Réseaux

11 mai 2018 13:42; Act: 11.05.2018 14:09 Print

Les influenceurs menacés de tous les côtés

Face aux algorithmes et aux amateurs, les stars du web doivent batailler pour rester dans la course aux marques.

storybild

La mannequin et chanteuse virtuelle, Lil Miquela, s'est très vite imposée comme une influenceuse 2.0. (photo: dr)

Dicter sa mode et conseiller les gestes d'achat de milliers d'internautes, qui n'en rêve pas? Déjà peu nombreux, les influenceurs qui parviennent à vivre de leur activité sont la cible de nouvelles menaces. Les voilà attaqués par des acteurs beaucoup plus modestes, appelés «micro-influenceurs». Ces passionnés spécialisés dans un domaine reçoivent des produits de la part des marques, mais ils ne se font pas payer. Or, des études montrent que s'ils touchent moins d'internautes, ils ont proportionnellement plus d'impact que les stars du web.

Dans un marché estimé à près de 1 milliard d'euros pour la seule plateforme Instagram en France, les marques ont bien compris où se trouve leur intérêt, notent Le Figaro et Les Échos. Même si certaines, comme les géants des cosmétiques, exigent désormais 5 000 followers pour collaborer avec des youtubeurs, elles se tournent de plus en plus vers les micro-influenceurs pour faire connaître leurs nouveautés.

Les testeurs vedettes du Net ont aussi du souci à se faire du côté de leurs rivaux virtuels. Des créatures 100% numériques, comme le cybermannequin Lil Miquela, font le buzz. Ce type d'influenceur virtuel généré par des algorithmes présente l'avantage de coûter moins cher que les humains, d'être partout en même temps et de ne jamais tomber malade. De quoi éclipser tous les instagrameurs et youtubeurs qui n'offrent pas de valeur ajoutée.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.