capitales arabes.

Premier vol commercial direct

Il fait des Émirats le premier pays du Golfe et le troisième pays arabe à établir des relations avec Israël après l’Égypte (1979) et la Jordanie (1994). Les entreprises et particuliers aux Émirats peuvent désormais conclure des accords avec des compagnies ou personnes résident en Israël, a indiqué Wam, soulignant que cette décision visait «à augmenter la coopération commerciale et diplomatique avec Israël».

Une délégation israélo-américaine doit se rendre lundi aux Émirats sur le «premier vol commercial direct» entre Tel-Aviv et Abou Dhabi, ont indiqué vendredi des sources concordantes à Jérusalem. Dans le cadre de l’accord de normalisation, l’État hébreu a accepté de suspendre l’annexion de nouveaux territoires en Cisjordanie occupée, mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré ne pas y avoir «renoncé» sur le long terme.

(L'essentiel/AFP)