Crise financière

22 août 2018 08:22; Act: 22.08.2018 09:46 Print

Les États-​​Unis, la tête de Turc d'Erdogan

Grâce à la crise qui l'oppose aux États-Unis, le président turc peut imputer la seule responsabilité des problèmes économiques croissants de la Turquie à cet ennemi extérieur.

storybild

Le fermeté de Trump contre Ankara aide Erdogan à cacher «les vrais coupables de la situation économique» en Turquie, estime une source diplomatique européenne. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis plusieurs mois déjà, bien avant que les États-Unis ne commencent début août à imposer des sanctions contre Ankara, précipitant la chute de la livre, les économistes mettent en garde contre un risque de surchauffe de l'économie turque. Mais lorsque la livre turque s'est écroulée il y a deux semaines, M. Erdogan a promptement dénoncé un «complot» visant à mettre la Turquie «à genoux». La semaine dernière, il a même évoqué une tentative de «coup d'Etat économique», en écho au putsch manqué en juillet 2016.

«Si M. Erdogan ne souhaitait pas que la crise avec les États-Unis en arrive là, il va pourtant s'en servir», souligne Soner Cagaptay, chercheur au Washington Institute of Near East Policy. «Il peut désormais exclusivement associer la crise économique en Turquie, qui est le résultat de ses politiques, aux sanctions américaines», ajoute-t-il.

Dollars brûlés

La devise turque a perdu près de 40% de sa valeur depuis le début de l'année, et près de 20% au cours du seul dernier mois. Sa chute s'explique notamment par la préoccupation des marchés devant les politiques économiques menées par Ankara et la mainmise croissante de M. Erdogan sur l'économie. À l'annonce le 10 août du doublement des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium américains pour la Turquie, la livre a chuté de 17% face au dollar en une journée, avant de se rétablir en partie la semaine dernière.

Pour une source diplomatique européenne qui a requis l'anonymat, cette «folle réaction», s'explique par toutes les faiblesses structurelles de l'économie turque et la défiance générale des marchés à son égard. En «minimisant» la responsabilité du gouvernement, le discours de M. Erdogan vise à «consolider le soutien populaire en temps de crise économique», décrypte Sinan Ülgen, président du Center for Economics and Foreign Policy (Edam).

Et la rhétorique du chef de l'État trouve un écho certain dans un pays où le sentiment anti-américain est fort. Des vidéos largement partagées sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours montrent des Turcs en train de brûler des dollars ou de briser à la hache des iPhone après un appel de M. Erdogan à boycotter les produits électroniques américains. Lundi, des coups de feu ont été tirés contre l'ambassade des États-Unis à Ankara, sans faire de victime. Le gouvernement turc a immédiatement dénoncé une «provocation».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Foududuc le 22.08.2018 14:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les guéguerres commerciales Commencent Ça finira en bain de sang

  • Paul B le 22.08.2018 18:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump commande les européens, pas les turcs

  • mosellan le 22.08.2018 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ça fait un moment qu'on sait que le Turquie ne rentrera pas dans leurope alors qu'elle avait tout pour

Les derniers commentaires

  • Paul B le 22.08.2018 18:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump commande les européens, pas les turcs

  • wesh jack le 22.08.2018 18:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci Michel ... enfin il y en a qui comprennent.

  • The Boss le 22.08.2018 18:17 Report dénoncer ce commentaire

    Et dire qu'il n'y a pas si longtemps bon nombre de personnalités "bien pensantes" voulaient à toute force voir ce pays intégrer l'Europe le plus rapidement possible! Je suis reconnaissant à Mr Erdogan d'avoir clairement révélé au monde les profondes différences culturelles, religieuses et politiques entre les turcs et les européens qui rendent une telle adhésion à tout jamais impossible. Ouf, on l'a échappé belle!!!

  • torolkozo le 22.08.2018 16:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec lui le complot est partout mais lui est blanc comme neige!

    • N'est-ce pas? le 22.08.2018 18:09 Report dénoncer ce commentaire

      Comme vous avez raison torolkozo, merci pour ces mots d'une rare sagesse. Comme disait le philosophe dernièrement de vous: je vous rejoins à 100% et j’ajoute que Platon, Aristote, Socrate, Diogène, Héraclite ou Pythagore et tous les autres philosophes grecs pâlissent devant votre splendeur. Comme nous sommes heureux que quelqu'un vienne mettre les points sur les I. Qui de nous autres ignorants aurait pu trouver ces mots, qui de nous ignorants aurait même pu penser que Erdogan était comme cela, on avait même tendance à avoir un peu pitié de lui. Vous nous avez ouvert les yeux! Ouff!

    • Gorgo le 22.08.2018 19:00 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait exact torolkozo, je suis aussi de votre avis!

  • Francois le 22.08.2018 15:52 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense que nous somme arriver a une epoque ou les dirigeants sont tous fous!